Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Tanjazz : Une 20ème qui s’annonce exceptionnelle - Actualité Culturelle

Tanjazz : Une 20ème qui s’annonce exceptionnelle - Actualité Culturelle
Lundi 29 Juillet 2019 - Par seo

Entretien avec Philippe Lorin, fondateur du Festival Tanjazz


 

En septembre 2000, Tanjazz poussait ses premiers cris sur la petite scène ouverte de la Mendoubia.

Aujourd’hui, l’un des événements emblématiques de la nouvelle ère musicale marocaine s’apprête à célébrer sa 20ème édition, du 15 au 22 septembre 2019.

 

Propos recueillis par L. Habboul

 

Finances News Hebdo : Cette année, Tanjazz fête ses 20ans. Quelle sera la particularité de cette édition qui promet d’être exceptionnelle ?

PhilPhilippe Lorin, fondateur du Festival Tanjazz - Actualité Culturellelipe Lorin : 20 ans, c’est un bel âge qui se fête et nous travaillons pour que cette édition soit exceptionnelle. Par son ampleur, d’abord, avec l’envie de faire plaisir à la population tangéroise : les concerts gratuits commencent dès le dimanche 15 et dureront toute une semaine. Il y aura de la musique partout : au musée, à la gare, au City Mall, dans les hôtels partenaires, à Tabadoul...

Par la programmation également qui réunit des artistes ayant marqué ces 20 ans et qui ont été plébiscités par notre public fidèle lors d’un petit sondage que nous avons fait.

 

F.N.H. : Qui sont ces artistes ayant marqué les précédentes éditions, et qui seront présents pour cette édition spéciale ?

Ph. L. : Nous avons voulu réinviter des artistes «historiques» dont certains ont participé à la toute première édition. Il y en a même qui avaient accepté de se produire gratuitement pour «lancer» le festival.

Je citerais par exemple Sylvia Howard et The Black Label Swingtet, les Swing Messengers, familiers de Tanjazz, ou encore l’excellent pianiste Nico Morelli : découverte de l’édition n°1. Nous avons été fiers de le voir qualifié l’année suivante au festival de Saint-Germain-des-Près, «révélation de Tanjazz» !

Il y aussi the Jive Aces, Circular Time, Anne Sila, Kicca, Shakura S’Aïda, Nina Van Horn, David Costa Coelho, David Linx, Morgan Ji, les Wanton Bishop, Yvan «Melon Lewis» et bien sûr Buika, très attendue par notre public nordiste et espagnol ! Je vous invite à retrouver tout ce beau monde sur notre site www.tanjazz.org !

 

F.N.H. : Entre votre première édition Tanjazz d’il y a 20 ans et celle-ci, selon vous, qu’est-ce qui a évolué ?
Quelles sont les retombées socioéconomiques de votre festival ?

Ph. L. : L’évolution la plus remarquable, c’est l’âge du public : il y a maintenant plus de 50% de jeunes contre à peine 10% il y a 20 ans ! Ce rajeunissement est un vrai succès. L’autre point dont nous sommes fiers, c’est la fidélité du public : Tanjazz s’est constitué un public de fidèles que l’on retrouve d’édition en édition.

Quant aux retombées économiques ? Demandez aux hôteliers, aux taximen, aux restaurateurs...

Tanjazz - festival de jazz à Tanger  -  Actualité Culturelle

F.N.H. : Qu’auriez-vous à dire aux gens pour les encourager à venir ?

Ph. L. : Ce festival a une ambiance unique ;
venez passer un moment magique où la musique est aussi belle à voir qu’à entendre.

 

F.N.H. : Parlez-nous de la Fondation Lorin dont vous êtes également le fondateur et de ce qu’elle propose comme activité ? 

Ph. L. : La fondation dispose d’une troupe de théâtre «la Comédie de Tanger», qui propose 2 à 3 spectacles par an et se produit au Maroc, en France, au Québec et en Belgique. Dans le domaine musical, nous avons un autre bébé, un festival épisodique suivant les moyens : Tanja Latina. Nous avons aussi créé un atelier de musique pour les enfants en réinsertion.

Enfin, la fondation a mis en place un musée du vieux Tanger, à une époque où les archives de la ville n’intéressaient personne ! ◆

 

 

Culture Marocaine

Partage RÉSEAUX SOCIAUX