Le patron de Renault écarte le scénario d’une renationalisation

Le patron de Renault écarte le scénario d’une renationalisation

Renault pourrait emprunter 4 à 5 milliards d'euros pour affronter la crise du Covid-19

 

Jean-Dominique Senard, président du groupe Renault, a écarté le scénario d'une renationalisation de Renault, dont l'État détient 15%.

«Aujourd'hui nous ne sommes pas dans cette perspective», a-t-il affirmé sur les ondes de RTL.

Le constructeur automobile français envisage de faire recours à des prêts bancaires garantis par l'État qui pourraient atteindre 4 à 5 milliards d'euros pour faire face à la crise économique provoquée par la pandémie de Covid-19.

«Nous travaillons sur des idées de prêts bancaires qui seraient garantis par l'État et qui un jour ou l'autre seraient destinés à être remboursés ce qui fait que nous ne pèserons pas sur les finances de l'État», a déclaré Senard.

«Je suis absolument certain que ça devrait permettre de passer la mauvaise période que nous vivons aujourd'hui», a-t-il ajouté.

Pour faire face à cette crise, le président de Renault a décidé que les dividendes de 2019 ne seraient pas versés aux actionnaires, et a diminué son salaire de 25%.

Il a par ailleurs fait état de la mise en place d’un plan sanitaire pour ses équipes à la sortie du confinement, formulant le souhait que ces dernières puissent reprendre le travail dans les usines en août.

Le président de Renault a affirmé que des licenciements ou des fermetures d'usine n'étaient pas à l'ordre du jour, même s'il était clair qu'il fallait penser à l'avenir qui serait un avenir très compétitif.

«Si des décisions de cette ordre devait arriver, il n'y aurait en tout cas aucune souffrance sociale», a-t-il assuré.

L’industrie automobile est l’un des secteurs les plus touchés par la crise économique induite par le coronavirus, aux côtés de l’aérien, la construction, l’hôtellerie et la restauration.

Le marché automobile français a chuté de 72,2% en mars et devrait baisser de 20% sur l'année, dans le sillage de la crise sanitaire et économique liée à la pandémie du Covid-19, selon des chiffres du Comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA).

Le gouvernement français avait évoqué dernièrement la possibilité de recourir à la nationalisation de grandes entreprises françaises pour les protéger face à la crise économique engendrée par l’épidémie du Covid-19.

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 16 Juillet 2022

Industrie automobile: de nouvelles niches pour améliorer le taux d’intégration

Dimanche 20 Mars 2022

Industrie automobile: des atouts pour développer la filière «électrique»

Dimanche 20 Mars 2022

Automobile: les ventes reculent, les prix flambent

Lundi 15 Novembre 2021

Industrie automobile: de nouvelles filières à investir pour augmenter le taux d’intégration

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux