Fermeture des frontières: les agences de voyages à nouveau dans la tourmente

Fermeture des frontières: les agences de voyages à nouveau dans la tourmente

La fermeture des frontières est un coup dur pour les acteurs de l’écosystème touristique, dont notamment les agences de voyages.

 

Par M. Diao

Le premier trimestre de 2021 avait été marqué par la fermeture des frontières du Maroc avec des pays partenaires. Pour rappel, afin de stopper, ou du moins ralentir la propagation des variants du coronavirus, les autorités marocaines avaient pris la décision de suspendre, entre autres, les vols en provenance et à destination de la Turquie, la Suisse, l’Allemagne et les Pays-Bas. L’hexagone, l’un des principaux partenaires économiques du Royaume, avait également décidé de fermer ses frontières aux pays hors UE sauf motif essentiel.

Cette situation a impacté lourdement les plus de 1.400 agences de voyages que compte le Royaume, avec à la clef 11.000 emplois directs (www.fnh.ma). Rebelote au dernier trimestre 2021, puisque face à l’apparition du variant Omicron, le Royaume a de nouveau fermé ses frontières avec l’étranger.

Et ce, sous l’autel de la prévention et dans l’optique de préserver ses acquis en matière de lutte contre la pandémie, qui a repris de plus belle en Europe. Interpellé sur l’impact de la fermeture des frontières du Maroc sur les agences de voyages, Abdellatif Benmoussa, cofondateur et directeur de l’agence DMC (Destination Management Company) Activ Travel, peine à dissimuler une immense inquiétude.

«A la veille de la célébration des fêtes de fin d’année qui attirent beaucoup de touristes au Maroc, la fermeture des frontières est un coup dur pour les acteurs de l’écosystème touristique, dont les agences de voyages», assure le professionnel, fort d’une expérience de 30 années. Abdellatif Benmoussa explique également qu’un renouvellement de la décision portant sur la fermeture des frontières risque de plomber l’activité de son agence de voyages, qui emploie une vingtaine de salariés.

Il se pose, d’ores et déjà, des questions sur l’avenir de sa structure qui s’est positionnée sur un business de niche. «Je ne sais pas si je vais tenir au cas où cette situation perdure», confie-t-il. En définitive, la dégradation de la situation financière des acteurs touristiques depuis mars 2020 est telle qu’une reconduction de la décision de la fermeture des frontières, après deux semaines, par le gouvernement aura des conséquences fatales.

 

Paroles de pro: Abdellatif Benmoussa, cofondateur et directeur de l’agence DMC Activ Travel
«La décision prise par le gouvernement consistant à fermer les frontières du Maroc avec les pays étrangers est tombée à un moment crucial pour notre secteur, qui a payé et continue de payer un très lourd tribut des multiples conséquences liées à la pandémie. Je fais partie des entrepreneurs qui ont bâti leur activité lentement mais sûrement, à la force du poignet. La soudaine fermeture des frontières, qui donne un coup d’arrêt au tourisme et impacte lourdement des professionnels comme nous, spécialisés dans des activités de niche, intervient dans une période propice pour le tourisme international. C’est-à-dire le contexte de la célébration des fêtes du nouvel an pendant lequel le business est florissant. Si notre secteur enregistre une nouvelle baisse d’activité importante qui dure dans le temps, je serai dans l’incapacité de préserver les postes de travail de l’agence. La pandémie a réduit considérablement l’assise financière des acteurs de l’écosystème touristique». 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 20 Janvier 2022

Ecoles : catastrophe générationnelle

Jeudi 20 Janvier 2022

Conjoncture: Omicron relance les inquiétudes sur la croissance en 2022

Mercredi 19 Janvier 2022

Ouvrez les frontières, le tourisme a besoin d'oxygène !

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux