Made in Morocco: un ambitieux pari sur l’avenir

Made in Morocco: un ambitieux pari sur l’avenir

Les autorités se sont fixées des objectifs ambitieux : parier sur le Made in Morocco en réduisant autant que possible la dépendance du Royaume vis-à-vis de l’étranger. Cette ambition découle de la nécessité d’assurer au pays une certaine souveraineté économique, surtout que la pandémie et la guerre en Ukraine, de par leurs conséquences, ont mis à nu les faiblesses de plusieurs pans de l’économie nationale.

Pour le Maroc, le Made in Morocco ne se résume pas en une déclaration d’intention. Il s’agit d’une volonté royale, que l’Exécutif s’évertue à mettre en œuvre en renforçant l’offre nationale. L’objectif étant de réduire de 183 à 100 Mds de DH les importations, pour produire sur le territoire national l’équivalent de 83 Mds de DH.

A ce titre, un plan bien spécifique a été mis en place, comme l’explique le ministre de l’Industrie et du Commerce, Ryad Mezzour. «Ce plan s’articule essentiellement autour de la banque de projets industrielle pour substituer les produits importés par des produits locaux, conformément à la vision du nouveau modèle de développement, qui vise à accélérer le développement industriel afin d’augmenter la création d’emplois, l’augmentation de la valeur ajoutée, la relance et le soutien du secteur industriel marocain impacté par la pandémie Covid-19».

Il s’agit, selon le ministre, «de faire du Made in Morocco un marqueur de qualité, de compétitivité et de durabilité pour répondre aux besoins du consommateur et gagner sa confiance». Ainsi, à mi-mars, 1.542 projets d’investissement ont été identifiés dans le cadre de la banque de projets industriels, pour une substitution à l’import de 75,9 milliards de dirhams.

Le Maroc déroule donc son plan d’action. Mais le chemin sera long. Car il faudra radicalement changer de paradigme, notamment en repensant les modèles économiques de nombreux secteurs afin de les rendre plus résilients face aux chocs externes, qu’ils soient sanitaires ou géopolitiques. Pour autant, quoi que fassent les pouvoirs publics, le Made in Morocco ne décollera réellement que si les consommateurs y adhèrent. Il faut alors conjuguer deux éléments : un bon rapport qualité/prix, d’un côté, et un patriotisme économique, de l’autre, débarrassé de cette forme de complexe vis-à-vis des produits importés.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 25 Juin 2024

Artisanat : formation de 30.000 apprentis à l'horizon 2030, selon Ammor

Lundi 24 Juin 2024

La Banque mondiale accorde 600 millions de dollars pour renforcer le secteur public au Maroc

Lundi 24 Juin 2024

Téléphonie mobile : plus de 55,4 millions d'abonnés au premier trimestre 2024

Lundi 24 Juin 2024

Hébergement touristique au Maroc : plus de 7,8 millions de nuitées à fin avril 2024

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux