Développement durable

Tous les articles

Infrastructure gazière durable : une avancée incontestable

Infrastructure gazière durable : une avancée incontestable

Le programme lancé par le gouvernement ouvre de nouvelles perspectives pour l'intégration régionale et le développement économique du Maroc, tout en renforçant sa position en tant que hub énergétique régional en devenir.

 

Par D. M.

Dans son ambition d’assurer une transition énergétique réelle et répondre aux besoins en gaz du pays, le Maroc, par le biais d’un protocole d’accord stratégique, a procédé au lancement de la feuille de route de l’infrastructure gazière. Ce protocole conclu entre les ministères de l'Intérieur, de l’Économie et des Finances, et de l’Équipement et de l'Eau et le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable, s'inscrit dans la continuité de l'engagement constant du Royaume en faveur de la consolidation de sa souveraineté énergétique, la décarbonation de son économie et la connectivité dans les marchés régionaux et mondiaux.

Une avancée incontestable selon les experts, car le Royaume s’était doté de mécanisme à court terme pour pallier la difficulté d’approvisionnement en gaz après l’arrêt du GME (gazoduc Maghreb-Europe), comme nous l’indique Anas Abdoun, consultant, spécialiste des énergies. «C’est une étape cruciale dans la transition énergétique du Royaume. Après l'arrêt du GME, le Maroc a dû importer ses besoins en gaz à travers l'Espagne en utilisant la technique du flux inversé. Cette solution s'est avérée être une mesure adéquate à court terme pour répondre aux besoins en gaz du pays. Cependant, il est devenu évident que cette approche, bien qu’efficace à court terme, n'était pas viable à long terme… et entraînait des coûts supplémentaires pour notre approvisionnement en gaz», explique -t-il.

En effet, ce programme, qui s'étendra sur plusieurs années, ambitionne de doter le Royaume de plusieurs points d'entrée pour l'importation de gaz naturel liquéfié (GNL), ainsi que d'une infrastructure de stockage et de transport du gaz naturel, selon le ministère de la Transition énergétique et du Développement durable. Des avantages économiques et environnementaux Ce programme ouvre de nouvelles perspectives pour l'intégration régionale et le développement économique du Maroc, tout en renforçant sa position en tant que hub énergétique régional en devenir. Sur le plan économique, ce programme soutient l'industrialisation et la croissance économique en créant de la richesse et des opportunités d'emploi.

Selon notre source, la transition vers le gaz offre également un avantage concurrentiel majeur à l'industrie marocaine. En réduisant les coûts énergétiques, le pays devient plus compétitif sur le marché mondial. De plus, avec les sanctions imposées par l'Union européenne contre la Russie et la hausse des prix du gaz en Europe, de nombreuses industries européennes recherchent des alternatives plus abordables et stables. Le Maroc pourrait ainsi devenir une terre d'accueil pour ces industries, impulsant ainsi une dynamique économique importante dans le pays. Dans le volet environnemental, ces infrastructures joueront un rôle crucial dans la transition énergétique du Maroc.

«Tout d'abord, elles permettront au Maroc d'importer une quantité accrue de gaz naturel liquéfié (GNL), ainsi qu'une plus grande quantité de gaz naturel via le gazoduc Nigeria-Maroc. L'augmentation de l'approvisionnement en gaz permettra de réduire la dépendance du Maroc à l'égard du charbon, qui constitue actuellement sa principale source d'énergie et qui est nettement plus polluante. En substituant le charbon par le gaz naturel, le Maroc pourra réduire ses émissions de gaz à effet de serre et améliorer ainsi sa performance environnementale», indique Anas Abdoun.

De plus, le gaz naturel reste la meilleure alternative à faible teneur en carbone pour combler les périodes d'intermittence des énergies renouvelables, telles que l'énergie solaire et éolienne. En tant qu'énergie complémentaire, le gaz naturel contribue à assurer la stabilité du réseau électrique et à garantir une alimentation en électricité continue, ce qui est essentiel pour assurer la viabilité économique des énergies renouvelables à long terme. Offre Maroc et plan gazier Le projet Offre Maroc pour le développement des filières de l'hydrogène vert représente une initiative majeure dans la transition énergétique du Maroc vers des sources d'énergie plus propres et durables. Dans ce contexte, le plan gazier peut jouer un rôle complémentaire crucial dans la réalisation des objectifs de ce projet et dans l'évolution du mix énergétique marocain.

«L'infrastructure gazière mise en place dans le cadre du plan gazier offre une voie logistique pour le transport et la distribution de l'hydrogène vert à grande échelle. Les gazoducs existants peuvent être adaptés pour transporter de l'hydrogène ou des mélanges hydrogène-gaz naturel, permettant ainsi une utilisation plus étendue de cette ressource énergétique dans tout le pays», dixit Abdoun. Et de conclure qu’en termes de mix énergétique, le développement simultané de l'industrie gazière et de l'hydrogène vert offre une solution complète et diversifiée pour répondre aux besoins énergétiques du Maroc. Alors que le gaz naturel peut servir de source d'énergie de transition, l'hydrogène vert représente une alternative à long terme propre et renouvelable. Ensemble, ces deux composantes du mix énergétique peuvent contribuer à réduire les émissions de carbone, à accroître la sécurité énergétique et à promouvoir la durabilité environnementale du Maroc. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 24 Mai 2024

Le Morocco Gaming Expo 2024 ouvre ses portes à Rabat

Vendredi 24 Mai 2024

Chômage en milieu rural : une tendance alarmante

Vendredi 24 Mai 2024

Épargne réglementée : une rémunération en baisse, mais un taux réel enfin positif

Jeudi 23 Mai 2024

Defendis lance une plateforme de cybersécurité 100% marocaine

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux