Yémen: un accord entre gouvernement et séparatistes doit être signé le 5 novembre

Yémen: un accord entre gouvernement et séparatistes doit être signé le 5 novembre

Le chef du Conseil de transition du Sud (STC) Aidarous al-Zoubaïdi ici le 29 août 2019. Un accord a été conclu à Jeddah entre le gouvernement et le STC le 25 octobre 2019. Nabil HASAN / AFP


 

Ryad, 2 nov 2019 (AFP) - Le gouvernement et les séparatistes au Yémen doivent signer le 5 novembre un accord conclu fin octobre sous l'égide de l'Arabie saoudite pour mettre fin à leur conflit, dans un pays dévasté par une guerre aux fronts multiples, ont déclaré samedi des responsables saoudiens et yéménites.

 

Ces dernières semaines, le gouvernement yéménite et les séparatistes du Conseil de transition du Sud (STC) ont tenu des pourparlers et des discussions discrètes sous la médiation de Ryad dans la ville saoudienne de Jeddah (ouest).

 

A l'issue de ces discussions, un accord a été conclu le 25 octobre. Il prévoit la formation d'un gouvernement de 24 ministères, qui seront "partagés à égalité entre les gouvernorats du nord et du sud du Yémen", selon la chaîne de télévision saoudienne Al-Ekhbariya.

 

Le gouvernement sera de nouveau installé à Aden, sous l'égide du Premier ministre Maïn Saïd afin de "relancer les institutions étatiques", selon des officiels et des médias saoudiens.

 

Un "comité joint" supervisé par la coalition militaire dominée par Ryad garantira la mise en œuvre de l'accord, d'après Al-Ekhbariya.

 

La signature officielle de "l'accord de Ryad" aura lieu mardi en Arabie saoudite en présence du prince héritier saoudien Mohammed Ben Salmane et du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, a indiqué sur Twitter le ministre de l'Information yéménite Mouammar al-Iryani.

 

Le prince héritier d'Abou Dhabi, Mohammed ben Zayed al-Nahyane, sera aussi présent, a précisé sur Twitter l'ambassadeur saoudien au Yémen Mohammed al-Jaber.

 

Les forces séparatistes ont pris le contrôle en août d'Aden, qui était devenue la base de repli du gouvernement après son expulsion de la capitale Sanaa (nord) par les rebelles Houthis en 2014.

 

Les affrontements entre les séparatistes et les forces loyalistes, en principe alliés dans la guerre menée contre les Houthis depuis 2014, ont fait craindre un éclatement du pays.

 

Le gouvernement yéménite a accusé les Emirats arabes unis de soutenir les séparatistes, qui réclament l'indépendance du Sud du Yémen -un Etat indépendant jusqu'en 1990- et qui forment les unités du "Cordon de sécurité" entraînées par Abou Dhabi.

 

Pilier de la coalition militaire dominée par Ryad intervenue en 2015 pour appuyer les forces progouvernementales contre les Houthis, Abou Dhabi a pour sa part accusé les autorités yéménites d'avoir laissé des éléments islamistes infiltrer leurs rangs.

 

Depuis le début de la guerre entre les rebelles Houthis et le gouvernement yéménite, des dizaines de milliers de personnes, essentiellement des civils ont été tuées dans la guerre, selon diverses organisations humanitaires.

 

Le conflit dans le sud du Yémen a aggravé la situation pour les civils dans un pays où la guerre a provoqué la pire crise humanitaire au monde, selon l'ONU.

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 21 Octobre 2021

Banques: les risques qui pèsent sur le secteur

Mercredi 20 Octobre 2021

Facebook pourrait bientôt changer de nom

Mercredi 13 Octobre 2021

Minage de Bitcoin: les États-Unis, premier producteur au monde

Lundi 11 Octobre 2021

Pilule anti-Covid-19: Merck dépose une demande d'autorisation du « Molnupiravir » aux États-Unis

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux