Ondes électromagnétiques : entre progrès technologique et préoccupations sanitaires

Ondes électromagnétiques : entre progrès technologique et préoccupations sanitaires

Avec l'avènement des nouvelles technologies, l'exposition de la population aux ondes électromagnétiques est en constante augmentation. Aujourd’hui, on estime que plus de 5,3 milliards de personnes utilisent un téléphone portable dans le monde, ce qui représente plus de 66% de la population mondiale. Un chiffre qui devrait atteindre 6,1 milliards d'ici 2025. Que ce soit par le biais des téléphones portables, des appareils sans fil ou connectés, ou même des lignes électriques à haute tension, nous sommes entourés de ces émissions invisibles.

Mais, de quoi s'agit-il exactement ? En effet, les ondes électromagnétiques sont des formes d'énergie qui se propagent à travers l'espace. Elles sont classées en fonction de leur fréquence et de leur longueur d'onde. Parmi les types courants, on retrouve les radiofréquences, les micro-ondes, les infrarouges, la lumière visible, les ultraviolets, les rayons X et les rayons gamma. Les sources d'ondes électromagnétiques auxquelles nous sommes exposés comprennent les téléphones portables, les antennes-relais, les réseaux Wi-Fi, les lignes électriques à haute tension et d'autres dispositifs émetteurs.

En fait, l'impact de ces ondes sur la santé humaine suscite depuis longtemps un débat passionné parmi les scientifiques et les experts en santé. De nombreuses études ont été menées pour évaluer l'impact des ondes électromagnétiques sur la santé humaine. Des organismes internationaux, tels que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP), examinent régulièrement les preuves scientifiques disponibles. Selon le Centre national d'information sur la biotechnologie (NCBI), la personne moyenne est exposée à environ 100 milliwatts de rayonnement radiofréquence provenant des téléphones portables par jour. Cela équivaut à environ 1/100ème de la quantité de rayonnement considérée comme nocive.

La Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP) recommande que l'exposition moyenne au rayonnement radiofréquence des smartphones ne doit pas dépasser pas 2 watts par kilogramme (W/kg). En d'autres termes, cela signifie qu'il est préférable de limiter l'utilisation d'un téléphone portable contre votre oreille à environ 30 minutes par jour afin de respecter ces recommandations.

Afin de protéger la population, des réglementations ont été mises en place dans de nombreux pays pour limiter l'exposition aux ondes électromagnétiques. Ces réglementations établissent des valeurs limites d'exposition qui doivent être respectées par les dispositifs émetteurs. Elles prennent en compte la fréquence, l'intensité et la durée de l'exposition, ainsi que les recommandations internationales émises par plusieurs organismes.

Le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), qui fait partie de l’OMS, a classé les champs électromagnétiques de radiofréquences, émis par les téléphones portables et d'autres sources, comme étant potentiellement cancérogènes pour l'homme, les classant dans le Groupe 2B. Cela signifie qu'il existe des indications limitées suggérant un risque de cancer, mais que les preuves épidémiologiques sont insuffisantes ou incertaines.

Le classement du CIRC s’est basé sur une évaluation des études disponibles à l'époque, qui comprenaient des recherches sur les effets des téléphones portables sur le risque de gliome, un type de cancer du cerveau. Cependant, il est important de noter que les preuves épidémiologiques spécifiques manquaient encore à cette époque, ce qui signifie qu'il n'y avait pas suffisamment de données concluantes pour établir un lien de cause à effet clair entre l'exposition aux ondes électromagnétiques et le développement de cancers.

La recherche scientifique dans ce domaine a progressé, mais les résultats restent encore mitigés et les preuves épidémiologiques solides manquent toujours pour établir une relation directe entre les ondes électromagnétiques et le cancer. Les études épidémiologiques menées jusqu'à présent n'ont pas pu fournir de résultats cohérents et concluants. À ce jour, leurs évaluations indiquent qu'il n'y a pas suffisamment de preuves concluantes pour établir un lien de cause à effet entre l'exposition aux ondes électromagnétiques et des effets néfastes sur la santé. Cependant, ils reconnaissent la nécessité de continuer à surveiller les nouvelles recherches et à prendre des mesures de précaution.

 

Par K.A

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 29 Mai 2024

Marrakech : ouverture du GITEX AFRICA 2024

Mardi 28 Mai 2024

MGE 2024 : immersion dans le premier salon de gaming au Maroc

Dimanche 26 Mai 2024

SIEL: «L’idée que les Marocains ne lisent pas est un stéréotype persistant, mais la réalité est plus nuancée»

Samedi 25 Mai 2024

GPT-4o : OpenAI pousse les limites de l’IA

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux