Bourse & Finances

Tous les articles

Creditinfo: «La réforme des BIC permettra de faire un grand pas vers l’inclusion financière»

Creditinfo: «La réforme des BIC permettra de faire un grand pas vers l’inclusion financière»

Réforme des BIC, impact de l’inflation sur la solvabilité, retour d’expérience du service Checkinfo…Tour d’horizon avec Sidimohamed Abouchikhi, Directeur Régional Afrique Francophone de Creditinfo Group, et directeur du Conseil d’administration de Checkinfo.

Finances News Hebdo : Dans ce contexte inflationniste, quelle appréciation faites-vous des risques d’insolvabilité des particuliers et des entreprises ?

Sidimohamed Abouchikhi : L’inflation a d’abord eu un impact sur la distribution des crédits, après les hausses successives du taux directeur (+150 pbs), répercutées partiellement sur les taux d’intérêt appliqués par les établissements de crédit (+53 pbs). Si l’on compare les 6 premiers mois de l’année 2023, nous constatons une quasi-stagnation des demandes d’octroi de crédit, alors qu’habituellement, nous avons une augmentation entre 5 et 8% (minimum), voire plus de la part des particuliers. Pour les entreprises, la baisse de la demande est atténuée quand on intègre les programmes d’appui du gouvernement. Pour revenir à votre question, l’inflation induit naturellement une réduction du pouvoir d’achat et impacte les habitudes de paiement. Nous le constatons avec la hausse des impayés qui est certes importante, mais moins que celle observée au niveau international. Je pense qu’au Maroc, l’évolution des impayés ou du défaut en général est plutôt maîtrisée. À ce jour, l’évolution des impayés en nombre est plus marquée chez les particuliers, alors qu’en termes d’encours, la grande partie est chez les entreprises. Somme toute, nous sommes sur un retour aux niveaux normatifs des impayés. Pas au même niveau que 2019, mais en amélioration par rapport à 2020 et 2021.

 

F. N. H. : Après une longue attente, le gouvernement a finalement adopté le projet de loi dédié aux Bureaux d’information sur le crédit. Quels sont les principaux apports de cette réforme ?

S. A. : Très attendue, la réforme des Bureaux d’information sur le crédit (BIC) permettra une meilleure maîtrise des risques systémiques et une meilleure accessibilité au financement. Elle permettra aussi de faire un grand pas vers l’inclusion financière et assurera aux BIC de collecter d’autres sources d’information, autres que les données classiques. Ces données dites alternatives, provenant des grands facturiers tels que les opérateurs télécoms, les fournisseurs d’eau et d’électricité, les compagnies d’assurances ou autres, permettront de combler l’absence d’historiques d’informations pour les clients non bancarisés. La disponibilité de ce type d’informations donnera la possibilité aux établissements de financement de s’ouvrir, avec moins d’appréhension, sur une nouvelle clientèle (particuliers et TPME) ne disposant pas d’historique bancaire, mais justifiant de bonnes habitudes de paiement. Et ce, tout en réduisant le recours aux garanties.  Je rappelle que sur les 53% de la population qui ont un compte bancaire, moins de 30% ont accès au crédit. L’idée de cette réforme est donc d’élargir l’accès au financement à cette population hors circuit.

 

F. N. H. : Quelles sont les priorités de Creditinfo Group au Maroc et en Afrique de l’Ouest à court moyen termes ?

S. A. : Avec plus de 30 bureaux de crédit en activité, Creditinfo jouit aujourd’hui de la plus forte présence mondiale dans ce secteur. Depuis plus de 25 ans, nous fournissons des solutions de bureaux de crédit et de gestion des risques ainsi qu’une information commerciale fiable à certains des plus grands prêteurs, gouvernements et Banques centrales du monde. L’objectif étant d’accroître l’inclusion financière et de générer de la croissance économique, en permettant l’accès au crédit aux PME et particuliers. En Afrique, Creditinfo est le leader du secteur avec une présence dans 18 pays. Présence qui continue d’être renforcée avec 2 nouvelles acquisitions datant d’un mois à peine, en Ouganda et en Namibie.

 

F. N. H. : Checkinfo, délégataire de Bank Al-Maghrib pour la gestion du service de centralisation des chèques irréguliers, a démarré ses activités en avril 2021. Quel retour d’expérience en faites-vous à ce jour ?

S. A. : Après deux ans d’activité, et selon les retours de nos usagers, on peut dire que Checkinfo a un impact positif significatif sur leur trésorerie et les tracasseries liées au recouvrement. En effet, il faut savoir qu’à 84%, les chèques vérifiés et affichés en irrégularité sont issus de comptes en interdit bancaire. Ce sont donc des personnes qui sont déjà en irrégularité bancaire à cause de chèques sans provision ou autres, et qui continuent d’émettre des chèques qui, bien sûr, seront retournés impayés. Aujourd’hui, Checkinfo permet à ses usagers de se prémunir contre ces fraudes. D’ailleurs, le taux d’efficacité du service est de 99,6%. Aussi, il faut savoir que sur l’ensemble des chèques qui sont vérifiés, 13% sont irréguliers. On ne peut donc que recommander à tout professionnel qui travaille avec le chèque de souscrire à Checkinfo et ainsi se prémunir contre les impayés.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

Dimanche 16 Juin 2024

Hausse des salaires : «L’appareil exécutif doit avoir l’audace de mieux taxer les secteurs riches et monopolisés»

Dimanche 16 Juin 2024

Stress Hydrique: une approche novatrice pour la gestion durable de l’eau en milieu urbain

Dimanche 16 Juin 2024

Peines alternatives : «L'amende journalière doit être pensée de façon à ce qu'elle ne favorise pas les criminels riches»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux