Prorogation de l’amnistie sociale: une décision bien accueillie par les TPME

Prorogation de l’amnistie sociale: une décision bien accueillie par les TPME

Pour certains chefs d’entreprise, la décision de proroger l'amnistie sociale est de nature à soulager un tant soit peu la trésorerie des TPME concernées.

 

Par M.Diao

Le nombre record d’entreprises défaillantes projeté (autour de 11.000 en 2021) et la surabondance des sociétés dites «zombies» (90.000) montrent la situation difficile que traversent bon nombre de PME marocaines. Force est d’admettre qu’il faudra du temps pour que l’ensemble du tissu économique, composé à plus de 90% de TPME, se remette de la crise liée à la pandémie, qui joue les prolongations.

C’est dans ce contexte en proie à plusieurs incertitudes sur les plans économique et sanitaire qu’a été actée la décision de proroger l'amnistie sociale en faveur des entreprises redevables à la CNSS. Et ce, lors du dernier Conseil d'administration (CA), présidé par la ministre de l’Economie et des Finances, Nadia Fettah Alaoui. Pour rappel, concrètement, il a été décidé de prolonger le délai requis pour bénéficier des deux nouvelles décisions ministérielles d’amnistie, destinées aux entreprises redevables à la caisse nationale. Pour la période antérieure à juin 2020, les entreprises concernées bénéficieront d'une remise totale des majorations de retard, astreintes et frais de recouvrement relatifs aux créances dues à la CNSS jusqu'à fin décembre 2022.

Pour la deuxième décision relative aux créances de l’exercice 2016 et antérieurs, la période d’amnistie a également été prolongée jusqu'à fin décembre 2022 avec, à la clef, deux nouveaux taux de remise (60% et 90%) en fonction de la durée de paiement.  Ahmed Elazraq, CEO de l’entreprise technologique GTEL, salue les deux décisions ministérielles. «Il s’agit d’une bonne nouvelle pour les TPME, dont plusieurs ont été fragilisées financièrement par le contexte pandémique», se réjouit l’entrepreneur. Et d’ajouter : «Les décisions prises à l’issue du C.A de la CNSS doivent être considérées comme d’importants efforts consentis par l’Etat et la Caisse, puisqu’ils doivent relever le défi de la généralisation de la couverture sociale et médicale. Un chantier dont le financement nécessite plusieurs milliards de DH».

 

Paroles de pro : Ahmed Elazraq, CEO de l’entreprise technologique GTEL
«Les deux décisions prises à l’issue du Conseil d’administration de la CNSS interviennent dans un contexte contrasté. Certes, l’actuelle situation économique est meilleure que celle de l’année 2020, mais toujours est-il que le climat général des affaires n’est pas encore au beau fixe. Et ce, en raison de la situation pandémique qui se détériore avec la grande vitesse de progression du variant Omicron. Cette configuration exacerbe les incertitudes et pénalise l’ensemble des secteurs liés au tourisme et à l’évènementiel. Ceci dit, notre secteur résiste très bien, puisqu’il a permis à plusieurs pans de l’économie nationale de maintenir leur activité en dépit des contraintes et des mesures prises par les autorités. Il est de bon augure de constater que plusieurs chefs d’entreprise s’efforcent de s’adapter aux conséquences induites par la crise sanitaire. Je pense que le contexte pandémique a renforcé le caractère résilient de plusieurs patrons de société qui continuent de se battre».

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 24 Mai 2022

Univers TPME. FinCréa: une passerelle digitale entre le secteur bancaire et les porteurs de projets

Dimanche 22 Mai 2022

Challenge startupper: trois femmes raflent la mise

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux