Sécurité alimentaire: l’OCP engagé sur plusieurs fronts

Sécurité alimentaire: l’OCP engagé sur plusieurs fronts

Depuis le début de la crise russo-ukrainienne, qui a réveillé le spectre de la famine dans certains pays africains, le Groupe OCP mène une croisade contre cette menace. C’est dans ce cadre que le leader mondial des exportateurs de phosphates est engagé sur plusieurs fronts pour la sécurité alimentaire dans le continent. Les détails sur quelques initiatives déjà lancées.

La sécurité alimentaire des populations africaines préoccupe beaucoup l’OCP. En effet, depuis que la situation s’est exacerbée suite à la guerre russoukrainienne qui, rappelons-le a été directement suivie d’une crise sanitaire très douloureuse, le leaderphates a multiplié les initiatives pour contribuer à la sécurité alimentaire du continent africain.

4 millions de tonnes d’engrais aux agriculteurs africains

C’est dans ce dessein que l’Office a dédié plus de 4 millions de tonnes d’engrais aux agriculteurs africains en 2023. L’annonce a été notamment faite par Mostafa Terrab, PDG du Groupe OCP, lors des Assemblées annuelles de la Banque mondiale tenues le 11 octobre 2022. Cela représente plus du double de l’approvisionnement consacré par l’OCP au continent en 2021 et plus d’un quart de la production totale prévue par le Groupe. S’exprimant à cette occasion, Mostafa Terrab avait notamment déclaré que «la situation géopolitique actuelle révèle des fragilités systémiques profondes dans les systèmes agricoles mondiaux. Nous devons relever les défis auxquels sont confrontés les agriculteurs africains, qu’il s’agisse des infrastructures, de la formation ou de l’accès au marché et au financement. Nous sommes heureux de pouvoir apporter notre contribution.

Le Groupe OCP est également reconnaissant pour l’excellent dialogue et la collaboration avec la Banque mondiale, l’IFC, l’USAID, ainsi que les autres agences multilatérales et de développement impliquées dans cet effort, compte tenu de leur leadership et de leur engagement à long terme envers le développement de l’Afrique». Lancée depuis le début de l‘année, cette allocation devra garantir que les bons engrais soient disponibles pour l’ensemble du continent, en vue de stimuler les rendements de 44 millions d’agriculteurs dans 35 pays, y compris au Maroc.

 

Un contrat avec Microsoft pour promouvoir l’agritech en Afrique

Dans le but de muscler son dispositif d’appui aux agriculteurs africains, le Groupe s’est également rapproché de Microsoft. OCP Africa, sa filiale africaine, qui fournit des solutions d’engrais adaptées aux conditions locales et aux besoins des sols et des cultures à travers le continent s’est, en effet, associée à Microsoft pour renforcer et développer sa plateforme d’agriculture numérique.  Il s’agit notamment d’une plateforme qui améliore la qualité de la production des agriculteurs et leur permet de mieux gérer leurs entreprises. Le partenariat entre les deux entreprises vise à étendre rapidement les plateformes agricoles à des zones géographiques nouvelles et existantes, ce qui relèvera ainsi le niveau des services offerts et permettra d’en développer de nouveaux.

Le partenariat permettra également aux petits exploitants agricoles d’accéder aux compétences et à l’information grâce à des services agronumériques, en s’appuyant sur les programmes d’OCP Africa, tels que le concept de l’Agri hub. OCP Africa travaillera aussi avec Microsoft pour explorer l’utilisation du big data, le machine learning et l’intelligence artificielle pour construire les plateformes de données et d’intelligence artificielle des agriculteurs africains afin d’améliorer leur efficacité opérationnelle et de mieux servir les parties prenantes de leur écosystème agricole. Parallèlement à ces initiatives, OCP Africa poursuit ses activités traditionnelles qui portent sur l’analyse gratuite des sols dans certains pays, la formation professionnelle et commerciale, la recherche scientifique ainsi que l’accès au financement, à l’assurance et aux marchés. Par exemple, en matière d’analyse des sols, OCP Africa dispose d’un programme de laboratoire scolaire.  Dénommé School Lab, c’est un laboratoire de sol mobile qui se déplace pour rencontrer les agriculteurs là où ils se trouvent, les aide à tester leur sol, puis délivre gratuitement des recommandations d’application d’engrais pour leur sol et leur mélange de cultures. 

School Lab a déjà aidé 350.000 agriculteurs au Kenya, au Nigeria, au Togo, au Burkina Faso, au Ghana, en Tanzanie et en Côte d’Ivoire, et les responsables espèrent atteindre 500.000 d’ici trois ans.  Comme autre exemple, il y a également Agribooster, une initiative unique pour les cultures vivrières qui fournit aux agriculteurs un soutien pour tous les aspects de la chaîne de valeur agricole.  Lancée pour la première fois en tant que projet pilote en Côte d’Ivoire, Agribooster relie les agriculteurs au financement et à l’assurance, travaille avec des agents de vulgarisation locaux pour les former à l’utilisation appropriée des engrais, collabore avec d’autres fournisseurs pour s’assurer qu’ils disposent du bon engrais et d’autres intrants, et dans certains cas, achète leur récolte à un prix préalablement convenu.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mardi 21 Mai 2024

Commerce en Afrique : la BAD et la BCP signent un accord de partage de risques de 70 millions de dollars

Samedi 18 Mai 2024

DeepTech: aperçu de l'écosystème en Afrique

Vendredi 17 Mai 2024

Entrepreneuriat & Venturing : «L'Afrique a la capacité de se positionner sur la technologie avancée»

Mercredi 15 Mai 2024

Plus de 1500 exposants de 130 pays attendus à Marrakech pour le GITEX AFRICA 2024

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux