Papier et carton: la pénurie de matières premières s’accentue

Papier et carton: la pénurie de matières premières s’accentue

Des risques pèsent sur les filières de l’emballage, de l’impression et des produits hygiéniques.

Les professionnels interpellent le gouvernement pour prendre des mesures appropriées.

 

Par C. Jaidani

 

 

A l’image de plusieurs filières industrielles, le secteur du papier et du carton est secoué par une grave crise d’approvisionnement en matières premières. Cette situation a réduit énormément la visibilité des opérateurs. Outre l’augmentation des prix, les professionnels trouvent beaucoup de peine à honorer leurs engagements envers leurs clients.

«La crise a commencé il y a plus d’une année. Mais elle s’est aggravée au fil des mois. La pénurie du papier et du carton est mondiale et impacte tous les industriels du secteur. Nous sommes obligés de ne pas accepter toutes les commandes et de ne privilégier que nos clients historiques. A cause de la perturbation de la chaîne de valeur, des problèmes de logistique et de transport, les délais de livraisons ont été allongés», souligne Mohamed Iraqui, président de l’Association des fabricants d’emballage (AFD). Il a averti que «certains secteurs stratégiques comme celui de la pharmacie ou de l’agroalimentaire risquent d’être perturbés à cause de l’insuffisance de l’emballage».

«Nous sommes en discussion avec le ministère de l’Industrie et du Commerce, avons présenté nos doléances et exposé les problématiques du secteur. Pour le court terme, nous proposons certaines mesures, notamment la suppression des droits de douane sur l’importation de la matière première afin de diversifier nos sources d’approvisionnement et assurer les importations de pays avec lesquels le Maroc n’est pas lié par un accord de libre-échange». Pour le long terme, l’AFD souhaite inciter des investisseurs étrangers ayant le savoir-faire dans le domaine à installer des usines au Maroc. Leur production sera destinée non seulement au marché local, mais également à l’Afrique ou d’autres marchés.

«C’est un secteur industriel porteur qui peut créer des milliers d’emplois et de la valeur ajoutée», explique Iraqui. Chez les imprimeurs et les fabricants de papier hygiénique, de livres et de cahiers scolaires, c’est le même sentiment d’inquiétude qui se dégage.

«Auparavant, les fournisseurs de papier nous assuraient les livraisons entre deux semaines à un mois au maximum. Actuellement, les délais s’allongent de plus en plus, passant à plus de trois mois. A cause du renchérissement des prix, nous ne pouvons réaliser un devis avec exactitude pour nos clients et nous sommes contraints de revoir à la hausse nos factures. Notre secteur traverse une période difficile», témoigne Taoufik Attar, imprimeur à Casablanca. Il affirme que «le papier et le carton sont des produits indispensables pour tous les secteurs, qu’ils soient agricole, industriel, de commerce ou de service. Il est temps de créer une centrale d’achat national du papier et du carton pour bien négocier les contrats et réaliser des économies d’échelle.

Pour le long terme, il faut booster cette industrie, le Royaume possèdant tous les ingrédients nécessaires pour relever ce défi. Il l’a fait pour d’autres activités et cela a donné des résultats remarquables». 

 

Les raisons de la flambée
La flambée des prix de la pâte à papier a commencé bien avant la crise sanitaire. Plusieurs pays exportateurs comme la Suède ont réduit leur production pour se conformer à des recommandations écologiques. Pour sa part, la Chine, qui était le champion mondial du recyclage du papier et du carton, a délaissé cette option pour privilégier les importations. Les prix sont passés de 600 à 1.000 dollars/tonne. Du coup, la demande mondiale a explosé et généré une tension sur les marchés. La reprise économique a accentué davantage la crise. Les prix se sont inscrits dans un trend haussier et tout laisse présager que cette tendance devrait se poursuivre cette année.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Jeudi 26 Mai 2022

Maroc. La croissance devrait s'établir à 1,8% en 2022, selon la BAD

Mercredi 25 Mai 2022

Assurance maladie obligatoire: 1,6 million d’agriculteurs concernés dans un premier temps

Mardi 24 Mai 2022

Le groupe OCP rejoint le World Economic Forum (WEF)

Mardi 24 Mai 2022

Smurfit Kappa choisit le Maroc pour son premier investissement en Afrique

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux