Arrifi: «L’ADA porte un appui fort aux groupements producteurs des produits du terroir»

Arrifi: «L’ADA porte un appui fort aux groupements producteurs des produits du terroir»

La stratégie Génération Green 2020-2030 prévoit le déploiement d’un programme dédié à l’appui des jeunes porteurs d’idées de projets.

Plusieurs actions ont été menées pour l’accompagnement et l’encadrement des femmes dans le milieu agricole et rural.

Entretien avec El Mahdi Arrifi, DG de l’Agence de développement agricole (ADA).

 

Propos recueillis par C. Jaidani

Finances News Hebdo : Vous avez placé le capital humain au centre de la stratégie Generation Green. Quelles sont les mesures que vous avez prévues en faveur du développement de l’entrepreneuriat agricole ?

El Mahdi Arrifi : La stratégie Génération Green 2020-2030 a mis un accent fort sur le développement du capital humain. A ce titre, une attention particulière a été accordée à la catégorie des jeunes dans l’objectif de faire émerger une nouvelle génération d’entrepreneurs agricoles, et ce à travers l’accompagnement des jeunes à l’insertion professionnelle et à l’auto-emploi. Pour relever ce défi, la stratégie Génération Green 2020-2030 prévoit le déploiement d’un programme dédié à l’appui des jeunes porteurs d’idées de projets, avec comme objectif l’émergence de 45.000 nouveaux exploitants agricoles dans le cadre de la valorisation d’un million d’hectares de terres collectives et la création de 170.000 emplois dans les services liés à l’agriculture à l’horizon 2030. Pour l’opérationnalisation de ce programme, le département de l’Agriculture a entrepris plusieurs actions pour l’encouragement de l’entrepreneuriat en milieu rural, notamment la mise en place d’un Centre régional des jeunes entrepreneurs agricoles et agro-alimentaires (CRJEA) au niveau de chaque région. L’objectif est l’accompagnement des jeunes porteurs d’idées de projet ou de projets assurant une meilleure attractivité des jeunes entrepreneurs et des organisations agricoles.

De même, les ressources humaines des CRJEA seront formées dans le domaine de l’entrepreneuriat des jeunes en milieu rural pour réaliser leurs missions dans de bonnes conditions. Il y a aussi, l’élaboration d’un schéma directeur des métiers agricoles, para-agricoles et digitaux permettant d’offrir aux jeunes (hommes et femmes) un dispositif de soutien et d'accompagnement afin de s'ouvrir sur le monde de l'entrepreneuriat, à travers les différentes étapes de création d'entreprises (de l'idée à la constitution) en vue de développer leurs projets entrepreneuriaux. Sans oublier la digitalisation du programme à travers le lancement de la mise en place d’une plateforme digitale et d’un système de suivi du programme de l’entrepreneuriat des jeunes. Cette plateforme permettra de faciliter et de simplifier les différentes démarches administratives liées à l'implantation des entreprises dans le monde rural, au profit des jeunes ayant des idées de projets afin de faciliter leur accès à l'information et bénéficier de divers services liés à l'accompagnement à distance. Dans cette dynamique, l’ADA a initié le lancement de la première édition du Concours national de l'innovation Agriyoung Innovate. Ce challenge a visé le renforcement de l’écosystème entrepreneurial en milieu rural et à soutenir, encourager et accompagner les jeunes entrepreneurs dans les domaines de l'agriculture digitale et climato-intelligente afin de concrétiser leurs initiatives innovantes, qui contribueront à moderniser le secteur agricole marocain et à améliorer sa résilience face aux défis du futur.

A ce titre, 44 jeunes porteurs de 25 projets ont été suivis à travers un programme d'accompagnement intensif sur une durée de 5 mois, et les quatre premiers projets innovants ont été primés et sont en cours d’accompagnement pour décrocher le premier client. En matière d’accompagnement financier, des projets de textes réglementaires relatifs à l’octroi des incitations financières spécifiques aux jeunes ont été élaborés pour la réalisation de projets de valorisation des terres collectives agricoles. Aussi, il y a eu la mise en place de nouvelles offres de projets dédiées aux jeunes ruraux et femmes rurales pour la promotion de l’entrepreneuriat solidaire. Ces projets, qui s'appuient sur des investissements publics au niveau territorial, notamment dans les zones vulnérables (montagne, oasis), permettront l'insertion sociale des jeunes et créeront de nouvelles opportunités d'emploi pour améliorer et diversifier leurs sources de revenus.

 

F.N.H. : Quelles sont les nouveautés que vous avez apportées au modèle de l’agrégation agricole dans le cadre de la stratégie Génération Green ?

E. M. A. : Dans le cadre de la stratégie «Génération Green», les réalisations en termes d’agrégation sont appelées à être plus renforcées et dynamisées en vue de faire face aux nouveaux défis liés à la commercialisation et la valorisation de la production agricole, et qui ne peuvent être relevés sans l’intégration des différents maillons de la chaîne de valeurs, à travers, essentiellement, l'adoption de l'agrégation agricole comme principale approche pour la structuration du secteur agricole et le renforcement de sa compétitivité dans les marchés intérieurs et extérieurs. En effet, la stratégie «Génération Green» prévoit au niveau de son premier fondement relatif à la priorisation de l’élément humain, le lancement d’une nouvelle génération d’organisations agricoles à travers notamment l’essaimage de nouveaux modèles d’organisation, de coopératives agricoles et d’agrégation combinant offre de valeur économique et sociale. A ce titre, l’Etat prévoit de lancer une nouvelle génération de projets d’agrégation innovants qui joueront le rôle de hubs régionaux et nationaux pour le transfert des nouvelles technologies aux agriculteurs, notamment en matière d’agriculture digitale, et qui tiennent compte, avant et au cours de leur mise en œuvre, des spécificités de chaque filière et de chaque territoire.

La mise en place de ces projets d’agrégation s’appuiera essentiellement sur les nouveaux arrêtés d’application de la loi 04-12 relative à l’agrégation agricole, qui visent la simplification et l’assouplissement des procédures d’approbation des projets d’agrégation et d’octroi des subventions. En effet, les deux nouveaux arrêtés d’application de la loi 04-12 sur l’agrégation agricole relatifs aux modalités d’approbation et d’octroi des subventions aux projets d’agrégation viennent d’être publiés au Bulletin Officiel n°6990 du 27 mai 2021. Ces nouvelles modifications, qui visent essentiellement à simplifier et à assouplir les procédures d’approbation des projets d’agrégation et d’octroi des subventions de l’Etat liées à l’agrégation, portent notamment sur la révision des critères et normes d’éligibilité, l’intégration de nouveaux modèles d’agrégation et de nouvelles filières, l’assouplissement de la procédure d’approbation des projets d’agrégation, l’assouplissement de la procédure d’octroi des subventions ainsi que la mise en place d’un taux préférentiel pour les subventions octroyées au matériel d’élevage.

 

F.N.H. : Pourriez-vous nous parler de l’intégration de l’aspect genre dans la stratégie de développement de la commercialisation des produits du terroir ?

E. M. A. : Le Royaume dispose d’une grande richesse en termes de produits du terroir, ce qui constitue un véritable levier de création d’emploi et de source de revenus pour le monde rural. Et afin de leur permettre une meilleure valorisation et visibilité, il est important d’opérer un accompagnement tout au long du processus de fabrication jusqu’à la commercialisation. Dans ce cadre, l’Agence pour le développement agricole (ADA) porte un fort appui aux groupements des producteurs de produits du terroir depuis l’avènement du Plan Maroc Vert et actuellement, dans le cadre de la stratégie Génération Green, qui vise à maintenir et renforcer davantage cet appui. A ce titre, plusieurs actions ont été menées pour l’accompagnement et l’encadrement des femmes dans le milieu agricole et rural, à travers notamment l’encouragement et le renforcement du mouvement organisationnel en agriculture autour des projets agricoles, le renforcement des capacités techniques et managériales des femmes, le conseil agricole, l’appui à la labellisation, la promotion et la commercialisation des produits agricoles. Ainsi, depuis la mise en œuvre de la stratégie de développement de la commercialisation des produits du terroir, l’approche genre a été prise en considération dans tous les chantiers et programmes lancés par l’ADA. Il s’agit de l’accompagnement des groupements des produits du terroir par le lancement de 8 programmes de mise à niveau de groupements producteurs des produits du terroir.

Ces programmes ont touché 380 groupements représentant près de 1.130 coopératives et plus de 29.400 adhérents, dont 39% sont des femmes, relevant de toutes les régions du Royaume et opérant dans 16 catégories de produits (Argan et dérivés, couscous et dérivés, cactus et dérivés, dattes et dérivés, amandes et dérivés, arachide et dérivés, PAM, olives de table, huile d'olive, noix, figues, truffes, légumineuses, vinaigre de pommes, confiture de cerises, et produits d'origine animale). L’ADA a aussi veillé à la mise en œuvre des conventions de partenariat signées avec les enseignes de la grande distribution (Marjane, Aswak Assalam, Label’Vie/Carrefour et le marché solidaire Oasis de Casablanca) à travers l’organisation de plusieurs rencontres B to B entre les acheteurs desdites enseignes et les groupements des produits du terroir. Ces rencontres ont permis de référencer 230 groupements représentant 482 coopératives et plus de 14.300 petits agriculteurs, dont 49% sont des femmes, pour commercialiser divers produits du terroir au niveau des surfaces desdites enseignes. Aussi, l’ADA a mis en place 2 kiosques coopératifs à Rabat et Agadir pour commercialiser les produits du terroir issus de 95 groupements représentant 250 coopératives et 6.280 adhérents, dont 50% sont des femmes. Dans le même sens, l’ADA a tenu à renforcer davantage les canaux de distribution des produits du terroir, et ce à travers le lancement en ligne de la plateforme www. terroirdumaroc.gov.ma, regroupant 200 groupements et représentant 382 coopératives et 11.670 adhérents, dont 44% sont des femmes.

Ce nouveau site web dédié à la promotion et la commercialisation électronique des produits du terroir constitue une belle opportunité pour étendre l'accessibilité de ces produits à tous les consommateurs et professionnels, ce qui se répercutera d'une manière très positive sur les GIE (Groupements d'intérêt économique) et les coopératives. L’ADA a aussi veillé, dans le cadre du renforcement de la notoriété des produits du terroir marocain, à la mise en place du label collectif «Terroir du Maroc» en tant que marque collective pour la promotion des produits du terroir marocain et le positionnement d’une offre commune desdits produits. Ainsi, et depuis l’institution du Comité d’homologation pour l’usage dudit label, l’ADA a procédé à l’octroi des autorisations d’usage au profit de 971 produits du terroir émanant de 234 groupements producteurs des produits du terroir et représentant 438 coopératives et plus de 13.075 adhérents, dont 31% sont des femmes. Il faut aussi signaler que l’ADA a organisé, depuis 2014, cinq éditions du Concours marocain des produits du terroir afin de mettre en valeur les meilleurs produits du terroir marocains et de promouvoir leur qualité auprès des consommateurs au niveau des marchés nationaux et internationaux. Ainsi, la 5ème édition a connu la participation de 303 groupements représentant 610 coopératives et 14.150 adhérents, dont 40% sont des femmes.

A l’échelle internationale, l’ADA a également œuvré à la promotion desdits produits, à travers la participation à plusieurs manifestations internationales, telles que le Salon international de l'agriculture de Paris (SIA), le Salon international de l'alimentation à Abu Dhabi (SIAL ME/ADIFE) et la Semaine verte de Berlin (SVB). Lors de ces manifestations, une série de rencontres B2B ont eu lieu, dans le but de conclure des partenariats pour l'export solidaire des produits du terroir sur les marchés ciblés. A ce jour, 291 groupements producteurs de produits du terroir, représentant 795 coopératives et plus de 25.264 petits agriculteurs, dont 41% de femmes adhérentes, ont pris part auxdits salons.

 

F.N.H. : Quels sont les efforts consentis pour la promotion des produits marocains à l’étranger ?

E. M. A. : Consciente de l’importance des produits du terroir qui constituent une alternative prometteuse pour la diversification des sources de revenus des petits producteurs, l’ADA accompagne activement les producteurs des produits du terroir pour améliorer leur capacité collective à mieux répondre aux exigences des marchés et de leur faciliter l’accès au marché national et international, avec pour objectif d’améliorer leurs sources de revenus et leurs conditions de vie. La stratégie dédiée à la promotion de ce secteur vise principalement à valoriser ces produits, faciliter l’accès aux différents circuits de distribution et permettre aux petits producteurs de développer des opportunités de commercialisation des produits du terroir aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale.

A cet effet, et dans le cadre de la promotion des produits du terroir à l’échelle internationale, l’ADA organise, depuis 2013, la participation des groupements producteurs aux salons internationaux. La participation à ces événements a permis d’asseoir la notoriété des produits du terroir marocain sur ces marchés, de rehausser le niveau de la qualité de ces produits et d’améliorer leur exportabilité. A ce jour, plus de 291 groupements (représentant 795 coopératives et plus de 25.270 petits agriculteurs) ont participé aux manifestations internationales précitées, ce qui a permis une augmentation remarquable des exportations des produits du terroir et l’amélioration des revenus des producteurs. Aussi, un contrat sur 3 ans a été signé avec la GMS belge Colryut, en marge du salon Sidattes à Erfoud (édition 2022), afin d’exporter annuellement 60 tonnes de dattes Mejhoul et de les commercialiser sur les différentes filiales de ladite enseigne. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 20 Juillet 2024

Campagne 2024/2025 : une saison agricole compliquée en perspective

Vendredi 19 Juillet 2024

Baisse du taux directeur, quel impact sur les crédits bancaires?

Vendredi 19 Juillet 2024

Taux directeur : après la baisse, quelles perspectives pour les investisseurs ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux