Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Développement durable

COP26: ces quatre axes facteurs de succès

COP26: ces quatre axes facteurs de succès
Lundi 11 Octobre 2021 - Par admin

credits to @shutterstock

 

Patricia Espinosa, secrétaire exécutive d'ONU Climat, a spécifié les axes susceptibles de garantir le succès de la COP26.

 

Par M. Diao

 

quelques semaines de la tenue de l’événement dédié à la protection de l’environnement le plus important au monde, il est opportun de se pencher sur les composantes de son succès. L’enjeu est de taille si l’on sait que 2020 a été l'une des trois années les plus chaudes jamais enregistrées, et la chaleur des océans a atteint des niveaux record.

L’une des raisons mises en avant par la communauté scientifique et qui serait à l’origine du réchauffement climatique et de la multiplication des catastrophes naturelles ces dernières années, est l'augmentation continue des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère. C’est dans ce contexte que l'ONU, via la secrétaire exécutive d'ONU Climat, Patricia Espinosa, a spécifié les axes susceptibles de garantir le succès de la COP26.

Une manifestation qui se tiendra du 1er au 12 novembre 2021 à Glasgow (Ecosse). L’exercice de la Secrétaire exécutive est d’autant plus pertinent que la situation d'urgence climatique perdure, cinq ans après l'Accord de Paris. En conséquence, il est impératif pour les pays participants à la prochaine COP d’accroître substantiellement leurs engagements multiformes en faveur du climat. A en croire l’ONU, compte tenu du rétrécissement rapide de la fenêtre d'opportunité pour prévenir les pires impacts des changements climatiques, 2021 est l'année la plus importante pour le climat depuis l'adoption de l'Accord de Paris.

Les quatre points-clefs

Pour Patricia Espinosa, la clé du succès de la COP26 tient dans 4 points. D’abord, les promesses faites aux pays en développement doivent être tenues, en particulier celle des pays développés de mobiliser 100 milliards de dollars par an pour le financement de la lutte contre les changements climatiques. Ensuite, que les gouvernements arrivent, lors de la COP 26, à conclure les points en suspens et les négociations pour mettre pleinement en œuvre l'Accord de Paris. Les pays doivent réduire leurs émissions, tout en faisant preuve d'une plus grande ambition en matière de climat.

Et ce, non seulement en ce qui concerne les réductions d'émissions, mais aussi l'adaptation et le renforcement de la résilience aux effets des changements climatiques. Enfin, de l’avis de l’organisation internationale, lors de la prochaine COP, aucune voie ou solution ne devrait être laissée de côté. Et ce, grâce à un réengagement avec les observateurs et les autres parties prenantes non-partisanes, vers un objectif commun.

Quelques raisons d’être optimistes

L'élan croissant en faveur de l'action climatique, tant auprès des gouvernements que des acteurs non étatiques de plus en plus conscients de l’impératif de booster leurs ambitions climatiques, pousse à l’optimisme. Le secteur privé fait preuve d’un volontarisme salutaire, comme en témoignent plusieurs initiatives cruciales, pour ne citer que la campagne «Objectif Zéro». Cette dernière mobilise les gouvernements, les entreprises et la société civile. L’objectif étant d’atteindre la neutralité carbone le plus rapidement possible ainsi que la croissance des énergies renouvelables dans le monde entier.

Dans le même ordre d’idées, parmi les signes d'une plus grande ambition de la part des gouvernements, figurent, entre autres, les annonces de la Corée, du Japon, de la Chine et du Royaume-Uni concernant leurs stratégies climatiques à long terme. Autres illustrations édifiantes de l’engagement des Etats, le Green Deal de l'Union européenne et la décision des États-Unis de réintégrer l'Accord de Paris. Au final, la COP26 se tiendra dans un contexte dont l’enjeu principal est de bâtir un avenir résilient, durable et prospère pour tous.

 

 

 

 

Développement durable Actualité Maroc COP

Partage RÉSEAUX SOCIAUX