Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

boursenews

Label'Vie : les marges vont-elles suivre l'explosion du chiffre d'affaires ?

Label'Vie : les marges vont-elles suivre l'explosion du chiffre d'affaires ?
Lundi 18 Mai 2020 - Par boursenews

Le groupe Label'Vie a annoncé samedi un chiffre d’affaires de 2,88 Mds de dirhams, en hausse de 26% comparé à la même période de l’exercice 2019. Mais cette hausse historique des ventes risque de ne pas se retrouver dans les marges à en croire la Recherche de CFG BANK. 

 

Si les ventes ont connu une forte croissance au T1-2020, les marges n'ont peut-être pas connu le même sort. "En pleine crise du Covid-19, les ménages ne stockent pas de vin français, de caviar ou de saumon fumé, mais du sucre, de la farine et des huiles à plus faible marge", lit-on dans une note de CFG Bank en réaction aux résultats de Label'Vie

 

Mais toute croissance est bonne à prendre car la hausse des ventes sera bénéfique pour aider à diluer les coûts fixes et générer des économies d'échelle plus élevées et donc aider à maintenir les marges. "Cela dit, cela ne se traduira peut-être pas par une forte reprise des marges d'exploitation et une croissance des résultats", prévient CFG Bank.

 

"Nous pensons que la rentabilité augmentera à un rythme plus modéré en 2020". 

 

 

Plusieurs facteurs peuvent limiter la croissance des bénéfices et des marges selon les analystes : 

 

1. Un effet mix produit défavorable, résultant du stockage de produits basiques à faible marge;

 
2. La baisse attendue des ventes d'alcool, déclenchée par le confinement. Les experts de l'industrie s'attendent à une baisse des ventes d'alcool de 7% à 10% en 2020. Les boissons alcoolisées sont des générateurs de marge élevée et contribuent de manière significative au rabais consolidé et aux marges avant du groupe. Alors que le confinement se déroule pendant une période relativement favorable car il coïncide avec les mois saints de Chaabane et du Ramadan, une période de l'année où les ventes d'alcool sont traditionnellement au plus bas, la consommation ne bénéficiera pas de la forte dynamique de la haute saison pendant les vacances d'été car les autorités peuvent toujours fermer les restaurants, bars et autres lieux de divertissement pour éviter les rassemblements et protéger la population contre une autre vague de contamination. 



3. Un retard dans les ouvertures et les rénovations des magasins à la suite du confinement. Cela entraînera une baisse des revenus d'ouverture et de réouverture par rapport à l'année dernière. Le management a annoncé samedi que tous les chantiers de développement ont été arrêtés et reprendront après le confinement. En fait, les CAPEX ont totalisé 71,2 millions de dirhams au premier trimestre 2020 contre 82,1 millions de dirhams par rapport à la même population l'an dernier.

 

"À la lumière des facteurs mentionnés ci-dessus, nous ne nous attendons pas à ce que les bénéfices et les marges augmentent aussi vite que les ventes en 2020", conclut CFG Bank dans son commentaire. 

Actualité Boursière Actualité Économique

Partage RÉSEAUX SOCIAUX