Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Bourse &Finances

PLF 2020 : dépenser moins et mieux

PLF 2020 : dépenser moins et mieux
Mardi 03 Septembre 2019 - Par Finances News

 

L’élaboration des propositions relatives au PLF 2020 doit tenir compte d’une panoplie de mesures en droite ligne des efforts déployés par le Maroc afin de préserver ses équilibres économiques, a indiqué le Chef du gouvernement dans une lettre où le mot «rationalisation» des dépenses revient à chaque paragraphe.

 

Par A.H

 

Dans une note d’orientation concernant l’élaboration du PLF 2020, Saad-Eddine El Otmani a appelé les différents départements à se conformer à un certain nombre d’orientations lors de l’élaboration de leurs propositions au titre du PLF 2020, à savoir la maîtrise des dépenses, le recours à un financement innovant ou encore la mise en œuvre des différentes réformes.

A la lumière de ces mesures, il a été procédé à la fixation des enveloppes budgétaires maximales pour chaque département ou institution, portant sur les dépenses de matériel et d’investissements, a fait savoir El Otmani, invitant les différents départements à soumettre leurs propositions à ce sujet avant le 30 août 2019.

 

Maîtriser les dépenses

Les propositions doivent prendre en compte la nécessité de maîtriser la dépense budgétaire, qui a considérablement dérapé durant les derniers mois. La note d’orientation de l’Exécutif insiste par conséquent sur la rationalisation des propositions relatives à la création des postes budgétaires, en les limitant aux besoins de base, à même de garantir l’amélioration de la qualité des services rendus aux citoyens, tout en œuvrant à tirer le meilleur des capacités en matière de redéploiement des postes budgétaires, pour couvrir le déficit réel aux niveaux spatial et sectoriel.

 


A lire >  Benchaaboun s'attaque aux dépenses de fonctionnement 


 

El Otmani a également recommandé la rationalisation des dépenses relatives à la gestion de l’administration et la poursuite de la maîtrise de son train de vie, en particulier dans le domaine de la consommation de l’eau et de l’électricité, en ayant recours davantage aux énergies renouvelables et aux technologies d’efficacité énergétique. Il s’agit aussi de la rationalisation des dépenses liées aux communications, au transport et à la mobilité nationale et internationale, la location et l’aménagement des sièges administratifs, la réception et l’événementiel ainsi que les frais des études et de location et achats de voitures.

La note a souligné aussi la nécessité de revoir la méthode de gestion des allocations d’investissement par le biais de la rationalisation des demandes croissantes en termes de crédits et en donnant la priorité aux projets objets de conventions nationales et internationales signées devant le Roi ou scellées avec des institutions internationales ou des bailleurs de fonds.

 

Investir mieux

Au registre des investissements, la note a appelé à l’amélioration de l’efficience des investissements publics à travers l’adoption de la nouvelle approche à mettre en œuvre graduellement, à partir de l’année prochaine. Cette approche consiste à privilégier les projets les plus rentables sur les plans social et économique, et à améliorer les mécanismes de suivi de réalisation et de contrôle a posteriori de ces projets.

Le recours à des financements innovants à travers l’activation du nouveau cadre juridique de partenariat avec le secteur public et privé (PPP), est une autre orientation préconisée par l’Exécutif. La fixation des budgets d’investissement dépendra du niveau d’engagement du secteur ou de l’établissement concerné dans la mise en œuvre de ce nouveau mécanisme de financement.

La reconsidération des méthodes de gestion des investissements passe également par la régularisation préalable de la situation juridique du foncier réservé aux projets d’investissement, ainsi que par une gestion active du capital foncier de l’État en allouant les revenus au soutien des réformes sectorielles.

En ce qui concerne les établissements et entreprises publics bénéficiant des ressources allouées ou de subventions de l’État, il leur incombe de s’aligner aux mêmes orientations relatives à la préparation du budget général de l’État, a relevé El Otmani. ◆

 

 

Loi de Finances Actualité Économique

Partage RÉSEAUX SOCIAUX