Bourse & Finances

Tous les articles

IFRS 17 : Les compagnies d’assurances dans l’urgence

IFRS 17 : Les compagnies d’assurances dans l’urgence

Driss Tissoudal, directeur associé chez le cabinet spécialisé Lendys.


 

IFRS 17 remplacera IFRS 4 en janvier 2022. La majorité des compagnies marocaines au stade de «réflexion».

La nouvelle norme de déclaration affectera les assureurs, bien au-delà de la fonction financière.

Les points de vigilance avec Driss Tissoudal, directeur associé chez le cabinet spécialisé Lendys.

 

Par A.H

 

IFRS 17 s'invite dans les comités de direction des compagnies d'assurances marocaines, parallèlement au projet de solvabilité basée sur le risque dont un projet de circulaire est en cours d'élaboration.

Le sujet intéresse les compagnies marocaines soumises aux normes IFRS, puisque IFRS 17 remplacera IFRS 4 en janvier 2022. Par conséquent, toute l'organisation au-delà de la fonction financière sera affectée par les implications stratégiques de grande envergure de la nouvelle norme.

«Les assureurs devront revoir leurs stratégies pour s'assurer qu'elles sont adaptées au monde post-Solvabilité II. Les domaines d'intérêt devraient inclure le portefeuille de produits et d'investissements, la gestion des actifs et des passifs (ALM), les indicateurs de performance clés (KPI) et la stratégie», nous explique Driss Tissoudal, directeur associé chez le cabinet spécialisé Lendys.

Selon notre interlocuteur, certaines compagnies ont démarré «la réflexion» autour du projet quand d'autres, à capitaux étrangers, avancent un peu plus dans ce projet qui touche, au-delà de l'information financière, l'organisation même des compagnies.

«Vu l'échéance de 2022, il est clair qu'il n’y pas plus de temps à perdre», nous dit l'expert.

En adaptant leurs stratégies pour IFRS 17, les compagnies doivent relever plusieurs défis stratégiques. Les cadres supérieurs qui comprennent les implications stratégiques et les défis d'IFRS 17 savent comment leur organisation peut mieux y faire face pour éviter les dépassements de coûts et la transparence réduite concernant la performance financière.

Relever efficacement ces défis dépendra du portefeuille de produits et d'investissements spécifiques de chaque assureur, des KPI (Key Performance Indicator) et des objectifs stratégiques.

 

Volatilité accrue du bilan

Selon Driss Tissoudal, les organismes d'assurance devraient aborder la gestion de la volatilité accrue du bilan sous deux angles. «Premièrement, ils doivent faire des choix judicieux de mise en œuvre technique, tant du côté de l'actif que du passif du bilan. Les fonctions financières, actuaires et d'investissement doivent travailler ensemble sous la direction du directeur financier pour s'assurer que leurs calculs et leurs données n'entraînent pas une volatilité inutile. Ce faisant, les domaines qui doivent être pris en compte concernent notamment l’évaluation comptable plus prudente des contrats d'assurance, ce qui réduira la probabilité d'avoir à enregistrer une perte défavorable subie par le biais du compte de résultat.

Les assureurs auront également besoin d'un processus robuste pour mettre à jour les paramètres et les choix de modélisation pour gérer la volatilité de la modélisation. Il s’agira aussi de tenir compte de la volatilité des contrats individuels ou des secteurs d’activité. Le principe IFRS 17 donne aux assureurs la possibilité d'adopter une approche agrégée propre à l'entreprise pour réduire la volatilité visible pour les investisseurs. En outre, les mouvements d'actifs et de passifs doivent être alignés, ce qui signifie que les normes IFRS 9 et IFRS 17 sont alignées en termes de comptabilisation des taux d'intérêt, des devises et des écarts de répartition dans le compte de résultat et le bilan».

«Deuxièmement, les assureurs devront également modifier la façon dont ils gèrent leurs entreprises», souligne Driss Tissoudal. Les assureurs devraient ainsi reconsidérer leurs offres de produits ainsi que les actifs dans lesquels ils devraient investir.

Les deux tendances suivantes doivent être prises en compte : d'une part, la conception des produits d'assurance vie deviendra encore plus axée sur les actifs, ce qui signifie que les assureurs doivent évaluer leurs contrats d'assurance vie pour lesquels ils ne peuvent pas couvrir les risques en investissant dans des actifs correspondants.

Dans ce cadre, les assureurs devront envisager à la fois d'investir davantage dans les produits dérivés et de changer les options de garanties qu'ils offrent à leurs clients. D'autre part, la comptabilité basée sur la valeur marchande rend ALM plus important pour la gestion du P&L et de la volatilité du bilan.

Les entreprises devront mettre à niveau leurs capacités ALM pour mieux gérer les asymétries ALM. Les assureurs doivent évaluer en permanence leurs positions ouvertes pour voir si elles sont durables et évaluer l'impact sur le compte de résultat de la réduction du risque de ces positions.

Par ailleurs, lors de la transition vers IFRS 17 et de l'établissement du bilan d'ouverture, chaque assureur doit faire le bon compromis entre les marges de service contractuelles et les capitaux propres lorsqu'il produit des rapports financiers conformes à IFRS 17.

La marge de service contractuelle (CSM) représente le bénéfice futur attendu du portefeuille hérité, ce qui en fait un compromis supplémentaire entre des bénéfices futurs plus élevés et des capitaux propres IFRS plus faibles pour les actionnaires.

 

Délais courts et incertains

Le calendrier de mise en œuvre d'IFRS 17 est court, incertain et peut même être prolongé. Une gestion habile peut réduire les coûts, même si les délais de mise en œuvre sont prolongés. Les organisations doivent être agiles pendant la transition, surveiller et réagir rapidement aux changements possibles de l'échéance d'IFRS 17.

«Si le délai devait être prolongé, les assureurs peuvent transférer les charges de travail de mise en œuvre des ressources externes au personnel interne formé. En effet, une prolongation du délai ne devrait pas conduire à l'adoption d'une solution plus complexe et coûteuse», explique l'expert des assurances sur ce point.

 

Surveillance et pression accrues des investisseurs

Le directeur associé de Lendys fait remarquer que les investisseurs peuvent faire pression sur les assureurs pour qu'«ils arrêtent les produits non rentables, vendent des livres fermés et quittent des secteurs d'activité après avoir examiné les rapports plus détaillés requis par IFRS 17».

Pour gérer ces pressions, les assureurs devront surveiller attentivement la performance de leurs livres d'affaires, se concentrer sur la tarification technique et prendre des décisions audacieuses si nécessaire.

Ils devront également réévaluer la valeur des accords de réassurance existants, car les investisseurs peuvent remettre en question les accords qui transfèrent principalement les bénéfices aux réassureurs sans réduire significativement la volatilité du portefeuille.

Les assureurs devraient être proactifs pour faire face aux implications et défis stratégiques introduits par IFRS 17. Et bien que la date limite approche à grands pas, il n'est pas trop tard pour commencer.

«Les assureurs doivent agir de manière décisive, car une action retardée aura des conséquences importantes sur les coûts de mise en œuvre et les performances financières post-mise en œuvre», assure Driss Tissoudal.

Pour réaliser des progrès significatifs, les assureurs doivent comprendre et évaluer les implications et les défis stratégiques spécifiques pour leurs organisations et étendre leurs plans de mise en œuvre d'IFRS 17 pour inclure un programme stratégique au-delà de la mise en œuvre technique.

«Cela comprend l'examen, puis l'adaptation des objectifs et des stratégies de l'organisation pour se concentrer sur le portefeuille de produits et d'investissements, l'ALM et
les KPI
».  ◆

 

Le besoin de compétences internes
Enfin, un changement stratégique nécessitera des mises à jour. De manière significative, les nouvelles méthodes de reporting financier impliqueront la mise en place d’un nouvel ensemble d'indicateurs de performance clés. Les dirigeants devront s'assurer que toutes les parties prenantes concernées au sein de l'entreprise comprennent les changements imminents et peuvent gérer les nouvelles métriques qui sont importantes pour leurs fonctions et équipes en vertu de la norme IFRS 17. Pendant la transition, les assureurs devraient aider leurs employés à acquérir de nouvelles compétences et méthodes d'analyse. Cela permettra aux équipes internes de prendre en charge plus rapidement et en douceur les tâches qui peuvent initialement nécessiter des ressources externes. Une préparation adéquate et un renforcement régulier aideront les équipes à gérer efficacement les nouveaux KPI selon IFRS 17.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 29 Avril 2024

AtlantaSanad Assurance lance la multirisque Pro+ Al Maktab

Vendredi 26 Avril 2024

Multirisque climatique: «La Mamda a remboursé plus de 3 milliards de DH aux agriculteurs depuis 5 ans»

Vendredi 26 Avril 2024

Assurance agricole: quel avenir face à la fréquence et l’intensité des sécheresses ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux