Rabat: ouverture de la 15ème édition du Colloque international des Finances publiques

Rabat: ouverture de la 15ème édition du Colloque international des Finances publiques

Le coup d'envoi de la quinzième édition du Colloque International des Finances Publiques a été donné, vendredi à Rabat, sous le thème "Quel modèle de gouvernance des finances publiques dans un monde de multi-crises ?"

 

Organisée par le ministère de l’Économie et des Finances et l'Association pour la fondation internationale de Finances Publiques (FONDAFIP), avec le soutien de la Revue française de finances publiques (RFFP), cette 15ème édition se poursuivra jusqu'au 17 décembre.

Dans une allocution lue en son nom par le Trésorier Général du Royaume, Noureddine Bensouda, la ministre de l’Économie et des Finances, Nadia Fettah, a affirmé que le thème de cette année fait écho aux crises multiples que connait le monde, citant la crise de la covid-19 et le conflit en Ukraine qui ont fortement affecté l'économie mondiale et n'ont pas permis de renouer avec la croissance.

La ministre a également relevé que ces crises ont eu un impact global d'abord sur le marché des produits de base, mais aussi sur les secteurs productifs et le commerce international, affectant ainsi l'inflation mondiale qui, combinée à une croissance faible, obligerait les pays avancées à mettre en place des politiques monétaires encore plus restrictives et durcirait les conditions de financement des pays émergents et en développement.

Afin de bien gérer ces évolutions et en anticiper les conséquences, Fettah a considéré qu'il est impératif de commencer par consolider davantage la stabilité des cadres macroéconomiques, notant que la succession de crises ont réduit les marges de manœuvre dans quasiment tous les pays.

En dépit de cette conjoncture défavorable, le Maroc s'est engagé résolument et depuis des années sur la voie de la réforme sous l'impulsion des instructions éclairées du Roi Mohammed VI, a fait remarquer la ministre, ajoutant que le rapport sur la Nouveau modèle de développement (NMD) a souligné les axes stratégiques sur lequel le Maroc devrait travailler pour accélérer son développement, tirant profit de ses atouts pour bien répondre aux défis auxquels il est confronté. Par ailleurs, elle a fait savoir que "la situation de multi-crises doit nous pousser à nous renouveler", notant qu'il est temps pour de revoir le modèle des finances publiques et les modes de pensées et de travail pour mettre à jour des réponses innovantes aux défis.

Dans ce sens, la ministre a mis en avant des éléments structurants, ajoutant qu'en matière de recettes, il devient nécessaire de réussir la réforme du système fiscal pour une fiscalité fondamentalement tournée vers l'avenir et qui intègre parfaitement la mondialisation.

D'un autre côté, elle a souligné l'importance d'être inclusif et d'associer tous les acteurs dans le processus de décision, expliquant que pour se rapprocher davantage des préoccupations des citoyens, il faudrait aller vers une granularité plus fine de l'action des pouvoirs publics pour lui permettre de prendre en charge les spécificités, notamment territoriales.

Par ailleurs, Fettah a fait savoir que l'être humain doit être au centre de toutes les préoccupations puisqu'il est en définitive le moteur et le bénéficiaire de toute la dynamique de développement, rappelant le discours du Roi Mohammed VI adressé au parlement le 8 octobre 2021, dans lequel le Souverain a appelé le gouvernement à parachever les grands projets déjà lancés, au premier rang desquels le chantier de la généralisation de la protection sociale.

A cet égard, elle a précisé qu'une sollicitude particulière est accordée à ce chantier, estimant que le défi majeur consiste à opérer une véritable mise à niveau du système de santé conformément aux meilleurs standards.

Le chantier de la généralisation de la protection sociale, a poursuivi la ministre, est en effet un projet de réforme sociétale, puisqu'il constitue un point d’inflexion dans la trajectoire de réforme de la couverture sociale de notre pays avec des objectifs aussi ambitieux en termes de soutien des catégories sociales les plus défavorisés et vulnérables contre les risques de maternité de maladie de vieillesse et de perte d'emploi.

Évoquant les ressources mobilisées pour la mise en place de ce chantier, Fettah a relevé que ce chantier nécessite la mobilisation d'environ 51 milliards de dirhams (MMDH) par an à partir de 2025, et sera financé à hauteur de 50% par un mécanisme de contribution et à 50% restant par le budget de l'État.

Les travaux du colloque s'articuleront autour de trois panels portant sur les modèles de régulation de la décision en finances publiques et de la gestion financière publique, ainsi que sur les trois fondamentaux d'un modèle des finances publiques.

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 14 Avril 2024

Les recettes douanières dépassent 20,68 MMDH à fin mars 2024

Vendredi 12 Avril 2024

Chronique. Plus l’effondrement d’une civilisation est proche, plus ses lois sont folles

Mardi 09 Avril 2024

Créances en souffrance : un marché secondaire pour désengorger les banques

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux