Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Actualités

Liban : Le premier ministre, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement

Liban : Le premier ministre, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
Lundi 10 Aout 2020 - Par laquotidienne

Hassan Diab, à la tête du gouvernement depuis près de sept mois, a annoncé ce lundi soir sa démission aux Libanais dans un discours.

 

Le Premier ministre libanais Hassan Diab a annoncé ce lundi soir la démission de son gouvernement, à la suite du "séisme" provoqué par l'explosion meurtrière au port de Beyrouth.

Le chef du gouvernement, qui se présente comme indépendant, a rendu la classe politique traditionnelle responsable de ses échecs, fustigeant la "corruption" ayant conduit à "ce séisme qui frappé le pays". "Aujourd'hui, j'annonce la démission de ce gouvernement", a-t-il dit dans un discours télévisé adressé aux Libanais.Hassan Diab était à la tête du gouvernement depuis près de sept mois.

Un peu plus tôt dans la journée, le ministre des Finances Ghazi Wazni avait lui aussi démissionné, devenant le quatrième membre du gouvernement à claquer la porte à la suite de l'explosion meurtrière du port de Beyrouth.

Ghazi Wazni a annoncé sa démission alors que le gouvernement était réuni. Avant lui, la ministre de la Justice Marie-Claude Najm, la ministre de l'Information Manal Abdel Samad et le ministre de l'Environnement Damianos Kattar ont présenté leur démission.

Quatre membres de l'équipe de Diab avaient démissionné depuis dimanche, à la suite de la terrible explosion du 4 août due à un énorme dépôt de nitrate d'ammonium, qui a fait au moins 160 morts et relancé la contestation populaire. Selon la Constitution, le gouvernement tombe si plus d'un tiers de ses membres démissionnent.

Le cabinet de Hassan Diab avait été formé en janvier après la démission de celui de Saad Hariri sous la pression d'un mouvement de contestation populaire inédit. Samedi, Hassan Diab a indiqué qu'il était prêt à rester dans ses fonctions pendant deux mois, jusqu'à l'organisation d'élections anticipées dans un pays dominé par le mouvement armé du Hezbollah, un allié de l'Iran et du régime de Bachar al-Assad en Syrie.

 

Avec AFP

actualités internationales

Partage RÉSEAUX SOCIAUX