Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Actualités

Airbus revoit à la baisse ses prévisions de livraisons d'avions pour 2019

Airbus revoit à la baisse ses prévisions de livraisons d'avions pour 2019
Mercredi 30 Octobre 2019 - Par Finances News

Airbus a revu mercredi à la baisse ses prévisions de livraisons d'avions pour 2019, reflétant la difficile montée en cadence de la production de l'avionneur face à "ses succès commerciaux". Le constructeur compte livrer "autour de 860 avions commerciaux" en 2019 alors qu'il tablait auparavant sur "880 à 890" livraisons cette année, a affirmé le groupe dans un communiqué, selon l'AFP

Sur les neuf premiers mois de l'année, Airbus a livré 571 appareils, contre 503 sur la même période l'an passé. Mais il rencontre des difficultés notamment dans la montée en cadence de la production de l'A321 ACF qui "demeure ambitieuse", souligne-t-il.

L'an passé, des problèmes de maturité des moteurs Pratt&Whitney et des difficultés avec le Leap conçu par Safran et General Electric au sein de leur coentreprise CFM International ont ralenti les livraisons. A cela s'ajoute la production de l'A321, notamment dans sa version ACF, plus complexe à produire qu'un A320, et dont Airbus compte augmenter la part dans la production de monocouloirs.

"La situation actuelle doit être améliorée", a convenu le président exécutif d'Airbus Guillaume Faury, lors d'une conférence téléphonique, reconnaissant qu'il était "très difficile de récupérer le retard". "Nous concentrons nos efforts sur la montée en cadence de l'A320neo et l'amélioration du flux industriel, tout en gérant en particulier la complexité de l'A321 ACF", a-t-il relevé plus tôt dans un communiqué, d'après la même source toujours.

L'objectif d'Airbus, qui vise toujours une cadence mensuelle de 63 exemplaires de la famille A320 en 2021, est de "sécuriser un flux de livraisons plus efficient au cours des prochaines années". L'action Airbus perdait 1,99% à 123,26 euros en début d'échanges à la Bourse de Paris. Airbus fait pourtant très bonne figure face à son concurrent Boeing encalminé par son 737 MAX, immobilisé au sol depuis sept mois.
 

Avec AFP
 

Actualité Économique

Partage RÉSEAUX SOCIAUX