Dialogue social : Akhannouch défend son bilan

Dialogue social : Akhannouch défend son bilan

Le Chef du gouvernement a exposé les avancées réalisées sur plan du dialogue social face au conseillers ce mardi.

Dans son intervention, Aziz Akhannouch a mis l’accent sur les différents défis que son équipe a dû relever, dont notamment le défi de redéfinir le statut de la « dimension sociale et économique » inscrite au cœur de la planification des politiques publiques, tout en préservant les équilibres nationaux, en maîtrisant l'économie, en protégeant les groupes socio- professionnels les plus touchés et en conduisant les choix structurels.

« La fort attachement du gouvernement à la concrétisation de ses engagements – tel que contenus dans le programme gouvernemental - se traduit par la mobilisation collective de tous les départements de l'État en vue d'offrir les conditions nécessaires à une véritable paix sociale, en structurant un modèle moderne de dialogue social selon une approche participative avec les 2 partenaires clés, parallèlement à un souci de convergence avec les exigences du déploiement des piliers de l'État social, en vue de servir les intérêts supérieurs du pays et des citoyens », a-t-il dit. Afin de pallier ces carences, le gouvernement a œuvré à réhabiliter l’action syndicale et les institutions syndicales, en tant qu'institutions constitutionnelles ayant la mission de plaider et de promouvoir les droits et intérêts des groupes qu'elles représentent, dans le cadre du respect de la loi et de la Constitution, a indiqué le chef du gouvernement.

 

Un an de mandant : Quelles réalisations ?

Aziz Akhannouch met en avant des actions entreprises pour le pouvoir d’achat. Il s’agit de la régularisation des promotions des employés pour les années 2020 et 2021 en raison des répercussions de la pandémie, ce qui a coûté au Trésor public environ 8 milliards de dirhams, l'accord de porter le salaire minimum dans le secteur public à 3.500 dirhams, ou encore l’augmentation des allocations familiales à travers la mobilisation d'une enveloppe financière d'environ 500 millions de dirhams.

Il a également été convenu avec les représentants des employeurs d'augmenter le salaire minimum dans les secteurs du commerce, de l'industrie, de l'agriculture et des professions libérales. Le gouvernement a aussi entrepris la mise en œuvre des engagements du dialogue social, notamment avec le secteur de l’éduction, les professionnels de la santé et l’enseignement supérieur.

Akhannouch évoque également l’accélération des travaux dans ce domaine de la promotion de la liberté d'association  en activant les textes légaux et les décrets d'application selon le calendrier convenu, soient dernier 15 textes depuis le 1er septembre dernier.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 05 Fevrier 2023

Innovation: «Le Maroc a des atouts considérables et uniques pour développer des batteries 100% marocaines»

Samedi 04 Fevrier 2023

Investissement: «Le système juridique marocain est favorable à la prospérité des entreprises»

Samedi 04 Fevrier 2023

Bank Al Yousr: «Notre ambition est de confirmer notre place de référence sur le marché»

Samedi 04 Fevrier 2023

Syndic de copropriété: les professionnels pointent du doigt les failles juridiques

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux