Semi-conducteurs: la guerre en Ukraine menace l’industrie

Semi-conducteurs: la guerre en Ukraine menace l’industrie

Le marché des semi-conducteurs, déjà mis à mal par la Covid-19, commence désormais à se mettre en ordre de marche. 

Mais le conflit russo-ukrainien pourrait entraîner une deuxième crise.

 

Par K. A.

 

L’industrie mondiale continue de faire face à la pénurie des semi-conducteurs qui se prolonge depuis au moins deux ans. Toutefois, de légers signes de reprise se profilent en ce premier trimestre 2022, mais le conflit en Ukraine risque de compromettre ce rebond fragile. En effet, les ventes mondiales de l'industrie des semi-conducteurs s'élevaient à 50,7 milliards de dollars au mois de janvier 2022, soit une augmentation de 26,8% par rapport à la même période de l’année dernière, selon la Semiconductor Industry Association (SIA).

Pour autant, ces chiffres ne semblent pas prendre en compte la pleine mesure des répercussions de la guerre russo-ukrainienne. Les entreprises s’attendaient à ce que la pénurie d’approvisionnement s’atténue progressivement tout au long de cette année. Mais l’invasion de la Russie pourrait changer la donne et créer de nouvelles perturbations pour la chaîne d’approvisionnement mondiale déjà tendue.

Ces deux pays sont des sources essentielles des gaz utilisés pour produire des puces semi-conductrices. Selon le magazine Ars Technica, «pour concevoir des semi-conducteurs, il faut employer certains gaz très rares: le néon, le xénon et le krypton. Ces éléments chimiques ne peuvent être employés n’importe comment, ils doivent d’être d’une pureté presque parfaite et peu d’usines sont capables d’une telle production». Il se trouve justement que l’Ukraine s’est spécialisée dans la production de ces gaz. Selon les analystes de TrendForce, «l'Ukraine est un important fournisseur de gaz bruts d'argon, krypton, xénon, et fournit près de 70% du néon mondial – avec 20% supplémentaires produits par la Russie».

Un autre élément clé du processus de fabrication des puces, le palladium, pourrait être affecté, étant donné que la Russie contrôle un quart du stock mondial de cet élément chimique. Avec l'économie ukrainienne actuellement fermée et les sanctions en place pour isoler la Russie, le manque de néon sur le marché libre devrait faire grimper les prix de manière significative comme en 2014 lorsque le prix du néon a grimpé de 600%. Déjà sous pression après la pandémie, les prix avaient grimpé jusqu’à 500% à partir de décembre. Suivant la même logique, même le prix du néon chinois a quadruplé en quatre mois, à plus de 1.600 yuans (environ 230 euros) le mètre cube fin février, date du début de l'offensive russe.

 

Pas d'impact immédiat

D’autres experts affirment que l'impact du conflit en Ukraine ne se fera pas sentir immédiatement, car les principales sociétés de micropuces ont renforcé leurs approvisionnements en néon ces derniers mois. En outre, Moody's Analytics a précisé qu'il ne voit pas d'impact immédiat sur la production de puces, car la plupart des principaux fabricants de puces ont stocké des matières premières en raison de la croissance importante de la demande pendant la pandémie.

D’ailleurs, le ministère de l’Économie de Taïwan, qui abrite le plus grand fabricant de puces sous contrat au monde, TSMC, a déclaré que les entreprises taïwanaises avaient déjà fait des préparatifs avancés et disposaient de stocks de sécurité de néon, de sorte qu’il ne voyait aucun problème de chaîne d’approvisionnement à court terme.

«Les plus grands fabricants de puces, comme Intel, Samsung et TSMC ont un plus grand pouvoir d’achat et un accès à des stocks qui peuvent les couvrir pendant de plus longues périodes, deux mois ou plus … Cependant, de nombreuses autres usines de fabrication de puces ne disposent pas de ce type de tampon», a déclaré Lita Shon-Roy, présidente du cabinet d'études Techcet. Et d’ajouter que des rumeurs selon lesquelles des entreprises tentaient de constituer des stocks avaient commencé à circuler, «ce qui aggravera la problématique de l’approvisionnement».

Cette situation jette un nuage sur la production mondiale de puces électroniques, déjà insuffisante après que la pandémie du Covid19 a fait grimper la demande de téléphones portables, d’ordinateurs portables et de voitures, obligeant certaines entreprises à réduire leur production. Au final, ce contexte conduira à l’explosion des prix et les difficultés d’approvisionnement. Cependant, en l'état actuel des choses, la situation est presque constante. Mais si le conflit se prolonge, l’accès aux matières premières nécessaires à la production des semi-conducteurs deviendra un véritable casse-tête. 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 07 Avril 2024

Résolution historique sur l'IA: un nouveau chapitre débute

Mardi 02 Avril 2024

Duels d'IA: ChatGPT, Copilot et Gemini se mesurent sur le terrain

Mercredi 27 Mars 2024

Kaspersky : hausse des attaques ciblées contre le secteur pétrolier et gazier

Lundi 25 Mars 2024

Marché Informatique: entre repli et résilience

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux