Interface cerveau-ordinateur: révolutionner la pensée

Interface cerveau-ordinateur: révolutionner la pensée

La technologie pilotée par la pensée, ou interface cerveau-ordinateur (BCI), est un vieux rêve qui peine encore à émerger auprès du grand public.

 

Par K. A.

Pendant des années, les chercheurs ont expérimenté des moyens de permettre aux gens de communiquer directement avec des ordinateurs en utilisant uniquement leurs pensées, sans commandes verbales, mouvements de la main ou des yeux. Avec environ 100 milliards de connexions neuronales, le cerveau humain est capable de traiter des milliards de bits d'informations par seconde. La dernière tendance pour percer les mystères de l'esprit est celle des interfaces cerveau-ordinateur. Il y a une décennie, les personnes portant des casques BCI jouaient déjà au flipper en utilisant uniquement leur esprit. Aujourd’hui, la technologie s‘apprête à passer à la phase suivante, du moins selon Elon Musk, le patron de Neuralink, l’entreprise  qui vise à développer la prochaine génération de technologies de connexion cerveau-machine.

«Nous pensons que d’ici six mois, nous serons capables d’avoir notre premier implant dans un cerveau humain»,  a déclaré récemment Teslaman, indiquant que Neuralink a remis les documents nécessaires à la Food and Drug Administration (FDA), l’agence américaine en charge de la santé publique, afin d’obtenir l’autorisation de tester son implant sur un humain. «Nous voulons évidemment être très prudents et être sûrs que ça marchera bien». Alors que Neuralink, Blackrock construisent des implants pour les troubles neurologiques, d'autres sociétés comme Synchron, MindMaze, ou encore Precision Neuroscience déploient des BCI non invasifs pour les consommateurs du marché de masse.

Selon Data Bridge Market Research, les principaux moteurs du marché de l'interface cerveauordinateur (BCI) comprennent la prévalence croissante des affections neuroprothétiques, la proportion de plus en plus élevée des personnes âgées et les développements technologiques rapides facilitant la communication et les mouvements chez les patients paralytiques. De plus, l'utilisation de cette technologie dans les jeux virtuels, les systèmes de contrôle à domicile et la communication militaire améliore l'applicabilité du marché, alimentant sa croissance. En outre, le marché de l'interface cerveauordinateur a été évalué à 1,74 million de dollars en 2022 et devrait atteindre la valeur de 5,69 millions de dollars d'ici 2030, avec un TCAC de 15,61% au cours de la période de prévision.

Comment ça marche ?

Ces interfaces neuronales directes sont capables de détecter les signaux neuronaux de mouvements, mais aussi sensoriels afin de les faire redescendre vers les membres atteints. Ces BCI sont composées d’électrodes, d’un boîtier électronique et d’un dispositif externe. Pour schématiser tout ça, les signaux neuronaux sont détectés grâce à des électrodes qui ont été placées dans le cerveau, qui vont collecter les données (les signaux), puis les enregistrer avant de les envoyer pour analyse au boitier qui, ensuite, utilisera ces données pour contrôler le dispositif externe qui peut être un ordinateur, un fauteuil roulant ou autres.

Le plan de Musk dans les tuyaux !

Les recherches sont sur la bonne voie depuis quelques années déjà. De multiples tests ont déjà été réalisés sur des rats, des porcs et même sur des singes. Neuralink a dévoilé plusieurs démonstrations publiquement afin de démontrer leurs avancées. Par exemple, en 2020, Neuralink a réalisé une démonstration de rats qui étaient équipés de puces cérébrales. Plus récemment, en 2021, Neuralink a publié une vidéo montrant un singe jouant au ping-pong par la pensée. Puis un autre test a été réalisé sur un porc, où les chercheurs ont réussi à contrôler les mouvements de pattes grâce à l’implant logé dans son cerveau.

Cette technologie ne relève plus du fantasme ou de la science-fiction. Elle est une réalité, qui plus est prometteuse au regard de ces démonstrations. Néanmoins, il est très important de noter que plusieurs tests ont été des échecs, qui ont même parfois mené les animaux-cobayes à l’agonie…tragique. L'avenir des interfaces cerveau-ordinateur reste passionnant. Avec l'avancée des outils d'apprentissage automatique et d'intelligence artificielle, couplée à la puissance croissante des processeurs informatiques, il ne faudra peut-être pas longtemps avant que les neurotechnologies défendues par ces entreprises deviennent une réalité.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

Samedi 15 Juin 2024

Entrepreneuriat Tech: «Le Maroc est sur la bonne voie pour devenir un leader régional dans ce domaine»

Vendredi 07 Juin 2024

AIoT : À la découverte des plateformes d’Aba Technology

Vendredi 07 Juin 2024

Apple sur le point de lancer son propre gestionnaire de mots de passe ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux