Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Bourse &Finances

Projet de Loi de Finances 2021 : Gare à la vague de chômage !

Projet de Loi de Finances 2021 : Gare à la vague de chômage !
Mercredi 30 Septembre 2020 - Par admin

33 Mds de DH de dépenses additionnelles en 2021 pour 20 à 25 Mds de recettes en moins. C'est l'équation que devra résoudre le gouvernement dans le budget 2021 pour éviter un glissement du déficit.

 

Par A. Hlimi

 

Devant la commission des Finances de la Première chambre, lundi matin, le ministre Mohamed Benchaâboun a expliqué dans les détails les enjeux du projet de Loi de Finances 2021. Et ce, en attendant les précisions qui viendront avec le texte dudit projet, qui doit d'abord être approuvé en Conseil des ministres, puis en Conseil de gouvernement. Le ministre de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'Administration a indiqué dans cet exposé que les prévisions de croissance établies par le gouvernement pour 2020 ont été revues à la baisse à -5,8% contre -5% attendus lors de l'élaboration de la Loi de Finances rectificative.

La valeur ajoutée du tourisme est attendue en baisse de 50% contre -27% initialement, celle du transport de -12% contre -6,9% et le commerce de -9,1% contre une prévision de -8%. Si l'on considère une prévision de croissance initiale de +3,7% lors de l'élaboration de la Loi de Finances 2020 en 2019, la chute du PIB serait de près de 10% par rapport aux calculs initiaux, soit 100 Mds de dirhams de PIB nominal, représentant à titre de référence une perte de 1 Md de dirhams de PIB par jour de confinement. Le chômage devrait lui dépasser 13% en fin d'année 2020.

Le ministre a expliqué que l'économie marocaine a perdu 10.000 emplois par jour de confinement. Sur un autre registre, Mohamed Benchaâboun a précisé que le projet de Loi de Finances 2021 devra répondre aux orientations royales du dernier discours du Trône, relatives notamment au plan de relance, à la généralisation de la couverture sociale à horizon de 5 ans avec, dès 2021, un premier pilier relatif à la généralisation de l'AMO et, enfin, la réforme de l'administration publique. La mise en œuvre effective de ces chantiers demande le réaménagement du cadre légal de plusieurs lois existantes parallèlement au PLF2021.

33 Mds de DH de dépenses additionnelles....

Le ministre a, ou entre, exposé les grandes lignes directrices de la préparation du PLF2021. Il s'est concentré dans son exposé devant les parlementaires sur certaines dépenses incompressibles ou sur lesquelles un consensus est arrêté. Il s'agit en l'occurrence du budget de la santé et de l'éducation qui sera doté d'une enveloppe additionnelle de 5 Mds de dirhams, ainsi que d'autres dépenses comme l'augmentation des salaires suite au dialogue social et aux promotions pour 8,5 Mds de dirhams, 1,5 Md de dirhams pour les élections, 2 Mds de DH pour la charge de compensation et 1,6 Md de DH pour les régions. Ceci, en plus de 14,6 Mds de dirhams pour la mise en œuvre des orientations royales, soit un total de 33 Mds de dirhams de dépenses additionnelles.

...Pour 20 à 25 Mds de DH de recettes en moins

L'argentier du Royaume devra trouver le moyen de combler ces dépenses avec des recettes attendues en diminution de 20 à 25 Mds de dirhams, en lien notamment avec la baisse des recettes fiscales. Pour ce faire, le ministre compte toujours sur les partenariats public-privé, les financements innovants et la gestion dynamique des biens publics pour ne pas créer de tensions sur les équilibres macroéconomiques.

Il indique ne pas s'attendre à un rééquilibrage immédiat du budget public, mais insiste sur la nécessité d'avoir un discours cohérent avec les partenaires financiers du Royaume. Outre les contraintes budgétaires, la Loi de Finances 2021 devra acter la création de l'agence nationale de gestion des participations de l'Etat, dont le projet de loi devrait passer en parallèle au PLF 2021. Aussi, le gouvernement devra mettre en place la société qui va gérer le fonds d'investissement stratégique annoncé lors du discours du Trône.

Mohamed Benchaâboun, qui a indiqué que la principale préoccupation de l'année 2021 sera la hausse du chômage, souligne que le PLF 2021 sera élaboré avec une hypothèse de croissance de 4,8% en 2021, insuffisante pour récupérer les pertes attendues en 2020. Pour cela, nous devrions faire 6% de croissance, a-t-il indiqué.

Loi de Finances Actualités Marocaines Actualité Financière PLF

Partage RÉSEAUX SOCIAUX