Bourse & Finances

Tous les articles

Épargne longue durée: un pilier économique qui perd en attractivité

Épargne longue durée: un pilier économique qui perd en attractivité

Les derniers changements du cadre fiscal ont impacté négativement l’épargne longue durée.

Voici ce que propose Mohamed Hassan Bensalah pour améliorer l’attrait de l’épargne à long terme.

 

Par Y. Seddik

Alors que les investissements à court terme et la quête de profits immédiats suscitent fréquemment l'engouement, l'épargne à long terme joue un rôle silencieux mais vital dans la stabilité financière des individus, des ménages et de l'économie dans son ensemble. Lors de la première édition du Salon de l'épargne qui s'est tenu récemment à Casablanca, Mohamed Hassan Bensalah, président de la Fédération marocaine de l’assurance (FMA), a fait un diagnostic intéressant et limpide de l’état de l’épargne, mettant en lumière le rôle vital qu’elle occupe à divers échelons de la société marocaine. Il a notamment expliqué que l'épargne ne se limite pas à être une simple mesure de précaution, mais qu'elle joue également un rôle essentiel en matière de préparation de projets à moyen et long terme. L'une des raisons majeures pour lesquelles l'épargne doit être encouragée, selon Bensalah, est son rôle dans le financement de l'investissement des entreprises et du Trésor.

«Pour ces deux raisons, stimuler l'épargne demeure fondamental, et je suis ravi de prendre part à cet événement qui va, sans aucun doute, contribuer à mettre davantage les projecteurs sur ce sujet», a-til déclaré. Il a également mis en avant l'importance de la mobilisation efficiente de l'épargne institutionnelle, qui a été identifiée comme l'une des quatre conditions propices à l'augmentation de l'investissement privé national et international dans le cadre du nouveau modèle de développement. En effet, l'épargne est au cœur de l'activité des assureurs, avec notamment un encours global des provisions Vie de l'ordre de 112 milliards de dirhams à fin juin 2023.

«L’assurance-vie est, pour l’essentiel, une activité d’épargne. Cette épargne représente une part substantielle du patrimoine des Marocains, et leur permet d’envisager l’avenir avec plus de sérénité. C’est une épargne sûre, car elle ne peut jamais être inférieure aux montants investis, et elle est sécurisée, car les normes de solvabilité imposées par le régulateur sont très strictes», a indiqué Bensalah. Au cours des 25 dernières années, l'épargne a connu une croissance remarquable, avec un taux de croissance annuel moyen de 13%, en grande partie grâce à la collaboration fructueuse entre les banques et les compagnies d'assurances. La distribution des produits d'assurance vie par les réseaux bancaires a accéléré le développement de ces produits.

Ce qui pèse sur l’épargne longue durée

En revanche, Bensalah a relevé que le cadre fiscal a subi des évolutions importantes, dont certaines ont eu un impact négatif sur l'épargne longue durée. En 2015, la déduction des cotisations aux produits de retraite a été limitée à 50% du revenu annuel, et en 2023, une retenue à la source non libératoire de 15% a été introduite pour les contrats qui ne respectent pas certaines conditions. Ces changements ont contribué à une récente baisse de la collecte, avec une diminution de 1,7% des primes en assurance-vie et capitalisation au premier semestre 2023 par rapport à la même période en 2022. Le président de la FMA a exprimé sa préoccupation quant à la baisse de l'attractivité de l'épargne longue durée, soulignant que l'inflation est un facteur supplémentaire qui a des conséquences négatives sur l'épargne.

Selon lui, le Maroc a plus que jamais besoin de l'épargne pour financer les projets du futur, ce qui fait de sa stimulation une priorité encore plus grande aujourd'hui. Dans ses recommandations, il a appelé à développer un écosystème favorable à l'épargne et a évoqué la réforme en cours des retraites, espérant qu'elle aboutira à un système dans lequel l'assurance complémentaire par capitalisation deviendra un 3ème pilier obligatoire pour améliorer le taux de remplacement à la retraite. Pour lui, il est aujourd’hui important de drainer les liquidités en espèces circulant en dehors des banques vers les réseaux bancaires, tout en encourageant une meilleure inclusion financière pour les populations qui n'ont pas encore développé une culture financière suffisante. Pour conclure, Mohamed Bensalah a invité l'ensemble des acteurs de l'écosystème de l'épargne à travailler ensemble et à mobiliser toutes les parties prenantes pour renforcer les leviers du développement de cet outil vital, qui apporte des bénéfices incontestables à la fois aux citoyens marocains et à l'économie nationale. L'heure est venue de redonner à l'épargne longue durée la place centrale qu'elle mérite dans la société marocaine, conclut-il.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 14 Avril 2024

Les recettes douanières dépassent 20,68 MMDH à fin mars 2024

Samedi 13 Avril 2024

Dette extérieure: la PEG se creuse à 791,6 milliards de DH en 2023

Samedi 13 Avril 2024

OpenAI Voice Engine : percée ou danger ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux