Bourse & Finances

Tous les articles

Banques: Citibank voit grand au Maroc

Banques: Citibank voit grand au Maroc

Taoufik Rabbaa, PDG de Citibank Maghreb S.A, a répondu à nos questions à l'occasion des Assemblées annuelles du FMI et de la Banque mondiale, où une forte délégation du groupe US était présente.

 

Propos recueillis par A. Hlimi

Finances News Hebdo : Quelle place occupe la région Mena, et particulièrement le Maroc, dans la stratégie de Citi ?  

Taoufik Rabbaa : Citi est présente dans 95 pays à travers le monde. Le Maroc fait partie de la région MEA (Middle-East and Africa). C'est un groupe de 29 pays. La région est très dynamique. Elle a enregistré la plus grande croissance dans toutes les régions de présence de Citi, avec une croissance à deux chiffres prévue cette année. C'est une région importante pour nous et nous estimons qu'elle va continuer à croître les années à venir.

 

F.N.H. : Parlez-nous spécifiquement de votre présence au Maroc.

T. R. : Nous sommes présents au Maroc depuis 55 ans. Nous sommes une jeune vieille banque dans le Royaume, sachant que Citi a 200 ans d'existence à travers le monde. Notre marché de prédilection est celui du Corporate Banking.  

 

F.N.H. : Quelle appréciation faitesvous de ce marché ?  

T. R. : Le marché marocain est très dynamique avec de très bons champions nationaux. C'est un marché compétitif où le taux de bancarisation est élevé par rapport au reste des pays de la région. Le Maroc est un pays important pour la région. D'ailleurs, cette semaine, dans le cadre des réunions annuelles du FMI et de la Banque mondiale, le président du Conseil d'administration de Citigroup, John Dugan, a fait le déplacement de New York avec une importante délégation, ce qui témoigne de l'importance de notre pays dans notre stratégie globale.

 

F.N.H. : Vous parlez de champions nationaux. Sont-ils vos seuls clients dans le pays ?  

T. R. : Nous avons quatre typologies de clientèle au Maroc. La première que je considère comme notre ADN, ce sont les filiales de multinationales. Certaines d'entre elles travaillent avec nous dans 20, 30, voire 40 pays dans le monde. Nous leur offrons donc ici une continuité de notre réseau. Le deuxième type de client, qui est très important pour nous, ce sont les grands groupes marocains, nos champions nationaux, qui ont des aspirations régionales si ce n'est des aspirations globales. Nous accompagnons ces entreprises en leur offrant notre réseau et des solutions adaptées partout dans le monde. Le troisième type de client, c'est le secteur public, qui peut nous solliciter par exemple pour accéder au marché des capitaux et pour les métiers de conseil sur des opérations structurées et des montages réalisés par nos spécialistes, qui ne résident pas forcément au Maroc. Enfin, le quatrième type de client, ce sont les institutions financières.

 

F.N.H. : Quelles sont vos forces par rapport à vos concurrents  locaux ?

T. R. : Citibank est très réputée pour avoir une excellente banque transactionnelle. Cela englobe par exemple le cash management, l'automatisation et la digitalisation. Nous avons des solutions digitales avancées. Nous avons été la première banque à lancer l’Electronic Banking dès le début des années 2000.

 

F.N.H. : Quelles sont vos ambitions au Maroc ?  

T. R. : Nous avons une vision à long terme dans le pays. Nous couvrons les domaines où l'on apporte une vraie valeur ajoutée. Au Maroc, nos ambitions sont claires. Nous nous devons d’accompagner nos clients dans leurs propres ambitions de croissance : accès au marché des capitaux, solutions de financement et de trésorerie, digitalisation… Nous sommes bien ancrés dans les écosystèmes et  secteurs porteurs comme la Mobility (l'automobile et l’aviation), dans laquelle nous sommes très présents, ou encore la transition énergétique. Nous souhaitons également continuer à accompagner les multinationales qui utilisent le Maroc comme hub pour couvrir l'Afrique. Mais également les grands groupes marocains à portée internationale. Nous leur offrons une gestion centralisée et efficace. Ainsi, au lieu d'avoir 10 interfaces dans 10 pays, ils auront une seule interface au Maroc.

 

F.N.H. : Comment se porte le groupe Citi après la crise sanitaire et la crise ukrainienne ? 

T. R. : A Citi, nous sommes familiers avec ces dynamiques. Et comme nous l’avons démontré lors de précédentes crises, nous avons continué à apporter notre force et notre stabilité à nos partenaires. Nos fondamentaux sont bons. En septembre dernier, nous avons opéré un réalignement de notre organisation pour avoir une prise de décision beaucoup plus rapide. Cela va s'appliquer dans toutes nos régions de présence. Cela nous permettra d'être encore plus proches de nos clients en accélérant les prises de décisions.

 

F.N.H. : Durant ces Assemblées annuelles, on a beaucoup lié l'avenir des banques à la durabilité de leurs actions. Où en êtes-vous sur ces sujets ?  

T. R. : La RSE et le développement durable sont des sujets cruciaux pour nous. Si l'on considère la région MEA, sachez que nous accompagnons plusieurs ONG pour promouvoir l'inclusion économique et l'employabilité des jeunes. Nous sommes partenaires de ces associations depuis une dizaine d'années. Cette année, à l'échelle mondiale, la Fondation Citi à New York, qui chapeaute tous nos engagements philanthropiques, a lancé un challenge appelé le Global Innovation Challenge, avec un thème qui va être différent tous les deux ans. Et pour cette année, nous avons choisi le thème de la sécurité alimentaire. Un appel public à candidature a été lancé pour tous les organismes qui travaillent sur ce sujet-là à travers le monde pour soumettre leurs projets. Les projets sélectionnés vont recevoir un financement d'un demi-million de dollars. Et c'est ainsi qu'un organisme qui s'appelle ICARDA, International Research Center for Dry Areas, qui développe des modèles long-termistes pour l'agriculture dans les régions arides, dont fait partie le Maroc, a pu décrocher un financement pour ce projet. Et quand on voit que seules 50 ONG au niveau mondial ont été retenues, cela témoigne de la confiance de Citi et de la Fondation Citi dans les institutions de notre pays.

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 21 Avril 2024

Location de voitures: le nouveau cahier des charges rejeté par la Flascam

Samedi 20 Avril 2024

Notation du Maroc: «Une bouffée d’optimisme dans l’économie nationale»

Samedi 20 Avril 2024

Gitex Africa Morocco: une plateforme exceptionnelle pour les startups marocaines

Samedi 20 Avril 2024

Politique de dividendes: les sociétés cotées ont-elles répondu aux attentes ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux