Bourse & Finances

Tous les articles

Assurances: comment fonctionne la distribution digitale

Assurances: comment fonctionne la distribution digitale

Nouvelle masterclass des équipes de l'ACAPS pour présenter la nouvelle instruction sur la distribution digitale des produits d'assurance.

 

Par A. Hlimi

Très en retard dans l'adoption de la vente en ligne, le secteur des assurances commence à s'organiser pour profiter de la nouvelle instruction de l'ACAPS. Cette dernière, comme insiste le directeur de la Protection des assurés à l’ACAPS, Youness Lammat, n'autorise pas mais clarifie les procédures de la vente en ligne qui, elle, est possible depuis 2012 déjà. Selon le responsable, une dizaine d'opérateurs sont en train de se positionner sur ce marché. 

D’après lui, l'adoption du digital dans ce secteur n’est plus un choix, mais une nécessité dictée par la conjoncture actuelle et par la volonté du Royaume de s’inscrire dans cette transformation et de maintenir sa position en tant que leader sur le marché africain des assurances. Youness Lammat a rappelé que le nouveau modèle de développement a pointé du doigt la faible intégration du digital dans plusieurs composantes du secteur de la finance, soulignant que la feuille de route de la digitalisation de l’ACAPS tient compte de cet aspect pour l’implémentation de sa stratégie de déploiement des projets d'informatisation et de digitalisation.

Cette feuille de route vise ainsi à promouvoir et accompagner l’innovation de la digitalisation du secteur des assurances au profit du consommateur, renforcer les compétences numériques internes et favoriser une culture digitale, favoriser la transparence et la compétitivité et encourager les canaux et offres alternatifs adaptés aux segments de la population actuellement exclus. 

Le plan d’action de l’ACAPS prévoit également de garantir un cadre favorable à la protection des droits du consommateur dans un monde en mutation, assurer une stratégie de communication efficace avec le secteur et l’écosystème digital, et poursuivre les efforts d’adaptation des instruments de contrôle et de supervision à l’ère du digital.

Vente en ligne : Où placer le curseur ?

Les compagnies ont le choix entre deux principaux dispositifs. Le premier permet la vente en ligne, soit de bout en bout de manière complètement dématérialisée, soit à travers une signature manuscrite pour valider le contrat, ce qui correspond à une méthode «hybride».

Le second dispositif est moins contraignant et permet aux compagnies de faire de la publicité et proposer des devis. Le distributeur doit communiquer à l’Autorité une fiche de présentation de ce dispositif au plus tard 15 jours après sa mise en service. Selon Youness Lammat, l’expérience à l’international, notamment en France, montre que la vente en ligne dans le secteur ne séduit pas beaucoup. Un taux de pénétration de 10% tout au plus est constaté. La vente des contrats d’assurances reste une activité «d’Hommes» où le contact et le conseil personnalisé dictent la décision d’achat.

Quant au risque de voir le réseau d’agents des compagnies se faire cannibaliser par Internet, là aussi le responsable est sceptique. Selon lui, les distributeurs peuvent même en profiter pour monter en gamme et proposer plus de conseil. Voire même adopter la distribution digitale à leur niveau et devenir des carrefours encore plus importants entre les compagnies et les assurés. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 29 Juin 2024

Secteur des assurances: les défis d'un secteur en pleine mutation

Vendredi 28 Juin 2024

Le Conseil de la concurrence valide l'acquisition de Société Générale Maroc et La Marocaine Vie par MHE

Lundi 17 Juin 2024

Hajj 2024 : les technologies numériques au service des pèlerins

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux