TPE et AGR: les ambitions de l’ANAPEC pour 2022

TPE et AGR: les ambitions de l’ANAPEC pour 2022

Le plan d’action 2022 de l’ANAPEC a été approuvé à la fin décembre 2021.

L’entité publique a plusieurs objectifs, dont l’accompagnement de 6.500 porteurs de projets d’entrepreneuriat ainsi que la contribution à la création de 2.600 TPE / AGR.

 

Par M. Diao

On en sait un peu plus sur les principaux objectifs de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (ANAPEC) au sujet de l’accompagnement des porteurs de projets d’entrepreneuriat, de créations de TPE et d’activités génératrices de revenu (AGR). En effet, au terme du Conseil d’administration, présidé par Younes Sekkouri, ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences, le plan d’action 2022 de l’ANAPEC a été approuvé.

Ce dernier assigne à l’entité publique plusieurs objectifs, dont l’accompagnement de 6.500 porteurs de projets d’entrepreneuriat ainsi que la contribution à la création de 2.600 TPE/AGR. Ces objectifs sont d’autant plus pertinents si l’on sait que la réduction drastique du taux de chômage élevé des jeunes, passe en partie par la promotion et l’accompagnement de l’autoemploi ainsi que la multiplication de TPE et d’AGR pérennes. Visiblement, le nouveau ministère, dirigé par Younes Sekkouri, s’attèle à renforcer l’ANAPEC en tant que puissant levier d’insertion économique via l’auto-emploi et les AGR, propices à l’autonomisation des femmes.

L’enjeu est de taille, surtout si l’on sait que la crise liée à la Covid-19 a impacté négativement le taux d’activité des femmes, qui s’est contracté autour de 20%. Précisons que Sekkouri a indiqué récemment la nécessité d’incorporer dans la prochaine version du plan de développement de l’ANAPEC des programmes novateurs. Et ce, en phase avec les recommandations du NMD, à travers, entre autres, la capitalisation sur l’expérience éprouvée de l’Agence en matière d’appui à l’entrepreneuriat pour accompagner les chantiers du gouvernement en la matière.

Pour rappel, l’exécutif s’est fixé un objectif de taille  : celui de créer 1 million d’emplois sur 5 ans. Or, sans un appui adapté aux nouveaux enjeux de l’entrepreneuriat, il est illusoire d’espérer que le gouvernement soit en mesure ne serait-ce que de s’approcher de cet ambitieux objectif en fin de mandature. 

 

Paroles de pro : Younes Sekkouri, ministre de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise, de l’Emploi et des Compétences
«Il est nécessaire d’incorporer dans la prochaine version du plan de développement des programmes novateurs en phase avec les recommandations du nouveau modèle de développement (NMD) à travers trois leviers. Le premier a trait à une offre de service volontariste pour une meilleure équité territoriale en réponse aux doléances des territoires constatées lors de la tournée, organisée par le ministère de l’Inclusion économique, de la Petite entreprise de l’Emploi et des Compétences, dans les 12 régions du Royaume. Le deuxième axe concerne la refonte des programmes existants afin de prendre en compte les nouvelles réalités économiques relatives à chaque secteur d’activité. L’approche sectorielle doit pouvoir interagir avec les besoins en croissance et les défis en matière de préservation d’emplois dans les différents secteurs. Enfin, le dernier levier est la capitalisation sur l’expérience éprouvée de l’ANAPEC en matière d’appui à l’entrepreneuriat pour accompagner les chantiers du gouvernement en la matière. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 27 Juin 2022

Caravane Orange Corners / Fès-Meknès: 15 start-up sélectionnées

Vendredi 24 Juin 2022

Conseil d’administration de l’Agence Maroc PME: une hausse importante des réalisations 2021

Mercredi 15 Juin 2022

Comment les faux comptes nuisent-ils aux entreprises ?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux