Réforme des CRI: un nouveau souffle à l’investissement

Réforme des CRI: un nouveau souffle à l’investissement

Créés en 2002 en réponse à une lettre royale, les CRI avaient pour mission initiale d’apporter un soutien à la création d’entreprises et d’assister les investisseurs. La réforme des CRI leur octroie une autonomie administrative et fi nancière, élargissant leurs compétences pour accélérer le rythme d’autorisation des investissements.

La mise en œuvre effective du chantier de réforme des Centres régionaux d’investissement (CRI) au Maroc a marqué un tournant majeur dans le paysage économique, avec des impacts positifs significatifs sur les entreprises et la croissance des projets d’investissement. Cette réforme, initiée en réponse aux limitations observées au cours des 16 années d’existence des CRI, a été annoncée dans le discours royal du 29 juillet 2017, où le Roi Mohammed VI a souligné la nécessité de repenser le rôle et la structure de ces centres.

Les CRI, créés en 2002 en réponse à une lettre royale, avaient pour mission initiale d’apporter un soutien à la création d’entreprises et d’assister les investisseurs. Toutefois, malgré des réalisations notables, notamment dans la facilitation des procédures, le taux de mortalité élevé des entreprises au Maroc révélait des lacunes dans le suivi post-création. La réforme, concrétisée par le projet de loi n° 47-18, a été adoptée lors du Conseil du gouvernement du 12 juillet 2018.

Ce projet de loi vise à dynamiser le rôle des CRI pour plus d’efficacité et de résultats concrets en matière de promotion de l’entrepreneuriat au service de l’économie marocaine. Il s’articule autour de trois axes principaux : la restructuration des CRI en établissements publics autonomes, la création d’une Commission régionale d’investissement unifiée et la simplification des procédures aux niveaux régional et national.

La première phase de mise en œuvre de cette réforme a été marquée par la transformation des CRI en établissements publics dotés de l’autonomie administrative et financière, élargissant ainsi leur domaine d’action et de compétences. Cette autonomie devrait permettre aux CRI d’agir de manière plus rapide et flexible, pour répondre ainsi aux besoins spécifiques des investisseurs régionaux. La deuxième phase, quant à elle, a donné naissance à une Commission régionale d’investissement unifiée, pour regrouper les anciennes commissions régionales pour une prise de décision intégrée et cohérente dans un délai de 30 jours.

Cette approche unifiée devait non seulement simplifier les procédures pour les investisseurs, mais également favoriser une coordination plus efficace entre les différentes instances impliquées dans le processus d’investissement. La récente adoption, en mai 2023, d’un projet de décret par le Conseil de gouvernement représente un nouveau jalon dans cette réforme, plaçant désormais les CRI sous la tutelle du chef du gouvernement ou d’une autorité gouvernementale mandatée, et non plus sous l’égide du ministère de l’Intérieur. Cette mesure est perçue comme une avancée significative pour renforcer le rôle des CRI dans l’attraction des investissements étrangers.

Les opérateurs économiques saluent cette réforme, et y voient une mesure de simplification, de transparence et de renforcement de l’efficacité des CRI. Elle s’inscrit dans la vision gouvernementale à l’horizon 2026, visant à atteindre 550 milliards de dirhams d’investissements privés et la création de 500.000 emplois.

Après la mise en place de la nouvelle charte de l’investissement, l’institution de la Commission nationale des investissements et l’unification de la gouvernance de l’investissement, l’alignement stratégique des CRI devient un pilier essentiel pour améliorer le climat des affaires dans les années à venir. Au final, ces réformes successives démontrent l’engagement du gouvernement dans la modernisation économique et la promotion d’un environnement propice aux investissements nationaux et étrangers, pour créer ainsi une dynamique positive pour l’avenir de l’économie marocaine.

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 23 Fevrier 2024

Les recettes fiscales dépassent 24 MMDH en janvier

Vendredi 23 Fevrier 2024

L'Europe et l'Afrique du Nord face à des vagues de sécheresse sans précédent

Vendredi 23 Fevrier 2024

Sécheresse: faut-il craindre un exode rural massif ?

Vendredi 23 Fevrier 2024

Maroc Météo. De fortes rafales de vents attendues vendredi et samedi dans plusieurs provinces

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux