Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Economie

Freelance: un métier du futur

Freelance: un métier du futur
Dimanche 09 Mai 2021 - Par admin

Considéré parmi les secteurs les moins vulnérables aux conséquences économiques de la pandémie du coronavirus, le marché du freelancing se révèle comme une vraie porte d'entrée vers le monde professionnel.

 

Par K. A

 

Avec cette pandémie mondiale, des milliers d’employés ont dû cesser leurs activités, tandis que d’autres ont été contraints de basculer au «tout à distance». Cela a été une occasion pour nombreux d’entre eux de passer en mode «freelance». Grâce à une multitude de plateformes en ligne spécialisées (Fiverr, Upwork, 99design, Freelancer. com…), qui connectent les freelancers à des employeurs à l’échelle mondiale, l’accès au monde du travail indépendant semble séduire beaucoup de monde, tirant ainsi son épingle du jeu de la conjoncture actuelle. Selon Upwork, plateforme de recrutement spécialisée en la matière, les freelancers représentent plus de 30% de la main-d'œuvre mondiale en 2020, et cela pourrait atteindre 70% d’ici 2030.

Seulement aux États-Unis, il existerait à fin 2020 environ 57 millions de freelancers, soit 36% des travailleurs du pays. En effet, les revenus des travailleurs indépendants ne cessent d’attirer davantage de jeunes actifs en quête d’un maximum d’autonomie, de flexibilité et de liberté dans leur parcours professionnel. En moyenne, les freelancers du monde entier gagnent 19 dollars de l'heure, c'est ce que révèle une enquête menée par Payoneer auprès de 21.000 pigistes de 170 pays.

Au Maroc, cette tendance s’est accélérée notamment depuis l’avènement de l’Internet à haut débit, combiné à la création du statut d’autoentrepreneur. Selon Youssef El Hammal, directeur de YM Africa, cabinet spécialisé dans l’accompagnement et l’intégration au marché du travail, «le marché du freelancing est en pleine expansion depuis plusieurs années au Maroc. Il s’agit d’une voie bénéfique aux entreprises et à l’emploi des jeunes diplômés qui osent penser différemment et se projettent dans de nouvelles perspectives». Et d’ajouter que «le travail indépendant couvre plusieurs métiers et compétences humaines, dont le développement a engendré l’émergence de nouvelles plateformes spécialisées dans la mise en relation entre les entreprises et les freelancers afin de faciliter l’échange entre les différentes parties».

De la programmation au design, en passant par la gestion des réseaux sociaux, la vente, le marketing, tous les domaines et toutes les compétences sont appréciés pour décrocher une mission. Ainsi, pour mener à bien ses objectifs et faire connaître ses prestations à l'échelle nationale et internationale, il suffit de créer un espace personnalisé, par le biais des plateformes dédiées. Cependant, il est important de se référer aux conditions de paiement et aux actions préventives essentielles de façon à éviter les litiges ou plus simplement les pertes financières. 

Quel statut juridique ?
Le statut d'autoentrepreneur vient résoudre le problème rencontré par les travailleurs en freelance. Selon la DGI, les personnes physiques exerçant, à titre individuel, une activité professionnelle peuvent prétendre au statut de l’auto-entrepreneur, conformément à la législation et réglementation en vigueur. Ainsi, et dans la mesure où le cumul d’une activité professionnelle en tant qu’autoentrepreneur avec la qualité de salarié n’est pas expressément interdite par un texte particulier, le salarié en question peut exercer l’activité professionnelle dans le cadre dudit régime. Toutefois, pour bénéficier du régime fiscal de l'autoentrepreneur, le chiffre d’affaires annuel encaissé ne doit pas dépasser 500.000 DH pour les activités industrielles, commerciales et artisanales, et 200.000 DH pour les prestataires de services, précise la DGI.

 

 

 

 

 

 

Technologie Covid-19 Maroc Actualité Maroc emploi

Partage RÉSEAUX SOCIAUX