Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Economie

Crise économique : L’étau se resserre sur les pays émergents

Crise économique : L’étau se resserre sur les pays émergents
Mercredi 23 Septembre 2020 - Par admin
• Le PIB des économies émergentes prises dans leur ensemble devrait reculer de 1,4% en 2020.
 
• Les pays dépendants des recettes touristiques, dont le Maroc, seront affectés par les restrictions de déplacement peu propices aux voyages.
 
Plusieurs pays émergents subiraient une très forte chute de leurs croissances pour cette année. Justement, d’après les prévisions du spécialiste en risque crédit, Coface, sur la base d’une récente publication intitulée «Baromètre risque pays et secteurs», le PIB des économies émergentes prises dans leur ensemble devrait reculer de 1,4% cette année, avant de progresser de 5,6 % en 2021. 
 
L’Amérique latine serait la zone la plus touchée par cette crise mondiale (-6,5 % en 2020), suivie de l’Europe centrale et orientale (-5,8 %). L’Afrique subsaharienne (-1,0 %), le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (-3,6%) seraient aussi en récession cette année. 
 
Ces chiffres négatifs s’expliquent par les multiples chocs souvent simultanés que ces économies subissent cette année.
 
D’autres facteurs, selon la même source, sont à prendre en compte pour évaluer l’exposition d’un pays aux conséquences économiques de la pandémie, entre autres sa dépendance à un secteur fortement impacté par la crise et ayant une grande part dans le PIB.
 
A ce titre, les pays dépendants des recettes touristiques seront affectés par les restrictions de déplacement peu propices aux voyages. Le secteur touristique pèse pour au moins 15% du PIB dans 45 pays, dont le Maroc, la Tunisie, le Mexique, la Thaïlande, les Philippines, la Croatie ou encore le Cambodge. 
 
Coface explique également que les pays touchés par la pandémie et dont les gouvernements ont décidé des mesures de restriction ou de confinement obligatoires (au niveau national ou local) devront faire face à une montée de l’endettement, résultant de la diminution des recettes publiques liées à cette pandémie et de l’augmentation des dépenses de santé et celles destinées à atténuer les conséquences économiques sur la population.
 
 
 
Par Badr chaou
 
Actualité Économique Coface

Partage RÉSEAUX SOCIAUX