BTP coté: à défaut de marges, renforcer les parts de marché

BTP coté: à défaut de marges, renforcer les parts de marché

Le secteur du BTP souffre d’une conjoncture délicate, marquée notamment par les conséquences de l’inflation sur les marges et les volumes.

Dans ce contexte, les acteurs les plus structurés peuvent profiter de la situation pour améliorer leurs parts de marché.

 

Par A. Hlimi

Ce constat est celui de Ahmed Rochd, directeur de la Recherche chez Valoris Securities, qui intervenait dans un webinaire organisé par l’Association professionnelle des sociétés de Bourse (APSB) et la Bourse de Casablanca cette semaine. Le responsable rappelle la conjoncture traversée par le secteur du BTP actuellement : un contexte mondial marqué par l’accélération de l’inflation et une baisse de la demande.

«A titre d’exemple, nous notons un taux de croissance des crédits immobiliers sur 12 mois glissants limité à 2,3% à fin avril 2022, contre 3,4% en février 2020 avant la crise», fait-il remarquer. Et ce, malgré la baisse de l’indice des actifs immobiliers sur cette période, rendant les prix plus abordables.

En parallèle, la dégradation de la conjoncture et le ralentissement de l’avancement des chantiers ont pesé sur le niveau de consommation nationale en ciments, avec une consommation mensuelle qui peine à franchir les 1,2 million de tonnes par mois depuis le début de l’année 2022. 

 

Des relais de croissance à long terme

Ahmed Rochd cite quelques relais de croissance qui devront driver l’activité les années à venir. Il s’agit notamment du développement de l’axe Agadir-Dakhla et, de manière plus générale, la politique de relance de l’Etat qui devrait, comme dans le passé, être favorable au BTP. Selon l’analyste, l’Etat s’est toujours appuyé sur le secteur pour créer rapidement de la croissance et de l’emploi. On l’a vu après la crise des subprimes et après le printemps arabe.

L’histoire devrait se répéter. D’ailleurs, fait-il remarquer, le taux d’exécution des investissements publics en 2022 atteint 34% à fin avril, soit un niveau quasi-similaire à ceux des années passées, ce qui traduit une politique volontariste des pouvoirs publics, malgré le contexte actuel. 

 

Des anticipations disparates pour les sociétés du secteur

Pour Ahmed Rochd, les opérateurs cimentiers cotés (LafargeHolcim et Ciments du Maroc) devraient subir moins de pressions sur leurs ventes que le reste des opérateurs, en raison de leur présence au sud du Maroc. Cela dit, poursuit-il, «compte tenu du renchérissement du coût des intrants, nous anticipons une baisse de la marge d’EBIT de 4 points pour les opérateurs cimentiers, dont l’effet devrait être compensé partiellement par la hausse des prix à la vente». 

Les autres valeurs opérant au sein du secteur BTP coté devraient connaître une dépréciation de leurs ventes en volume. «Cependant, l’augmentation rapide des prix des produits importés devrait permettre à ces entreprises d’améliorer leur niveau de marge», explique Rochd. C’est notamment le cas pour Sonasid, qui devrait profiter de la baisse de la marge de manœuvre des importateurs à cause de la hausse du prix de la billette. 

 

Revenus et profits

Au final, Ahmed Rochd avertit les investisseurs : la hausse du chiffre d’affaires généralisée chez les entreprises du BTP n’est pas synonyme d’amélioration des profits, dans la mesure où la récente inflation pourrait bien se répercuter sur les ventes en volumes et sur les marges. Selon lui, les acteurs les plus solides pourront profiter de la situation pour améliorer leurs parts de marché (Sonasid et TGCC notamment) afin d’être dans de bonnes dispositions à la reprise, quand la demande repartira et l’inflation se dissipera. 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 17 Juillet 2024

Projets routiers: une moyenne annuelle d’environ 18 milliards de dirhams d'investissements

Mardi 16 Juillet 2024

Le FMI maintient ses prévisions de croissance mondiale à 3,2% en 2024 et 3,3% en 2025

Mardi 16 Juillet 2024

HCP : seulement 9,8% des ménages prévoient d'épargner en 2024

Lundi 15 Juillet 2024

Ports situés sur la Méditerranée: baisse de 20% des débarquements de pêche à fin juin

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux