Banque mondiale: La reprise économique tourne à sec au Maroc

Banque mondiale: La reprise économique tourne à sec au Maroc

Face à la pénurie d'eau et aux chocs sur les prix des produits de base, la résilience est indispensable à la croissance et à la stabilité économique du Maroc.

L'économie marocaine marque le pas sous l'effet de la sécheresse et de la hausse des prix des produits de base.

Après une reprise soutenue en 2021, l'économie marocaine a souffert cette année des effets d'une forte sécheresse, du ralentissement de l'économie mondiale et de la hausse des prix mondiaux de l'énergie et des denrées alimentaires. Selon le dernier Rapport de suivi de la situation économique au Maroc : La reprise économique tourne à sec, l'économie accusera un net ralentissement en 2022, avec un taux de croissance prévu de 1,3 % en 2022, contre 7,9 % en 2021.  

Les conséquences de la sécheresse, aggravées par la guerre en Ukraine, témoignent de l'exposition du Maroc aux chocs climatiques et aux chocs mondiaux sur les prix des produits de base. Les épisodes de sécheresse qui se sont enchaînés pendant trois des quatre dernières années rappellent avec force la vulnérabilité de l'économie marocaine à l’irrégularité croissante des niveaux de précipitations. La nouvelle publication propose une analyse des effets des sécheresses et de la pénurie d'eau sur la situation macroéconomique du Maroc, qui s’inscrit dans le cadre d’un prochain rapport consacré aux enjeux du climat et du développement dans le pays.  

Si les chocs liés à la faiblesse des précipitations ont toujours été un facteur de volatilité macroéconomique au Maroc, les sécheresses étaient généralement suivies d’une reprise vigoureuse et n'entravaient pas la croissance robuste et à long terme du produit intérieur brut (PIB) agricole. Cependant, avec la fréquence accrue de saisons des pluies médiocres, la sécheresse pourrait devenir un défi structurel, impactant sérieusement l'économie à long terme.  

Entre 1960 et 2020, les ressources hydriques renouvelables disponibles ont diminué, pour passer de 2 560 m3 à environ 620 m3 par personne et par an, entraînant le pays dans une situation de « stress hydrique structurel ». Sur la même période, le Royaume a construit plus de 120 grands barrages, multipliant par dix la capacité de stockage de l'eau. Le volume réel d'eau stocké dans les principaux barrages du pays a toutefois diminué pendant la majeure partie de la dernière décennie. Et, lors de la dernière sécheresse, le taux de remplissage global n’était que d’environ 33 %, menaçant la sécurité hydrique dans certains bassins hydrographiques et conduisant les autorités à adopter des mesures d'urgence. 

Le Maroc devra donc accompagner ses efforts de développement des infrastructures de politiques de gestion de la demande en eau qui encouragent l'utilisation durable, efficace et équitable des ressources hydriques.  

« Le Maroc fait partie des pays les plus touchés au monde par le stress hydrique. Les événements récents ont montré que les solutions techniques ne suffisent plus à protéger l'économie contre les chocs climatiques et soulignent la nécessité d’adopter des politiques complémentaires, telles que celles décrites dans le Nouveau modèle de développement, qui permettraient de tenir compte de la véritable valeur des ressources en eau et d'encourager des usages plus efficients et plus raisonnés », affirme Jesko Hentschel, directeur des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte.  

Ces réformes prévoient notamment de fixer le prix de ressources hydriques devenues plus rares à une valeur idoine, de mettre au point des mécanismes efficaces d'allocation de l'eau, par exemple au moyen d'un système de quotas négociables, et de produire et de publier des données précises et détaillées sur les ressources hydriques et leur utilisation. 

Le rapport examine également de près les conséquences de la hausse de l'inflation due à la guerre en Ukraine. Même si elle est atténuée par des subventions, l'inflation des prix à la consommation devrait s'accélérer pour atteindre 5,3 % cette année, contre 1,4 % seulement en 2021. Cette situation risque d’éroder le pouvoir d'achat des ménages les plus pauvres et les plus vulnérables. 

Les aides accordées aux agriculteurs et aux consommateurs par le biais de subventions font grimper les dépenses, tandis que la hausse des prix mondiaux de l'énergie et des denrées alimentaires et la baisse de la production céréalière nationale font augmenter les besoins en importations. En conséquence, le déficit budgétaire et celui de la balance courante devraient atteindre respectivement 6,4 % et 5,2 % du PIB en 2022, contre 5,6 % et 2,3 % en 2021. Ces risques macroéconomiques sont toutefois atténués dans un contexte marqué par un niveau confortable de réserves de change, des taux d'intérêt réels intérieurs relativement bas, une structure de la dette publique solide et un bon accès aux marchés financiers internationaux. 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 03 Octobre 2022

Cryptomonnaies: l’appétit d’ogre des Marocains

Lundi 03 Octobre 2022

L’Institut Groupe CDG : Impulser les écosystèmes du tourisme

Lundi 03 Octobre 2022

Office des changes: le déficit commercial augmente de 56,1% à fin août

Lundi 03 Octobre 2022

Souveraineté économique: le «Made in Morocco», un enjeu vital et stratégique

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux