Aide au logement: «Il est important que l'État intervienne pour limiter la spéculation foncière»

Aide au logement: «Il est important que l'État intervienne pour limiter la spéculation foncière»

Doté d’une enveloppe de 9,5 milliards de DH par an, le nouveau programme d'aide au logement, lancé le 2 janvier 2024, revêt une forte dimension sociale et économique.

Le secteur immobilier, qui représente 6,6% du PIB, devrait profiter de ce nouveau programme.

Entretien avec Soukayna Benjelloun, promoteur immobilier, architecte, docteure en aménagement et gouvernance territoriale et vice-présidente de l’Association marocaine des politiques publiques.

 

Par Ibtissam Z.

 

 

Finances News Hebdo : Le 2 janvier a été marqué par le lancement au Maroc du programme d'aide au logement, s'étalant sur quatre ans. Pourriez-vous nous détailler les impacts sociaux et économiques majeurs attendus de ce projet d'envergure ? Quelles transformations espérezvous voir se concrétiser dans le paysage immobilier marocain à l'issue de ce programme ?

Dr Soukayna Benjelloun : Ce programme est attendu pour avoir des impacts sociaux et économiques majeurs. Sur le plan social, il devrait significativement réduire le déficit de logements, favoriser l'accessibilité financière pour une plus grande partie de la population, générer des emplois et améliorer les infrastructures locales. Du côté économique, le secteur de la construction devrait être stimulé, contribuant ainsi à la croissance du PIB et à la création d'opportunités d'investissement dans de nouvelles zones. Dans le paysage immobilier, on peut anticiper une diversification de l'offre, une modernisation des infrastructures, et une promotion de l'innovation dans la construction, reflétant une transformation significative du secteur.

F.N.H. : Face à un déficit criant de logements au Maroc, la création de 12 agences régionales d’urbanisme et d’habitat a été préconisée. Comment ces agences vont-elles concrètement faciliter la mise en œuvre du programme d'aide au logement ?

Dr S. B. : Les 12 agences régionales d'urbanisme et d'habitat sont une initiative prometteuse qui facilitera la mise en œuvre du programme d'aide au logement. En tant que promoteur immobilier, je vois ces agences comme des partenaires clés pour la réalisation de projets de construction. Leur rôle dans la coordination des projets, l'adaptation aux besoins locaux et la gestion efficace des ressources sont des éléments cruciaux pour garantir le succès des opérations immobilières. En travaillant de concert avec ces agences, nous pourrions optimiser nos projets pour répondre aux besoins spécifiques de chaque région, contribuant ainsi au renouvellement de l'aménagement urbain et rural.

F.N.H. : De quelle manière ce nouveau programme va-t-il stimuler la reprise et la croissance de ce secteur clé ?

Dr S. B. : Le secteur immobilier, en tant que pilier économique, représente 6,6% du PIB et emploie environ 9% de la population active marocaine. Il est sur le point de bénéficier de manière significative du nouveau programme d'aide au logement. Les considérables investissements prévus dans le logement ouvriront la porte à des opportunités importantes pour les promoteurs immobiliers. Fondée sur mon expérience au sein du «groupe immobilier Kabbage», je peux attester de la faisabilité de projets novateurs et durables. Notre premier projet emblématique «Smarthome-Bouskoura», situé dans le quartier en plein essor de Perla Bouskoura à Casablanca, à moins de 5 minutes de la ville verte, offre des appartements hyperconnectés dotés de fonctionnalités de domotique de pointe, avec qui on peut parler et interagir à distance. Ces logements haut de gamme, comprenant des 2 pièces et un salon, décorés avec des habillages muraux en bois et HPL, des dressings, des cuisines américaines Zanussi, et des finitions en marbre au sol et aux murs, ont été mis en vente à moins de 600.000 dirhams. Un prix 100% déclaré, offrant ainsi une opportunité rare d'accéder à des logements de qualité à petit prix. Cette réalité, c'està-dire l’offre que nous avions mise sur le marché depuis 2022, démontre la possibilité d'accéder à des logements décents, avec un budget inférieur à 700.000 DH qui est le plafond fixé, ou montant maximum éligible dans le cadre du programme d'aide directe au logement proposé par le gouvernement. Tout cela grâce à l'engagement et à l'innovation de notre «groupe immobilier Kabbage». Ces investissements massifs dans le secteur de la construction ne se limitent pas à la création de logements abordables, mais auront également un impact significatif sur la croissance économique en générant des emplois et des activités connexes.

F.N.H. : La plateforme numérique 'Daam Sakane' a enregistré 16.302 demandes en seulement une semaine. Comment interprétez-vous cet engouement massif des citoyens marocains ?

Dr S. B. : L'enthousiasme considérable pour la plateforme numérique 'Daam Sakane' met en lumière une demande importante de logements abordables. En tant que promoteur immobilier, cela souligne l'impératif d'adapter nos projets pour répondre aux besoins spécifiques du marché, en mettant l'accent sur l'accessibilité financière et la qualité de la construction. Une opportunité stratégique se présente également avec la possibilité d'exploiter et d’explorer la géolocalisation de ces 16.000 demandes de logement enregistrées. Cette analyse pourrait permettre de cibler les quartiers les plus sollicités, facilitant ainsi la négociation avec le gouvernement pour mettre fin à la spéculation foncière dans ces zones. Cela fait que le prix de revient des terrains constructibles flambe. En collaborant de cette manière, nous pourrions élaborer des projets de construction plus efficaces, parfaitement adaptés aux besoins financiers et spécifiques des demandeurs de logements, tout en contribuant à la stabilisation des prix fonciers. Cette approche proactive reflète notre engagement envers une planification urbaine stratégique, favorisant une mise en œuvre efficiente du programme d'aide au logement et contribuant à la création de quartiers durables et abordables.

F.N.H. : L'enjeu de répondre à une demande croissante de logements tout en garantissant des standards élevés de qualité de construction représente un défi de taille. Comment le programme prévoit-il de maintenir cet équilibre délicat ?

Dr S. B. : Maintenir un équilibre entre répondre à la demande croissante de logements et garantir des standards élevés de qualité de construction est un défi que nous, en tant que promoteurs, sommes prêts à relever. Il est crucial de travailler en étroite collaboration avec les agences régionales, en intégrant des normes strictes de construction et en adoptant des pratiques durables. Nous pourrions également explorer des partenariats avec des entreprises spécialisées dans la construction durable pour garantir la qualité tout en répondant aux exigences du programme. La transparence dans nos processus de construction et la communication ouverte avec les parties prenantes sont des aspects que nous privilégierions pour assurer le succès à long terme de nos projets. En parallèle, le programme luimême relève ce défi complexe en mettant en place une série de mesures stratégiques. Des réglementations rigoureuses, des contrôles et inspections réguliers, des programmes de formation et de certification, ainsi que des incitations financières sont déployés pour garantir la conformité aux normes élevées de construction. Les partenariats publicsprivés sont également encouragés pour assurer la transparence et une mise en œuvre efficace des projets. Le suivi continu et l'évaluation permettent d'ajuster les politiques en fonction des résultats obtenus, assurant ainsi un équilibre délicat entre la croissance de l'offre de logements et le maintien de standards élevés de qualité de construction de manière efficace et durable. Il est également important que l'État intervienne pour limiter la spéculation foncière, prévenant ainsi une augmentation démesurée des coûts du foncier qui pourrait impacter négativement les prix finaux des logements. Cette approche intégrée et collaborative assurera certainement une gestion équilibrée et durable du développement immobilier, alignée sur les objectifs du programme. 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 14 Avril 2024

Les recettes douanières dépassent 20,68 MMDH à fin mars 2024

Samedi 13 Avril 2024

Dette extérieure: la PEG se creuse à 791,6 milliards de DH en 2023

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux