Culture & Société

Tous les articles

Un jour, une œuvre : Un cowboy lyrique

Un jour, une œuvre : Un cowboy lyrique

Le plus rock’n’roll et l’un des «mauvais garçons britanniques», Bob Dylan, sort son trente-neuvième album studio, sobrement intitulé «Rough and Rowdy Ways», ce 19 juin 2020.

Dix morceaux particulièrement beaux, importants et touchants. Preuve d’une extraordinaire diversité dans le répertoire et d’une invraisemblable longévité d’un talent.

Trois titres ont été révélés au public en amont de la sortie de l’album : «Murder Most Foul», le 27 mars; «I Contain Multitudes», le 17 avril; et «False Prophet», le 8 mai.

Le premier single, «Murder Most Foul», long de 17 minutes, fait allusion à l’assassinat du président Kennedy en 1963. Il sonne contrairement à tout ce que Dylan avait précédemment enregistré. Une récitation mêlée à une brume de piano, violon et tambours légèrement frappés.

Le second, «I Contain Multitudes», est nettement plus court -une ballade délicate et sans percussions -, mais contient assez d’ingrédients lyriques pour éclater les nouvelles et l’actualité. Alors que le troisième, «False Prophet», est une chanson de blues féroce. Pleine de rythmes sombres et couvant de blues jubilatoire.

L’abstraction musicale de «Murder Most Foul» s’avère être une pirouette plaisante : il occupe un disque distinct du reste de l’album alors que l’ensemble aurait pu facilement s’adapter sur un seul CD.

L’avant-dernier titre flambant, «Key West» porte un léger soupçon de «The Basement Trapes» – bien qu’avec un accordéon remplissant l’espace que l’orgue de Grath Hudson aurait fait.

Il faut dire que l’ensemble reste enraciné dans les années 50 ou un peu plus tôt. Il y a beaucoup de rythmes blues, certes, «I’ve Made Up My Mind to give myself to you», est porté par une belle mélodie complice à un son qui porte des traces pop.

«My hearts like a river, a river that sings (Mes cœurs sont comme une rivière, une rivière qui chante)», récite Dylan d’une voix fine, haute et ancienne. Une belle parole qui enjolive cette chanson qui est la plus douce, mélodiquement, de son nouvel album. C’est une prière dans laquelle Dylan contemple «a lot of people gone (beaucoup de gens partis)» et exprime son «hope that the Gods go easy withe me (espoir que les Dieux vont doucement avec moi)».

 

Par R.K.H

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 14 Juin 2024

Festival Mawazine: culture, diplomatie, économie et impact social

Mardi 04 Juin 2024

«Psychanalyse de l’improbable» de Abdelhak Najib. L’écriture du désastre

Dimanche 26 Mai 2024

SIEL: «L’idée que les Marocains ne lisent pas est un stéréotype persistant, mais la réalité est plus nuancée»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux