Culture & Société

Tous les articles

Un jour, une oeuvre : Atoman, Wind Rider

Un jour, une oeuvre : Atoman, Wind Rider

Une fiction qui puise sa substance dans un réel aussi sombre que révolu, une mise en scène sans une once de bouffissure ou fioriture, une distribution somptueuse autour du rappeur Lartiste, dans un rôle taillé à sa mesure… Ceci retiendra surement l’attention. Présentation.

Anouar Moatassim , qui envisageait depuis une dizaine d’années de tourner le premier film de super-héros marocain, n’a pas dû renoncer, d’autant que le principe était trop osé. Aucun réalisateur n’a su prendre de telles libertés avec les convenances. Ce faisant, il met en branle son identité, marocaine et amazighe, pour outrepasser les complexes réducteurs.

De fait, «Atoman, Wind Rider», produit par Casablanca Pictures et Aicha Abbouzied, n’est pas un film de situation comme les autres. Son originalité réside dans son caractère outrancier. En commettant cette fiction, le réalisateur fait œuvre pie.

Ecrit par Omar Mrani, le scénario se cantonne à la vie quotidienne de Hakim Imlil, un hacker éthique recherché à l’international pour avoir piraté les serveurs informatiques d’un laboratoire pharmaceutique américain, français et chinois afin de faire bénéficier les malades atteints de la Covid-19, d’un générique à faible coût.

Arrêté par Interpol sur une île où il a trouvé refuge, il est remis aux autorités marocaines et n’échappe à la prison qu’en acceptant de devenir un white-hat au service de la cellule de lutte contre la cybercriminalité de la police. Entraîné malgré lui dans une enquête au cours de laquelle il va apprendre la vérité sur ses véritables origines, il hérite d’une lignée dotée de pouvoirs surhumains qu'il doit apprendre à maîtriser pour pouvoir se mesurer au grand danger qui menace le monde. Pour être le dernier rempart face au chaos, Hakim doit devenir Atoman.

Engagé auprès des vulnérables, il entame une course effrénée et un combat acharné contre de puissants ennemis en quête de contrôle absolu sur la planète. Il y a longtemps qu’il avait trouvé le héros : Lartiste, de son vrai nom Youssef Akdim. Qui mieux que le célèbre rappeur francomarocain pouvait camper cet homme doté de pouvoirs surnaturels ?

Pour les autres personnages, le narrateur, le metteur en scène songea à Samy Naceri, Sarah Perles, Mehdi Baghdad et Mehdi Adjouri. Un choix judicieux, tellement ces comédiens sont pétris de talent.

Le début du tournage du film est prévu pour décembre prochain. Sa sortie est attendue, quant à elle, pour novembre 2021. Tout le mal que nous lui souhaitons est qu’il ne connaisse pas de mésaventure, celle de se trouver en concurrence avec une grosse cylindrée américaine.

 

Par R.K.H

Articles qui pourraient vous intéresser

Dimanche 18 Fevrier 2024

Parution : «Choses vues derrière un écran de fumée»

Dimanche 18 Fevrier 2024

«Etre arabe»: entretiens avec Christophe Kantcheff De Farouk Mardam Bey, Elias Sanbar et Christophe Kantcheff

Vendredi 09 Fevrier 2024

Arts plastiques: l’art du faux au Maroc

Mardi 30 Janvier 2024

Abdourrahmane Mounif : Et l’errance des États arabes

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux