Culture & Société

Tous les articles

Le gouvernement poursuit la réforme du secteur cinématographique selon une vision moderniste

Le gouvernement poursuit la réforme du secteur cinématographique selon une vision moderniste

 

Le ministre de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, Mohamed Mehdi Bensaïd, a affirmé que le gouvernement est déterminé à poursuivre la réforme du secteur cinématographique selon une vision moderniste.

 

 

 

Présidant récemment à Rabat le conseil d’administration du Centre cinématographique marocain (CCM), Mohamed Mehdi Bensaïd a souligné que l'objectif de cette réforme est de permettre à ce secteur de contribuer efficacement au développement économique, dans le cadre du nouveau modèle de développement, a indiqué lundi le CCM dans un communiqué.

 

Parmi les réformes entreprises par le gouvernement durant l’année en cours, le ministre a cité la hausse de la subvention publique attribuée aux productions cinématographiques et audiovisuelles étrangères tournées dans le Royaume pour qu’elle passe de 20 à 30%, et ce dans le but d'accroître la compétitivité et d'attirer les investissements étrangers dans ce domaine, ainsi que de promouvoir la destination Maroc pour le tournage des films étrangers.

 

Il est également question de la révision de l’accord conjoint relatif au soutien de la digitalisation, de la modernisation et de la création de salles de cinéma, en apportant des amendements visant à encourager la création de nouveaux espaces de projection cinématographique, a-t-il ajouté.

 

Mohamed Mehdi Bensaïd a, par ailleurs, fait savoir que le projet de construction, par le département de la Culture en partenariat avec le ministère de l’économie et des finances et le CCM, de 150 salles de cinéma et centres culturels s’inscrit dans le cadre de la promotion de la culture cinématographique notamment dans les régions ne disposant pas de salle de projection.

 

Il a, en outre, souligné que, le ministère œuvrera, dans le cadre des réformes que connaît le secteur, au renforcement des acquis du personnel du Centre en fonction des moyens disponibles.

 

Pour sa part, le directeur par intérim du CCM, Khalid Saidi, a qualifié de positif le bilan de la production cinématographique au cours de 2021 et le premier semestre de 2022, malgré les contraintes rencontrées par le secteur durant la période de l'état d'urgence sanitaire, soulignant que la production nationale ne cesse d'évoluer.

 

La production étrangère, quant à elle, réalise un chiffre d'affaires important, qui atteindra un milliard de dirhams à la fin de l'année en cours, a relevé Khalid Saidi.

 

S’agissant de l'exploitation et de la distribution cinématographiques, après la reprise de l'activité des salles de cinéma, le responsable a fait état d’une nouvelle dynamique qui incitera les investisseurs à ouvrir de nouvelles salles de cinéma, notant qu'à travers les festivals, la promotion du cinéma marocain, aux niveaux national et international, connaît un saut qualitatif.

 

Il a également indiqué que le CCM a entamé la mise en œuvre d'un programme intégré de transition digitale visant à numériser l'ensemble des services rendus à ses usagers, dans le cadre de la simplification et de l'accélération des démarches administratives et de l'accompagnement du dynamisme des investissements dans tous les pôles de l'industrie cinématographique.

 

De leur côté, les organisations œuvrant dans le domaine de l'industrie cinématographique ont appelé, lors de cette réunion, à une réflexion sur les moyens à même de promouvoir la production nationale à travers l’augmentation du nombre de salles de cinéma, la mise en place d’un mécanisme pour amener les distributeurs et les exploitants à programmer des films marocains, et la rationalisation des festivals de cinéma.

 

Le conseil d'administration a approuvé le bilan du CCM pour l'année 2021 et le premier semestre 2022, ainsi que les rapports d'audit comptable et financier du Centre, conclut le communiqué.


 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 14 Juin 2024

Festival Mawazine: culture, diplomatie, économie et impact social

Mardi 04 Juin 2024

«Psychanalyse de l’improbable» de Abdelhak Najib. L’écriture du désastre

Dimanche 26 Mai 2024

SIEL: «L’idée que les Marocains ne lisent pas est un stéréotype persistant, mais la réalité est plus nuancée»

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux