Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Voyons voir

Imam prédateur

Imam prédateur
Vendredi 25 Septembre 2020 - Par admin

Par David William, directeur des rédactions

 

Les esprits pervers ne sont pas dans les prisons. Ils sont parmi nous, piétinent la morale et s’assoient sur tout ce qui nous différencie des animaux. Et ils ne sont trahis que lorsque leurs actes sont portés sur la place publique. Alors que l’opinion publique est encore sous l’émotion et l’émoi suscités par l’assassinat de l’enfant Adnane Bouchouf, un autre acte criminel vient d’être dévoilé.

Le 19 septembre, un individu, qui aurait abusé sexuellement de six mineures, a été présenté devant la justice à Tanger. Circonstances aggravantes, il s’agit d’un imam. Une autorité morale et religieuse qui, à longueur de journée, distille la parole de Dieu, délivre aux fidèles des sermons sur le bien et le mal et s’érige en gardien d’une certaine société vertueuse. Sauf que, à ses heures perdues, cet imam perfide s’égarait sous les jupons de filles mineures. On ne peut dès lors classer son acte simplement dans la rubrique «faits divers».

Non, il s’agit d’un vil crime perpétré par un dépravé sans aucun scrupule qui usait de son statut pour assouvir ses pulsions sexuelles perverses. Il mérite donc une peine à la hauteur de son cynisme. Et nul doute que la justice fera son travail. Autre endroit, autre méfait.

Le 21 septembre à Casablanca, un individu a été interpellé pour son implication présumée dans une affaire d'escroquerie et de commercialisation de faux masques de protection. Les perquisitions menées dans le cadre de cette affaire ont permis de saisir 121.600 faux masques. Là aussi, il ne s’agit pas d’un banal fait divers, mais d’un acte criminel. Car, profiter de cette crise sanitaire que traverse un Maroc qui accumule ses morts emportés par la Covid-19 et ses cas de contamination (1.855 décès et 103.119 cas au 21 septembre) pour se faire vilement du pognon est un acte assassin.

Commercialiser de faux masques en ces temps de pandémie, c’est en effet mettre gravement en danger la vie d’autrui. In fine, cet imam prédateur et ce vulgaire escroc ont ceci de commun qu’ils poussent la conscience collective à se poser une seule et unique interrogation : à qui faire confiance dans ce monde d’aujourd’hui ?

Malheureusement, des individus comme eux, il y en a beaucoup d’autres. Ils dissimulent encore leur sale besogne, jusqu’au jour où. Mais, il semble utile de le rappeler de temps à autre, l’ivresse est le délateur éloquent de celui qui se cache pour boire.

Actualités Marocaines Société

Partage RÉSEAUX SOCIAUX