Edito : Patriotisme économique

Edito : Patriotisme économique

Par Fatima Ouriaghli, Directrice de la publication


 

Entre la nomination d’un nouveau gouvernement et le discours du Roi prononcé vendredi devant les membres des deux chambres du Parlement, l’actualité politique aura été assez fournie ces derniers jours.

Avec une constante qui se dégage : un haut sens de la responsabilité, le sérieux et un engagement sans faille au service de la
collectivité. Le tout enrobé dans la bonne gouvernance et la reddition des comptes. C’est cela qu’attendent les citoyens. Et les attentes sont pour le moins fortes. A la dimension des enjeux de développement auxquels est confronté le Maroc. Et le Souverain l’a bien signifié lors de son discours, appelant à opérationnaliser les réformes, suivre les décisions et réaliser les projets.

L’efficacité et la pertinence de l’action publique se mesureront ainsi à travers la capacité de ceux qui sont aux affaires de mener à bien, avec toute la diligence qu’il faut, les différents chantiers de développement du Royaume. Mais également à travers leur apti-tude à dépasser les clivages politiques pour porter en bandoulière l’intérêt supérieur de la Nation.

Car, l’on ne peut ignorer que les tensions permanentes au sein de la majorité ont souvent miné l’efficience de l’action gouvernementale, sur fond d’intérêts partisans à peine voilés. Les petites querelles, nous n’en voulons plus. Les petits calculs politiques médiocres, voire mesquins, non plus. Encore moins tous ces petits coups bas qui sapent la crédibilité des hommes politiques, avec comme témoin une population désabusée.

Il est temps de s’inscrire dans le qualitatif, tant dans la conduite des projets que dans les débats, afin de pouvoir répondre aux aspirations légitimes des citoyens. Et ce, comme l’a dit le Roi, «dans un esprit d’émulation constructive afin de servir leurs intérêts, défendre les causes nationales».

En cela, la modernisation de l’économie nationale ne doit pas être du ressort exclusif des pouvoirs publics. Le secteur privé, lui aussi, a un rôle éminemment important à jouer.

La balle est donc désormais dans le camp des appareils exécutif et législatif, ainsi que du privé : il s’agit de faire preuve de patriotisme économique et porter valablement les ambitions du Maroc.

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Vendredi 15 Octobre 2021

Maroc: le taux d'alphabétisation des femmes a atteint 53,9% en 2019

Jeudi 14 Octobre 2021

Croissance: les ingrédients d'une accélération du PIB

Mercredi 13 Octobre 2021

Affaire Maâti Monjib : les précisions du procureur du Roi

Jeudi 07 Octobre 2021

Maroc: la liste du nouveau gouvernement dévoilée (Officiel)

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux