Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Editos

Edito : Incertitude après la détente

Edito : Incertitude après la détente
Vendredi 20 Septembre 2019 - Par Finances News

Par Fatima Ouriaghli, Directrice de la publication


 

L’incertitude règne autour de l’évolution des cours du pétrole. Après l’attaque par des drones des installations pétrolières en Arabie Saoudite (www.laquotidienne.fnh.ma) qui assuraient 5% de la production mondiale, soit la moitié de la production du Royaume, les prix de l’or noir se sont littéralement envolés lundi, prenant jusqu’à 10%. Mercredi, les cours ont poursuivi leur trend baissier, dans le sillage de la chute violente de 5% observée la veille : à la mi-journée le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre valait 64,23 dollars à Londres, en baisse de 0,50% par rapport à la clôture de mardi. À New York, le baril américain de WTI pour livraison en octobre s'échangeait à 58,92 dollars, en repli de 0,71% par rapport à mardi.

Les risques d’un inversement de tendance sont-ils pour autant écartés ? Pas sûr. Si, actuellement, l’Arabie Saoudite puise dans ses réserves pour assurer un approvisionnement adéquat du marché mondial, tout en promettant un retour à la normale de la production prévu dès fin septembre, les tensions géopolitiques demeurent toujours persistantes.

En effet, la menace de riposte du président américain Donald Trump, qui pointe un doigt accusateur sur l’Iran malgré la revendication de l’attaque par les rebelles houthis au Yémen, entretient une tension permanente au Moyen-Orient. Et si tant est que la culpabilité de Téhéran est avérée, les réactions qui s’en suivront risquent de faire s’envoler de nouveau les prix du pétrole. De même, rien n’exclut une nouvelle attaque, maintenant que le monde découvre que les installations pétrolières en Arabie Saoudite sont vulnérables.

Si les experts internationaux restent pour l’instant prudents dans leurs prévisions, au Maroc, l’on suit de très près l’évolution de la situation. Surtout au moment où s’élabore le Projet de Loi de Finances 2020, qui va tabler sur un cours cible du baril de l’or noir, et ce dans un environnement international très incertain.

Les citoyens, quant à eux, ont d’ores et déjà les yeux rivés sur les prix à la pompe.

 

Actualités Marocaines

Partage RÉSEAUX SOCIAUX