Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Editos

Banque-TPME, le dernier opus

Banque-TPME, le dernier opus
Vendredi 07 Fevrier 2020 - Par Finances News

Par Fatima Ouriaghli, Directrice de la publication


 

Le Programme intégré d'appui et de financement des entreprises semble être le dernier opus d’un long feuilleton de désamour entre institutions bancaires et petites et moyennes entreprises. Il faut l’espérer en tout cas. Mis en place suite aux hautes instructions royales, ce programme devrait permettre de réconcilier définitivement les deux parties, en aplanissant notamment les difficultés relatives à l’accès au financement des jeunes porteurs de projet et des très petites entreprises.

Il apporte ainsi, grâce à un dispositif incitatif et intégré, une réponse appropriée aux exigences bancaires courantes en matière d’octroi de crédit, d’une part, et une solution pour ceux qui décrient depuis toujours les difficiles conditions d’accès au financement bancaire, d’autre part.

Création d’un Fonds spécial doté d’une enveloppe de 8 Mds de DH, implication du public et du privé, mise en place de mesures assouplies, avec notamment des taux d’intérêt plafonnés à 2% et à 1,75% dans le monde rural…, toutes les dispositions semblent avoir été prises pour assurer la réussite de ce programme. Reste maintenant à traduire cela en chiffres concrets. L’argentier du Royaume estime que ce programme «contribuera chaque année à la création d’environ 27.000 nouveaux postes d’emplois et à l’accompagnement de 13.500 entreprises supplémentaires».

Un optimisme justifié par la nature du dispositif déployé. Lequel devrait permettre de soutenir l’entrepreneuriat, favoriser la création d’emploi, et surtout huiler les relations entre l’institution bancaire et les demandeurs de crédit.

Dès lors, ce programme, qui englobe le financement de l’entrepreneuriat, la coordination des actions d’appui et d’accompagnement de l’entrepreneuriat au niveau des régions et l’inclusion financière des populations rurales, semble condamné… à la réussite. D’autant qu’en termes d’incitations, de population cible, de mobilisation des intervenants, il semble bien difficile de faire davantage. 

Banque secteur bancaire PME Actualités Marocaines

Partage RÉSEAUX SOCIAUX