CAUCHEMAR AU PALAIS D’EL MOURADIA

CAUCHEMAR AU PALAIS D’EL MOURADIA

Le Maroc et les Etats-Unis filent le parfait amour. Les relations entre les deux pays ont franchi un tournant majeur, quand, un certain 10 décembre 2020, les Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, ont reconnu la pleine souveraineté du Maroc sur l’ensemble de la région du Sahara marocain.

Sous la férule du nouveau locataire de la Maison Blanche, Joe Biden, l’idylle a continué, au demeurant confirmé par le renforcement de la coopération bilatérale tant sur les plans économique que politique. Symbole fort du vent chaud qui circule entre Rabat et Washington, l’exercice African Lion, co-organisé par les Forces armées royales et les Forces armées américaines, dont le coup d’envoi de la 19ème édition a été donné le 5 juin à Agadir.

Se tenant jusqu’au 16 juin courant, cet exercice multinational interarmées reste un rendez-vous annuel qui contribue à consolider la coopération militaire maroco-américaine. Il permet également de renforcer l’échange entre les forces armées de différents pays en vue de promouvoir la sécurité et la stabilité dans la région.

Devant se dérouler dans sept régions du Maroc, à savoir Agadir, Tan-Tan, Mehbes, Tiznit, Kénitra, Benguérir et Tifnit, il connaît la participation de près de 6.000 soldats provenant d’une vingtaine de pays africains et internationaux, y compris le Maroc et les États-Unis, ainsi que de plusieurs pays observateurs. Au programme : exercice de planification opérationnelle pour les cadres des États-Majors de la «Task Force», exercices tactiques terrestres, maritimes, aériens et combinés, de jour et de nuit, exercice combiné des forces spéciales, opérations aéroportées, exercices de lutte contre les armes de destruction massive… Bref, la totale.

La visite au Maroc de la Première Dame des Etats-Unis, Jill Biden, deux jours avant le début d’African Lion 2023, est un autre signal fort des liens d’amitié qui unissent les deux pays. Elle n’a d’ailleurs pas manqué de souligner que le Maroc reste «l'un des pays amis les plus anciens» des EtatsUnis, non sans faire part de ses vifs remerciements au Roi Mohammed VI pour l'accueil qui lui a été réservé.

L’on s’en doute, ce raffermissement des liens séculaires maroco-américains irrite passablement l’Algérie. Dont les dirigeants sont devenus encore paranoïaques, plus agressifs et vindicatifs depuis la normalisation des relations entre le Maroc et Israël. Et, aujourd’hui, l’alliance Maroc – USA – Israël est le pire cauchemar du locataire du palais d’El Mouradia. 

 

Par F.Z Ouriaghli

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Mercredi 22 Mai 2024

HPS ouvre un nouveau bureau en Inde

Mardi 21 Mai 2024

Inclusion financière: le ministère de l’industrie et du commerce signe un accord avec Visa et Al Barid Bank

Mardi 21 Mai 2024

Code des douanes et impôts indirects à l'agenda du prochain Conseil de gouvernement

Mardi 21 Mai 2024

Maroc. L’inflation à 0,2% en avril

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux