LE VIVRE-ENSEMBLE, UN ANACHRONISME

LE VIVRE-ENSEMBLE, UN ANACHRONISME

Les travaux du 9ème Forum de l'Alliance des civilisations des Nations unies (UNAOC), qui vise à renforcer le dialogue et la coopération entre les communautés, cultures et civilisations, ont eu lieu les 22 et 23 novembre à Fès. L’événement a pourtant presque failli passer inaperçu, éclipsé sans doute par le Mondial 2022 qui se joue au Qatar et qui polarise toutes les attentions.

La ville spirituelle est ainsi le lieu de rendez-vous d’éminentes personnalités, dont notamment le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, qui se sont exprimées sur un thème qui a une résonance particulière en ce moment : «Vers une alliance de paix : Vivre-ensemble comme une seule humanité».

Dans le monde actuel, parler du vivre-ensemble semble être pourtant un anachronisme, quand on sait notamment que, de plus en plus, l’Occident se barricade face à la migration, le monde est devenu intolérant, les différences sont brandies comme un épouvantail…, le tout enveloppé dans un discours populiste pour effrayer et manipuler les masses crédules. Dans son message adressé aux participants au Forum, le Roi Mohammed VI résume pertinemment la situation actuelle.

Extrait : • «Jamais notre civilisation n’a été aussi exposée, jamais le vivreensemble n’a été aussi menacé au quotidien; • Rarement l’Autre n’a été autant associé à la suspicion ou n’a été utilisé pour attiser la peur et fomenter la haine; • Les extrêmes saturent le débat et disqualifient les discours modérés; les religions sont trop souvent instrumentalisées, lorsqu’elles ne sont pas stigmatisées; • Le terrorisme se nourrit de séparatisme et guette là où l’instabilité politique ralentit le développement socioéconomique; • Le populisme agite les sociétés, inventant des questions sans y répondre, brandissant la migration tel un épouvantail dans les contextes d’élection et érigeant le migrant en bouc-émissaire»… La migration, à elle seule, cristallise tous les débats en Europe, et divise surtout profondément la classe politique en France.

Une France où certains politiques dénoncent honteusement une soi-disant déferlante migratoire, un fléau…. Mais de quoi parle-t-on exactement ? Ces trafiquants d’idées oublient-ils que sur le plan mondial, la migration représente moins de 14% de la population ? Ignorent-ils qu’à l’échelle africaine, 4 migrants africains sur 5 restent dans le continent ? Savent-ils que la migration enrichit les pays d’accueil, puisque 85% des revenus des migrants restent dans ces pays ? Non, ils sont bien au courant de ces données, mais sont guidés par la mauvaise foi. Ils se nourrissent surtout des convictions irrationnelles, racistes et haineuses de l’extrême droite. Alors comment, dans un tel contexte, est-il possible de dialoguer et de construire des ponts qui unissent les populations et les personnes au-delà de leurs différences culturelles ou religieuses ? C’est là toute la question.

 

Par F.Z Ouriaghli

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 20 Juillet 2024

Stratégie énergétique : Benkhadra détaille les grands chantiers de l’ONHYM

Samedi 20 Juillet 2024

ONCF : un bilan carbone sur les rails

Samedi 20 Juillet 2024

Campagne 2024/2025 : une saison agricole compliquée en perspective

Vendredi 19 Juillet 2024

Baisse du taux directeur, quel impact sur les crédits bancaires?

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux