Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Ecosystème de l’électroménager : les premiers jalons sont posés

Ecosystème de l’électroménager : les premiers jalons sont posés
Lundi 22 Juillet 2019 - Par Finances News

 

Le Royaume s’allie à un acteur mondial qui s’appuie sur 61.000 collaborateurs répartis sur 42 sites situés dans plusieurs pays.

L’écosystème BSH mobilise un investissement de 25 millions d’euros et devrait permettre la création de 2.000 emplois.

MHE souhaite, à terme, la création d’une usine de fabrication de produits électroménagers au Maroc.

 

Par M. Diao

 

C’est un Moulay Hafid Elalamy particulièrement ravi qui s’est présenté à Rabat lors de la signature du mémorandum d’entente portant sur la création d’un écosystème du groupe Bosch Siemens Hausegeräte (BSH) dans le secteur de l’électroménager.

«L’avènement de cet écosystème est le fruit d’un travail de longue haleine», confie le ministre de l’Industrie, de l’Investissement, du Commerce et de l’Economie numérique, qui a été dithyrambique à l’égard de ses équipes.

«Personne n’est éternel dans un poste. Je me réjouis du fait que les équipes arrivent de plus en plus à conclure des contrats avec les investisseurs sans mon intervention», assure-t-il en substance, tout en rappelant que ce nouvel écosystème va dans la droite ligne des objectifs du Plan d’accélération industrielle mis en place en 2014.

 

L’alliance avec un géant industriel

L’écosystème BSH qui mobilise un investissement de 25 millions d’euros, devrait à la fois permettre la création de 2.000 emplois et l’atteinte des recettes à l’export de l’ordre de 150 millions d’euros.

L’autre annonce faite par le patron du département de l’Industrie est que l’écosystème du numéro 1 sur le marché européen des produits électroménagers, sera composé, à l’horizon 2023, de 15 fournisseurs.

L’écosystème BSH consiste en la mise en place d’un programme industriel intégré destiné à accroître la base de production des fournisseurs du groupe qui s’appuie sur 61.000 collaborateurs répartis sur 42 sites situés dans plusieurs pays.

Ceci dit, Moulay Hafid Elalamy voit plus loin : «L’objectif final qui doit couronner ses efforts est la création d’une usine de fabrication de produits électroménagers au Maroc». Cette ambition est tout sauf démesurée, d’autant plus que l’écosystème de BHS est déjà composé de trois sociétés en l’occurrence Gravalos Constructionnes, Virmousil et Sigit (Voir encadré), et deux autres devraient incessamment rejoindre celui-ci.

 

Renforcement de la qualification des entreprises locales

Les vertus que l’on prête à la création de l’écosystème du groupe industriel qui emploie en Espagne 4.000 personnes répartis sur 4 sites de production, une plateforme logistique et des centres d’excellence dédiés à la technologie, sont multiples.

Outre le renforcement de la qualification des entreprises marocaines, le nouvel écosystème contribuera au développement de la production industrielle du pays dans les domaines de la métallurgie, de la plasturgie et des composants électriques et électroniques.

«La mise en place de l’écosystème de ce secteur constitue également un pas important dans le domaine technologique. Les produits électroménagers dont certains intègrent l’intelligence artificielle sont de plus en plus connectés», explique le ministre.

Rappelons tout de même qu’à travers la marque Bosh, le géant BHS qui a créé une filiale industrielle dans le Royaume en 2008, est présente sur le plan commercial depuis près de deux décennies dans le pays. ◆

 


Les premiers fournisseurs 

Au cours de la rencontre, un mémorandum a été signé avec l’entreprise espagnole Gravalos Constructionnes. Celui-ci concerne la réalisation d’un investissement de 40 MDH pour la mise en place d’une unité de production d’inducteurs destinés aux plaques de cuisson. La seconde signature qui a ponctué l’événement concerne les sociétés Virmousil et Sigit.

Virmousil est une entreprise marocaine, qui œuvre dans le domaine de l’assemblage des faisceaux électriques et celui des composants de sécurité de l’habitacle et d’essuie-glace, et ce depuis une quinzaine d’années. Pour sa part Sigit, implantée au Maroc depuis près de 5 ans, évolue dans le domaine de la production des pièces plastiques destinées à la branche automobile.

 

Partage RÉSEAUX SOCIAUX