Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Agrepi Maroc : 20 ans au service de la gestion des risques

Lundi 29 Avril 2019 - Par Finances News

 

L’Agrepi Maroc est l’Association des ingénieurs et cadres spécialistes dans la maîtrise des risques incendie, malveillance, santé et sécurité au travail, et agréés par le Centre national de prévention et de protection (CNPP).

A l’occasion de ses 20 ans, l’Association a organisé à Casablanca les "Journées de l’Agrepi". Objectif : tirer les leçons du passé, et se préparer à la mise en place d’une politique adéquate d’anticipation et de prévention.

 

Par C. Jaidani

 

Dans un souci d’approche prévisionnelle, l’Agrepi Maroc a réuni les assureurs, mais aussi l’ensemble des acteurs de la prévention, pour une journée de débats et d’analyses autour des nouvelles technologies, des risques et des assurances.

«L’objectif étant de sensibiliser toutes les parties et de nous préparer à la mise en place d’une politique adéquate d’anticipation et de prévention», souligne Younes Saih, président de l’Agrepi Maroc.

Fondé en 1990, l’association regroupe plus de 50 membres actifs, exerçant dans des secteurs d’activités tels que l’expertise, le consulting, l’assurance, l’enseignement supérieur, l’audit et le conseil, la formation et la responsabilité dans des secteurs comme la pétrochimie, l’agroalimentaire, maritime, ciment, laboratoire, bureau de contrôle….

 

Capitaliser sur 20 ans de sinistres

Plusieurs thématiques ont été abordées lors de cette rencontre, qui ont été animées par des intervenants de renom. Le premier panel a ainsi été consacré à une rétrospective des événements majeurs qui ont marqué les 20 dernières années au Maroc (incendies, explosions, incidents dans le BTP et sinistres routiers).

Les intervenants ont également passé en revue les différents changements et modifications qui en ont résulté, que ce soit en termes de réglementation, d’infrastructures ou de technologies. Et ce, en analysant les lacunes de ces réactions et en développant les pistes d’amélioration.

«La gestion du risque se fait dans le cadre du respect des règles en cours et l’aspect assurantiel. L’engagement de tous les acteurs est important. La maîtrise se fait par la prévention qui permet de réduire la tarification», a déclaré Othman Khalil Alami, secrétaire général de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS).

Le Maroc a entamé plusieurs réformes pour arrimer ses normes aux standards internationaux. Des lois sont entrées en vigueur, d’autres en préparation.

«Le risque zéro n’existe pas. Il y a toujours des brèches à colmater et des défis à relever. L’incendie de Notre Dame de Paris l’a prouvé. Beaucoup de travail reste à faire pour améliorer la maîtrise des risques», indique Guillaume Savarnin, Directeur général du Centre national de prévention et de protection (CNPP), .

Le risque des catastrophes naturelles est devenu de plus en plus menaçant tant pour les hommes que pour les activités.

«Pour se prémunir contre ces risques, le Maroc a développé un programme de gestion intégrée de risques de catastrophes naturelles et de la résilience dont l’un des volets est l’amélioration du financement et de l’assurance contre ces risques», souligne Abderrahim Chaffai, Directeur général du groupe Vidal assurances.

 

Haro sur les cyber risques et les risques routiers

Les journées de l’Agrepi ont été marquées par un deuxième panel autour des cyber risques et leurs impacts sur les vies professionnelles, sociales et personnelles.

«Les cyber attaques sont des atteintes aux systèmes d’information (SI) de nos organisations dans un but malveillant. Elles ciblent différents dispositifs informatiques : des ordinateurs ou des serveurs, isolés ou en réseaux, reliés ou non à Internet, des équipements périphériques…Les SI des entreprises regroupent le plus souvent des installations névralgiques. Les risques informatiques ou digitaux progressent très vite et deviennent pour les dirigeants un point d’attention tout particulier. La protection du patrimoine de l’entreprise, qu’elle soit humaine, matérielle ou immatérielle doit être prise en compte dans toute analyse de risque», a alerté Pascal Rayé, consultant sécurité et sûreté physique.

Les accidents de la route constituent par ailleurs l’un des risques majeurs pour l’humanité, au point d’être le premier facteur de mortalité dans le monde, dépassant de loin les maladies et les guerres. Ce risque impacte les ménages, les entreprises et même les Etats. Au Maroc, il représente pas moins de 2% du PIB.

A cet égard, plusieurs entreprises commencent à l’intégrer dans leur stratégie de prévention.

«Le risque routier est un risque professionnel à part entière. Certes, le conducteur doit respecter le Code de la , mais le chef d’entreprise doit assurer la sécurité de ses salariés et veiller à ce qu’ils respectent la vie d’autrui. Les engins conduits véhiculent l’image de l’entreprise et engagent sa responsabilité», explique Saih.

«Quand on est convaincu que les ressources humaines dans l’entreprise ont déjà été formées dans leurs métiers et ne cessent de se perfectionner, on devrait aussi être convaincu qu’elles peuvent être formées à la prévention et à la réduction des accidents de la circulation subis par l’entreprise», ajoute-t-il.

Les entreprises qui ont mis en place un dispositif de prévention basé sur la formation, l’incitation, la gratification et la sanction, ont obtenu des résultats nettement meilleurs à ceux d’autres sociétés n’ayant pas mis en place un système de prévention.

Si l’on prend l’exemple des multinationales, qui ont mis en place un système interne de prévention, en faisant un benchmark avec des filiales dans le monde, certaines d’entre elles arrivent à des résultats impressionnants avec des conducteurs 100% marocains et formés au Maroc. Même dans le secteur de la location longue durée, dont le véhicule est pourtant conduit par des non propriétaires, a priori moins responsables, celles qui ont mis en place un système rationnel de prévention atteignent des résultats très positifs.

Il est à souligner que l’Agrepi Maroc a profité de ces journées pour remettre une serie de prix aux institutions et entreprises impliquées sérieusement dans la voie de la sécurité et la prudence.

 

assurance
Partage RéSEAUX SOCIAUX