Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Développement durable

Tanger métropole : Naissance de Tanger Horizons

Tanger métropole : Naissance de Tanger Horizons
Lundi 11 Janvier 2016 - Par admin

port tanger

Sous l’égide de la Commune de Tanger, et avec l’appui insti-tutionnel du ministère délégué chargé de l’Environnement, Radius, think tank privé au Maroc, s’est lancé dans un nouveau projet, intitulé Tanger Horizons.

La finalité de ce projet innovant est d’accompagner la réflexion sur la place et la position de la ville de Tanger dans la nouvelle dynamique éco-nomique et institutionnelle du Royaume. Une approche qui se veut inédite sachant que la ville du Détroit vit, depuis quelques années, une dynamique de développement constant, incarnée par les projets structurants dans plusieurs domaines. C’est un chantier d’envergure à ciel ouvert en vue de hisser la cité au rang des grandes métropoles en termes de compétitivité urbaine et d’attractivité économique. Parmi les questions auxquelles ce projet tentera d’apporter des réponses : Dans quelle mesure Tanger peut-elle s’ériger en modèle de ville durable à l’échelle régionale, en faisant appel aux acteurs de la ville. Il faut dire que la ville du Détroit a tous les atouts pour réussir un développe-ment économique durable. D’ailleurs, le projet Tanger-métrpole consacre une partie importante au volet environne-mental et du développement durable. En effet, les différents projets ne se limitent pas uniquement au volet économique, mais englobent tous les autres secteurs sociaux, culturels, sportifs et environne-mentaux. Parmi les chantiers environnementaux de la métropole, l’inauguration récem-ment de la station de traitement des eaux usées de Boukhalef et le système de réutilisation des eaux traitées qui constituent les principaux piliers du pro-jet de dépollution du littoral allant de Cap Malabata à Assilah. Un projet d’enver-gure en vue de préserver les ressources en eau souterraines des effets de la pol-lution et de contribuer à la rationalisation de l’usage des ressources hydriques. D’autres réalisations sont prévues dans le cadre de ce programme de dépollu-tion du littoral, notamment la création de la station de pompage et d’épuration à partir de la ville d’Assilah (23 km), ainsi que deux stations de pompage pour la collecte des eaux usées dans la région de Briyech et celle de Had Gharbiya.

L'oeil de l'expert

hatim benjellounLe Tanger de demain

Tanger Horizons est un projet intégré dont le seul objectif est de booster le projet de la ville : Tanger Métropole. Notre ambition est d’identifier véri-tablement toutes les pistes de syner-gie et les passerelles possibles entre l’ensemble des forces vives de la ville. Dans ce sens, nous avons démarré une série d’entretiens one-to-one avec les décideurs, publics et privés, afin de recueillir leurs avis et perceptions sur l’avenir de la ville de Tanger. Ces entretiens ont également pour vocation de nous extirper, quelques instants, du cadre de réflexion à court et moyen terme, et nous projeter sur les 15-20 prochaines années afin d’imaginer ce que pourrait être le Tanger de demain. Une des thématiques majeures de cette étude de perception tourne autour du développement durable. La ville de Tanger dispose, en effet, de tous les atouts pour proposer un modèle de crois-sance, orienté avant tout sur le dévelop-pement humain et l’innovation sociale et environnementale. Une situation géogra-phique unique au monde, une histoire «multiverselle» et une âme culturelle et sociale spécifique à l’échelle nationale et régionale. Nous souhaitons, à ce titre, sti-muler l’imaginaire des forces vives de la ville, et identifier des modèles, concepts ou outils innovants de développement. Au carrefour de la région Méditerranée, Tanger pourrait proposer des modèles industriels, urbains et sociaux à vocation durable. D’autant plus que le processus de régionalisation, incitera tôt ou tard, chaque région à adopter une approche territoriale adaptée à ses poten-tialités. A travers ses parcs éoliens, et la multitude de projets d’efficacité énergétique, la ville de Tanger a tout pour devenir un «laboratoire» d’idées innovantes sur le plan environnemental. J’aimerai, à cet effet, souligner deux volets importants : d’un côté les projets industriels, de l’autre, les ambitions touristiques de Tanger. Le développement industriel de cette région, à travers ses zones franches et son industrie automobile, est une opportunité considérable pour appliquer les principes élémentaires du développement durable : le recyclage et la valorisation des déchets industriels. L’exemple de Singapour est assez édi-fiant. Cette cité-Etat dispose de quatre gros incinérateurs, qui gèrent 85% des déchets de la ville. Les poudres «déchets» obtenues ont participé à la construction d’une île artificielle devenue un îlot récréatif (pêche, ballade, sport, culture, etc.). Ce projet n’a coûté que très peu, faut-il le reconnaitre. Cet exemple me permet de rebondir sur le second point : le tourisme. Le projet du nouveau port de plaisance de Tanger, et tous les projets satellites (périphérique, animations, loisirs, valorisation du patrimoine), gérés par la Société d’aménagement du port de Tanger (SAPT), offre une opportunité de taille à la ville pour devenir un des pôles touristiques majeurs de la région. Une offre touristique «verte» innovante pourrait démultiplier le potentiel touristique de la ville. Ses paysages variés, son double littoral, ses reliefs, ses forêts, mais également son histoire et son identité, positionnent indé-niablement la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, comme la locomotive du tourisme marocain. Tanger, est à mon avis, la seule ville marocaine qui offre tous les ingrédients, riches et variés, pour accroître rapidement son attractivité à l’échelle nationale et internationale. La ville du Détroit pourrait devenir un véritable laboratoire pour un tourisme durable. D’ailleurs, mon grand regret, je persisterai à penser que cette ville dispose de tous les atouts pour accueillir la COP22.

Bio express

Diplômé en Science Politique – Sécurité Globale à l’université de Bordeaux IV avec une double masterisation en Intelligence économique et Communication straté-gique, Hatim Benjelloun est directeur associé de Public Affairs & Services. Il est également co-fondateur de Radius, marque de Public Affairs & Services, et premier think tank privé marocain; co-fondateur de Casa Impulse, groupe de réflexion dédié à la ville, mené en parte-nariat avec le maire de Casablanca; co-fondateur de Tanger Horizons, groupe de réflexion dédié à la ville, mené en partenariat avec le maire de Tanger et membre du conseil du Club des parte-nariats public-privé Maroc.

Brève

Averda au Maroc depuis 3 ans

Averda, fournisseur international de services intégrés de la gestion des déchets, s’emploie depuis trois ans à servir le marché marocain. C’est à Nador en 2012, qu’Averda a lancé ses opérations de collecte des déchets ainsi que de service de balayage, avant de s’étendre à trois autres villes : Berkane, Rabat et Casablanca. Les services fournis par Averda comprennent la collecte des déchets, le nettoyage des rues ainsi que le balayage manuel et mécanique. Par ailleurs, la contribution d’Averda au développement économique du Maroc ainsi qu’aux initiatives sociales que connaît le pays, ont atteint un niveau considérable. L’entreprise emploie plus de 3.500 personnes, et a investi envi-ron 500 MDH dans les équipements et services nécessaires à ses opérations.

 

Lamiae Boumahrou

Partage RÉSEAUX SOCIAUX