Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Développement durable

Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution: vers une position institutionnelle plus importante

Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution: vers une position institutionnelle plus importante
Samedi 01 Mai 2021 - Par admin

Le LNESP est le premier laboratoire étatique créé afin d’accompagner l’autorité gouvernementale en charge de l’environnement dans la réalisation de ses missions en matière de surveillance et de contrôle de la pollution.

 

Par M. Diao

Le Maroc, à l’instar de plusieurs Etats, doit faire face et surtout prévenir les risques inhérents, entre autres, à la pollution de l’air, de l’eau ou des plages. La visite de Aziz Rabbah, ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement, qui s’est déroulée récemment à Rabat au Laboratoire national des études et de surveillance de la pollution (LNESP), a permis aux responsables de l’entité publique d’édifier le grand public sur les principales missions de leur institution.

Notons que la visite du ministre va dans la droite ligne du suivi des projets et programmes du département de l’Environnement. Le LNESP est le premier laboratoire étatique créé afin d’accompagner l’autorité gouvernementale en charge de l’environnement dans la réalisation de ses missions en matière de surveillance et de contrôle de la pollution. Il intervient également dans les opérations de contrôle et d’inspection des établissements et de leur conformité avec les normes environnementales en vigueur.

L’entité nationale veille au respect du cahier des charges environnemental des projets ayant reçu une acceptabilité environnementale. «Le laboratoire, appelé à avoir une position institutionnelle plus importante dans notre pays, a été doté de plus de moyens cette année. Et ce, afin de permettre à la structure publique d’atteindre ses objectifs dans les meilleures conditions», a déclaré Aziz Rabbah, lors de cette visite.

Le ministre n’a pas manqué de rappeler que le Maroc est reconnu comme étant un pays pionnier dans le domaine du développement durable. D’où la nécessité de doter le Royaume davantage d’institutions, de moyens et d’instruments en la matière. Il est important de souligner que le LNESP s’attèle à répondre à certaines demandes et requêtes relatives à des problématiques environnementales liées à la pollution, émanant des autorités locales. En clair, le laboratoire est aussi un bras armé des autorités servant à régler les conflits environnementaux.

Pilotage d’une kyrielle de programmes

Le LNESP, créé en 1994, mène plusieurs programmes et projets visant la caractérisation et l’évaluation de la pollution dans les milieux naturels. Il s’agit du programme national de surveillance de la qualité des eaux de baignade (186 plages concernées en 2021) et du sable des plages (60 plages couvertes par la surveillance du sable) et le programme de surveillance de la qualité de l’air. A cela s’ajoutent le programme de surveillance de la pollution tellurique des côtes méditerranéennes (MED POL) et le programme de surveillance de la pollution tellurique de l’Atlantique.

Le LNESP coordonne aussi la gestion du réseau national de surveillance de la qualité de l’air, composé actuellement de 19 stations fixes et 4 unités mobiles. L’objectif étant de doter ce réseau de 140 stations d’ici 2030. Le programme en la matière sera doté d’un budget général de l’ordre de 367 MDH d’ici 2030. Par ailleurs, notons que la structure publique, qui contribue au respect des engagements internationaux et régionaux du Maroc en matière de contrôle de la pollution, s’est vu décerner le Prix national de l’administration électronique «E-mtiaz 2019» pour l’application «Plages».

Cette dernière informe le grand public d’une manière régulière sur la qualité des eaux de baignade. Au final, le LNESP jouera dans les années à venir un rôle plus important en matière de prévention et de surveillance de la pollution, qui génère d’ores et déjà un coût exorbitant pour le Royaume. 

 

 

 

 

Développement durable Actualité Maroc

Partage RÉSEAUX SOCIAUX