Semences sélectionnées de céréales: 1,1 million de quintaux mobilisés

Semences sélectionnées de céréales: 1,1 million de quintaux mobilisés

En dépit des assurances du département de tutelle, les fellahs redoutent la perturbation du marché.

Quasi-stabilisation de l’offre d’engrais et autres intrants.

 

Par C. Jaidani

Le coup d’envoi de la campagne agricole 2023/2024 a été donné par Mohamed Sadiki, ministre de l’Agriculture. La région de CasablancaSettat a été choisie cette année pour cet événement. A l’image des précédentes saisons, plusieurs mesures incitatives ont été prises pour accompagner les exploitants et soutenir le secteur. Ainsi, au niveau des semences sélectionnées de céréales, un volume de 1,1 million de quintaux a été mobilisé. Elles sont proposées à des prix compétitifs, à hauteur de 210 DH pour le blé tendre et l’orge, et 290 DH pour le blé dur.

Concernant le prix de vente subventionné des semences céréalières de catégorie R2, il est de 400 DH/ quintal pour le blé tendre et l’orge, et 620 DH pour le blé dur. Afin de contrer la flambée des prix des produits de forte consommation comme les tomates et les oignons, le département de tutelle veut réduire leur coût de production à travers la subvention à hauteur de 50% de l’acquisition des semences et des plants.

«Cette année, il existe moins de tension sur les semences. La campagne agricole n’était certes pas bonne, mais pas catastrophique comparativement à la précédente. Cela a permis d’assurer la disponibilité de ces produits. Malgré les efforts déployés par l’Etat, les prix demeurent toutefois assez élevés pour les semences ordinaires. Une hausse qui diffère selon les régions et les variétés. Pour le blé tendre, les prix sont négociés entre 300 et 400 DH/quintal, le blé dur est commercialisé dans une fourchette de 350-450 DH/ quintal. Et l’orge plafonne à une moyenne de 500 DH», affirme Mohamed Mourtaki, négociant de céréales et légumineuses dans la région de Chaouia. Il évoque également des problématiques au niveau de la distribution.

«Chaque région a besoin de variétés de semences qui lui sont propres. Les semences destinées à l’irrigué ne sont pas les mêmes pour le bour. Celles des plaines ne peuvent pas s’adapter aux régions montagneuses. Il existe aussi des semences qui ne sont labourées que durant l’automne et d’autres préconisées pour l’hiver. De ce fait, certaines variétés peuvent être disponibles dans une région et introuvables dans d’autres. Les intermédiaires et les spéculateurs accentuent cette situation», explique Mourtaki. Pour remédier à cette situation, le ministère de l’Agriculture s’est engagé à renforcer la politique de proximité à travers la rationalisation du réseau de distribution des semences sélectionnées et le suivi quotidien des ventes. Outre les semences, les exploitants agricoles scrutent le marché des autres intrants.

Selon le ministère de tutelle, il sera approvisionné à hauteur de 600.000 tonnes d’engrais phosphatés au même prix que la campagne précédente. Pour les  engrais azotés,  qui sont totalement importés, l’approvisionnement du marché national se fait normalement. Les quantités disponibles sont assez suffisantes pour répondre aux besoins. Avec un volume de 500.000  tonnes, les prix sont subventionnés à hauteur de 240 DH/q pour l’Ammonitrate d’azote 33%, de 330 DH/q pour l’Urée 46% et 150 DH/q pour le sulfate d’ammonium 21%. Cette disposition permettra de maintenir les prix à des niveaux accessibles pour les agriculteurs sur tout le territoire national.

 

Programme anti-sécheresse
Un  programme national d’irrigation de complément  des céréales est lancé dans l’objectif de contribuer à assurer et à stabiliser la production des céréales. A terme, l’objectif est d’atteindre une superficie de 1 million d’hectares, avec l’allocation à terme de 1,5 milliard de m3 des ressources en eau à l’irrigation de complément des céréales. Pour  atténuer les effets du déficit pluviométrique  important enregistré durant la campagne agricole en cours, le gouvernement a mis en place un programme pour venir en aide aux agriculteurs et aux éleveurs. Il prévoit, dans la composante appui aux filières animales, la distribution de l’orge subventionnée et  de l’aliment composé subventionné au profit des éleveurs de bovins à un prix de 2 DH/ Kg et 2,5 DH/kg respectivement, à hauteur de  18 millions de qx d’orge et 6 millions de qx d’aliments composés.

 

 

 

 

 

 

 

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 02 Mars 2024

Private equity : «La mise en action du Fonds Mohammed VI va changer la donne en 2024»

Samedi 02 Mars 2024

CDG Capital: un produit net bancaire de 328 MDH en 2023

Samedi 02 Mars 2024

Banques cotées: trajectoire de croissance prometteuse d'ici 2025

Samedi 02 Mars 2024

Météo Maroc. Fortes rafales de vent avec chasse-poussières locales ce dimanche

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux