Culture & Société

Tous les articles

Pandémie Covid-19 : Moi médecin, mon rôle et ma responsabilité

Pandémie Covid-19  : Moi médecin, mon rôle et ma responsabilité

 

Amal Bourquia, professeur de néphrologie, experte en éthique et communication médicales, présidente de l’association REINS, auteur de nombreux ouvrages- amal.bourquia@gmail.com

 

Selon l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), on parle de pandémie en cas de propagation mondiale d'une nouvelle maladie. L'épidémie de coronavirus est devenue une pandémie le 11 mars 2020, comme annoncé par l'OMS, avec 155 pays touchés dans le monde (sur 198 reconnus par l'ONU).

La grande majorité de la population n'étant pas immunisée contre ce nouveau virus, son impact et sa gravité sont potentiellement plus élevés que dans le cas d'un virus déjà connu. Une pandémie concerne un peuple tout entier, en ces circonstances, notre solidarité nationale va attester de nos valeurs.

 

Décisions et actions

Dans ces situations, les principales décisions doivent être prises par les instances politiques avec lesquelles tous les citoyens se doivent de collaborer pour relever le défi de trouver un nouvel équilibre entre les intérêts individuels et l’intérêt public. Le médecin, au service de l’individu et de la santé, se doit d’exercer sa mission dans le respect de la vie humaine, de la personne et de sa dignité.

Lors de cette pandémie, le médecin se doit d’apporter son concours à l’action entreprise par les autorités compétentes, en vue de la protection de la santé et de l’éducation sanitaire. Il participe également aux actions de vigilance sanitaire, de collecte, d’enregistrement, de traitement et de transmission d’informations autorisées dans les conditions prévues par la loi.

Même dans ces circonstances, le médecin doit respecter les principes de moralité et de dévouement indispensables à l’exercice de la médecine. Il ne peut refuser d'examiner ou de traiter un patient pour des raisons liées à la nature de cette maladie ou au contexte dans lequel elle est présentée. Cependant, il doit toujours tenir compte des avantages, des inconvénients et des conséquences des différentes investigations et thérapeutiques possibles.

 

Des enjeux moraux

Dans ces situations, le défi à relever consiste à répondre collectivement aux nouveaux besoins de la population tout en maintenant les services essentiels, et ce malgré les risques. Cela nécessite une adaptation avec un nouvel équilibre, notamment entre les intérêts individuels et l’intérêt public, les obligations personnelles et les obligations professionnelles. Certes, le médecin a des obligations, mais il doit aussi veiller à ne pas s’exposer à des risques déraisonnables. Ses proches et lui-même doivent pouvoir bénéficier de mesures de protection.

Il est certain qu’en tant que professionnel, il est tenu de respecter, outre les contraintes légales s’appliquant à tous les citoyens dans des situations d’urgence, les obligations déontologiques. En contrepartie de ces obligations, il faut prévoir des conditions favorables pour le travail. Les médecins demeurent assujettis aux obligations déontologiques inscrites dans le code de déontologie des médecins. Il doit alors respecter les priorités établies dans une perspective générale.

L’éthique professionnelle exige que les intérêts personnels du médecin passent au second plan, si le respect de ses obligations professionnelles risque d’être compromis par ceux-ci. Cependant, il ne doit en aucun cas profiter de cette situation d’urgence pour des surenchères ou toute forme de publicité quelle qu’elle soit.

 

Des conditions favorables à l’exercice

Les obligations de médecin seront d’autant plus difficiles à respecter s’il est inquiet pour lui-même ou pour ses proches. Pour respecter le principe de réciprocité, il faudrait également qu’il puisse, en contrepartie de ses obligations, bénéficier de mesures de protection personnelles visant à protéger la santé, la sécurité, celles de ses proches ou celle de la population. Même si tout le monde risque d’être engagé dans la pandémie, le médecin est particulièrement susceptible d’être touché.

En somme, puisque le médecin devra toujours respecter ses obligations, il faut dès maintenant s’assurer de mesures de soutien qui lui permettront de les respecter.

Il revient toutefois aux autorités gouvernementales d’assumer le rôle de leader et toutes les responsabilités qui leur sont associées. L’ensemble du corps médical est engagé à soutenir la population et la rassurer par tous les moyens qui s’imposent en fonction des circonstances.

Articles qui pourraient vous intéresser

Lundi 21 Novembre 2022

Chute de FTX: «Il ne faut pas garder ses fonds dans une plateforme d’échange»

Lundi 14 Novembre 2022

Assurance : la FNACAM interpellée par les dispositions du PLF 2023

Jeudi 06 Octobre 2022

Symposium de l'eau : les pistes de Nizar Baraka pour juguler le déficit hydrique au Maroc

Mercredi 27 Juillet 2022

Banques: le PNB à 52,7 MMDH en 2021

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux