Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Politique

Gestion de la crise : Les actes forts du Roi

Gestion de la crise : Les actes forts du Roi
Jeudi 30 Juillet 2020 - Par admin

◆ Le 21ème anniversaire de l'intronisation du Roi Mohammed VI sans festivités.

◆ Les décisions éclairées du Souverain ont permis au Maroc de bien gérer la pandémie Covid-19.

 

Par D. William

 

Cette Fête du Trône a une saveur bien particulière. Le 21ème anniversaire de l'intronisation de SM le Roi Mohammed VI ne se déroule pas comme les autres années. Un intrus s’est invité de force dans la fête : le coronavirus.

Avec pour conséquence le report de toutes les festivités prévues à cette occasion. Les cérémonies de réception que préside le Souverain, de prestation de serment des nouveaux lauréats des différentes écoles et instituts militaires, paramilitaires et civiles, d'allégeance à Amir Al-Mouminine, la retraite aux flambeaux organisée par la garde royale ainsi que les défilés et manifestations auxquels assistent un grand nombre de citoyens.., tout a été reporté.

En lieu et place, le Roi présidera, à titre symbolique, une réception ce jeudi 30 juillet 2020. Ce qui était par ailleurs très attendu, c’est le discours du Souverain prononcé le 29 juillet au soir. Un discours à haute portée, d’autant que c’est le premier adressé au peuple marocain depuis le début de cette crise liée à la pandémie Covid-19.

Des actes forts

Durant cette période douloureuse que traverse le Royaume, le Roi a posé des actes forts dans le cadre de la lutte contre le coronavirus. Sa gestion proactive de cette crise, saluée autant au Maroc qu’à l’international, a ainsi permis au Royaume de limiter considérablement les impacts socioéconomiques de la pandémie.

Il faut dire que, très tôt, le Souverain a pris la mesure de la situation, et ce pendant que dans plusieurs autres pays on tergiversait encore sur les dispositions à prendre sur fond de polémique. C’est dans ce cadre que, sur hautes orientations du Roi, décision a été prise de fermer l’espace aérien et maritime marocain devant les voyageurs, d’annuler les rassemblements et les manifestations sportives, culturelles et artistiques, de créer un Fonds spécial pour la gestion de la pandémie du coronavirus, de suspendre les cours dans les écoles et les universités, de fermer provisoirement les mosquées…

Ainsi, dès le 15 mars, le Roi a ainsi donné ses hautes instructions au gouvernement pour procéder à la création immédiate du Fonds spécial. Ce Fonds, doté au départ de 10 Mds de DH, a été très vite porté à plus de 33 Mds de DH, grâce à la générosité et à la forte mobilisation des entreprises et citoyens.

Objectif : disposer d’un matelas financier conséquent pour, d’une part, prendre en charge les dépenses de mise à niveau du dispositif médical, en termes d’infrastructures adaptées et de moyens supplémentaires à acquérir dans l’urgence et, d’autre part, soutenir l’économie nationale, à travers une batterie de mesures proposées par le gouvernement, notamment en termes d’accompagnement des secteurs vulnérables aux chocs induits par la crise du coronavirus, tels que le tourisme, ainsi qu’en matière de préservation des emplois et d’atténuation des répercussions sociales de cette crise.

Il ne s’agissait cependant pas juste de récolter des fonds, mais surtout d’en faire bon usage. Et, depuis le début de la crise, le Souverain a veillé au grain afin de s’assurer que les bonnes dispositions soient prises à cet effet. D’ailleurs, deux jours après la création du Fonds, il a présidé une séance de travail en présence, entre autres, du chef du gouvernement, Saad Eddine El Otmani, durant laquelle le ministre de la Santé, Khalid Ait Taleb, lui a dressé un topo sur le suivi de la gestion de la propagation de la pandémie du coronavirus au Maroc et la poursuite des mesures prises pour faire face à toute évolution.

Et c’est sur la base des données présentées par Taleb que le Souverain a mobilisé les Forces armées royales pour muscler la capacité du système sanitaire national. Il a ainsi donné ses instructions pour mettre les structures de santé équipées à la disposition du système sanitaire avec toutes ses composantes, en cas de besoin.

Dans la foulée, il a enjoint à la médecine militaire de mettre ses compétences au service de la collectivité, en prenant part à la lutte contre la pandémie. Même le secteur privé a fait l’objet d’une attention particulière de la part du Roi, qui avait notamment donné ses instructions à la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) pour coordonner, en partenariat avec les ministères de la Santé et de l’Intérieur, une très large campagne de dépistage de la Covid19 auprès des employés du secteur privé, entamée le mercredi 3 juin.

La réussite du Maroc dans la gestion de cette pandémie procède donc de toutes ces décisions prises avec lucidité et clairvoyance, sous la conduite du Souverain. Un Souverain qui est toujours resté proche du peuple… malgré la distanciation physique (sic !), et qui a imprimé coordination et cohérence dans la démarche des autorités pour une meilleure gestion de la pandémie.

Cela explique, aisément, l’adhésion du peuple marocain à toutes les dispositions prises dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire.

 

De l’humanisme !
La crise a plongé une bonne partie des citoyens dans des difficultés, voire dans la précarité, malgré les différentes mesures de soutien prises par le Comité de veille économique. C’est pourquoi le Souverain avait décidé d'exonérer des droits de bail les locataires des locaux des habous destinés au commerce, aux métiers, aux services et à l'habitation, à l'exception des fonctionnaires. Cette mesure a duré toute la période de confinement. Par ailleurs, le Souverain a fait preuve de sollicitude envers les détenus en accordant sa grâce à 5.654 d’entre eux, tout en ordonnant de prendre toutes les mesures nécessaires pour renforcer leur protection au sein des établissements pénitentiaires, particulièrement contre la propagation de l’épidémie du coronavirus. Les détenus bénéficiaires de cette grâce royale ont été sélectionnés sur la base des critères humains et strictement objectifs, qui ont pris en considération leur âge, leur état de santé précaire et la durée de leur détention, ainsi que la bonne conduite, le bon comportement et la discipline dont ils ont fait preuve tout au long de leur incarcération. De même, 483 personnes ont aussi bénéficié de la grâce royale à l'occasion de l'Aïd Al Fitr.
Actualités Marocaines Actualité Politique Covid-19 Maroc Roi Mohammed 6

Partage RÉSEAUX SOCIAUX