Opinions libres

Tous les articles

Fès, 9ème Forum de l'Alliance des civilisations: les chemins de la paix et du vivre-ensemble

Fès, 9ème Forum de l'Alliance des civilisations: les chemins de la paix et du vivre-ensemble

L'histoire a de ces ruses ! Telle celle du 9ème Forum de l'alliance des civilisations qui se tient à Fès depuis ce mardi 22 novembre. Dans le monde, prévalent les spasmes, les convulsions et les conflits dont le dernier entre la Russie et l'Ukraine. Les perspectives économiques sont elles aussi largement pessimistes. Et dans tout cela, voilà le Maroc qui abrite cette grand-messe. Une problématique à l'ordre du jour et qui pèse tant sur les relations internationales : quels chemins vers la paix ? Le vivre-ensemble dans le respect mutuel ? Un autre monde ? Une utopie ? Plutôt une forte contrainte : édifier des sociétés pacifiques, cohésives, et justes. Pour quelle vision? Des avancées dans la consolidation de sociétés pacifiques. Avec quelle méthodologie ? Le dialogue - le dialogue interreligieux, le dialogue culturel aussi, et plus globalement encore le dialogue inter civilisationnel.

 

Symboles

Les symboles ont leur place à cet égard. Si la capitale spirituelle du Royaume a été choisie, c'est parce qu'elle a des titres historiques depuis plus d'un millénaire, avec la Qaraouiyne - et aujourd'hui l'Université Euromed (UEMF) et son rayonnement. Ce Forum a le grand soutien du Souverain qui se distingue dans la région, dans le monde arabe et dans le continent par ce référentiel constant. L'illustration particulière en a été la visite du Pape François dans le Royaume et l'appel historique pour Jérusalem, du Saint-Père et du Souverain, le  30 mars 2019. 

L'ONU est partie prenante avec la participation de Miguel Angel Moratinos, ancien ministre espagnol des Affaires étrangères et aujourd'hui haut représentant pour l'Alliance des civilisations des Nations unies. Le Maroc est représenté par le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita. Le Secrétaire général de l'Organisation mondiale, Antonio Guterrès, était également présent. Il a insisté sur le fait que cet agenda à Fès tient à ce que c'est une ville où «les cultures se rencontrent et se mélangent» avec son histoire qui en fait «le lieu idéal pour se réunir et réfléchir sur l'état de notre monde». Il a aussi appelé de ses vœux à «une alliance de la paix» avec la reconnaissance de la diversité garantissant à chacun «une vie digne et pleine d'opportunités». 

Le programme de trois jours se décline autour de plusieurs débats sur le socle des valeurs de l'alliance des civilisations, sur l'identité de l'Afrique, le nouveau contrat social, la médiation dans les conflits culturels et religieux, l'éducation à la citoyenneté mondiale, la migration, etc. Il est également prévu des débats interactifs : le rôle des chefs religieux dans la promotion de la paix, le sport comme vecteur de paix et d'inclusion, la prévention et la lutte contre l'extrémisme ainsi que contre les discours de haine en ligne sur les réseaux sociaux.

Un rendez-vous qui va s'attacher également à aborder des questions transversales et mondiales délicates, complexes, pesant tellement aujourd'hui. Mais en même temps, l'Afrique aura à cœur à faire entendre de nouveau sa voix. Un point soulevé par Nasser Bourita. A ses yeux, c'est «un continent qui n'a pas encore la place qui lui revient en matière d'action collective et de mobilisation mondiale». Une expression supplémentaire du soft power de la diplomatie marocaine. Il est servi par les référents culturels du Royaume avec une identité où se croisent et se conjuguent des affluents consacrés d'ailleurs par la Constitution de 2011 avec le legs andalou, africain, et juif et la vocation méditerranéenne aussi. Une accumulation et une capitalisation culturelle, spirituelle et qui a conduit à un patrimoine national. L'ouverture et l'insertion dans l'universel sont un autre trait de cette histoire. Le Maroc n'a jamais été replié sur lui-même mais ouvert à l'international. Le dialogue et l'ouverture ont prédominé dans cet «Occident de l'Islam», avec ses racines nourricières en Afrique et son feuillage bruissant aux vents de l'Europe, pour reprendre la formule de feu Hassan II. 

 

Un humanisme mondial

Sa position géographique a certainement pesé dans ce sens, au carrefour de deux mers et de deux continents et de trois civilisations, arabe, africaine et européenne. Le multiculturalisme se veut le cadre et le vecteur de ces termes de référence à l'ordre du jour. Mais il ne se décrète pas : tant s'en faut. Il doit être soutenu par des processus sociaux d'accompagnement et de promotion. Lesquels ? Des valeurs partagées en commun dont le fondement est la civilisation universelle. Par-delà les aires géographiques et l'héritage historique des peuples et des nations, comment nourrir et irriguer cette vision ? Tant de rigidités pèsent sur cette évolution; tant de dogmatismes et de sectarismes y ont leur place aussi; sans oublier les idéologies comme systèmes proclamés construits autour du rejet de l'Autre sur la base d'une vision binaire, celle du bien et du mal... 

Le Forum de Fès ne prétend pas apporter des recettes définitives et opératoires dans ces domaines. Il se propose de mieux appréhender les traits et les pistes d'une vision d'un vivre- ensemble. Une feuille de route ? Il faudra étudier les recommandations finales pour se prononcer à cet égard. Le Maroc a des propositions en la matière : migration, pluralisme culturel, multiculturalisme, acculturation, éthique, justice, équité... Il importe cependant d'aller plus loin et de redoubler de détermination dans les actions à mener. Du volontarisme donc comme stimulant. Un humanisme mondial comme phare civilisationnel. Et Fès entend bien être une étoile polaire dans cet univers voulu et rêvé…

 

Par Mustapha SEHIMI
Professeur de droit (UM5, Rabat) 
Politologue

 

Articles qui pourraient vous intéresser

Samedi 26 Novembre 2022

Sécheresse: le potentiel de production et d’export impacté

Samedi 26 Novembre 2022

Santé: l’Afrique à l’unisson

Samedi 26 Novembre 2022

Enquête HCP: les violences physiques et sexuelles coûteraient aux ménages 2,85 milliards de Dh

Vendredi 25 Novembre 2022

Libérons l’artisanat du Folklore !

L’Actu en continu

Hors-séries & Spéciaux